Mon chat ne sort pas : Doit-il être vacciné, vermifugé et traité contre les puces ? 

Faut-il vacciner, vermifuger et traiter contre les puces les chats d'intérieur
Accès direct à vos questions via le sommaire

Bon nombre de chat vivent exclusivement en intérieur et n’ont pas l’occasion de sortir, que ce soit pour des raisons pratiques ou bien par peur d’un accident. La plupart des propriétaires de chats dits d’intérieur, considèrent alors que leur animal n’a pas besoin d’être vacciné, vermifugé ni même traité contre les parasites externes comme les puces. Mais est-ce vrai ? Comment démêler le vrai du faux et mettre en place les mesures de médecine préventive adéquates pour protéger la santé de votre matou ? Aujourd’hui, un de nos vétérinaires prend le temps de vous donner toutes les clefs nécessaires pour prendre une décision éclairée. 

Mon chat ne sort pas mais puis-je vraiment le considérer comme un chat d’intérieur ?

On considère qu’un chat est un chat d’intérieur quand il n’a pas la possibilité de sortir en extérieur. Mais c’est un poil plus complexe que cela. Il faut partir du principe, que ces chats ne doivent jamais rentrer en contact avec d’autres chats et chiens que ceux de leur foyer

Nombreux sont les chats d’appartement qui ont l’occasion de se dorer la pilule au soleil sur un balcon par exemple. En soi, ils sortent. Mais si aucun autre chat de l’immeuble n’a la possibilité de venir visiter le balcon, on peut considérer que ces animaux sont des chats d’intérieurs. A l’inverse, si un ou plusieurs chats peuvent rejoindre votre balcon, il y a transmission possible de germes (virus, bactéries et parasites) avec votre minou. Alors même si votre chat ne sort pas dehors, le risque d’attraper certaines maladies est beaucoup plus important. 

Certains chats peuvent avoir accès à de petites cours privatives. Si la probabilité qu’un autre animal puisse pénétrer sur ce terrain est nul, on peut considérer que ce chat a un mode de vie semblable à un chat d’intérieur. C’est un peu moins vrai, si on trouve de l’herbe et des plantes dans ce “jardin privatif” car on peut y retrouver des vecteurs de parasites et de maladies. Mais de toute façon, les espaces extérieurs hermétiquement clos sont très rares, nos félins domestiques réussissant toujours à escalader les plus hauts murets ou à trouver des failles dans les clôtures. 

Enfin, un chat d’appartement qui vit avec un chien cours d’avantage de risque sanitaire qu’un autre puisque son partenaire de vie va sortir au moins 2 fois par jour en promenade.  

Avant de considérer que votre chat vit une vie peinarde et qu’il n’a besoin de rien du tout, discutez-en avec votre vétérinaire traitant. 

Mon chat ne sort pas, ai-je vraiment besoin de le faire vacciner ?

Vous habitez en appartement et ne faites pas vacciner votre chat ? Je mettrais ma main à couper que votre vétérinaire vous a déjà rabâché 150 fois que ce serait une bonne chose à mettre en place. Et selon moi il n’a pas tort ! Le souci, c’est qu’à entendre ça à chaque consultation, certains propriétaires se sentent harcelés et n’osent plus consulter.  

Sachez que la vaccination est un acte médical à part entière qu’il ne faut pas prendre à légère. Avant de prendre une décision, prenez bien le temps de discuter et d’échanger avec votre vétérinaire. Ce n’est qu’en évaluant la balance bénéfice-risque pour votre animal de compagnie en particulier que vous pourrez prendre sereinement une décision. En plus, si votre vétérinaire connaît les raisons de votre refus il pourra mieux vous accompagner au quotidien pour préserver la santé de votre chat. 

Vaccins essentiels chez le chat, quel que soit le mode de vie

Même si votre chat n’a pas accès à l’extérieur, il y a de grande chance pour que vous ne viviez pas en ermite vous non plus. En sortant, vous pouvez marcher dans des excréments d’animaux, vous adossez à un mur où un chat a fait la sieste et vous caressez peut-être occasionnellement de petits matous … Ce faisant vous pouvez ramener dans votre logement des virus et des bactéries très résistantes qui peuvent ensuite contaminer votre chat et le rendre malade. 

Voilà pourquoi il est recommandé de faire vacciner votre chat contre le typhus et le coryza même s’il ne va jamais dehors. Car pour ces 2 maladies, le risque zéro n’existe pas. Dans chaque clinique vétérinaire en France, on a régulièrement le cas de chats d’intérieur qui meurent du typhus car non vacciné. 

On peut penser que cela n’arrive toujours qu’aux autres. Faire vacciner son chat c’est stimuler son système immunitaire “au cas où” il rencontre un jour le germe … mais au moins il est préparé. A vous de décider si le risque en vaut la chandelle ou non ! 

Tous les vaccins ne sont pas indispensables chez le chat d’intérieur

Néanmoins il existe d’autres vaccins possibles chez le chat qui protègent contre la leucose, la rage et la chlamydiose. Pour ces maladies, un contact direct avec un individu infecté est nécessaire. Donc si votre chat reste à la maison et ne croise jamais d’autres chats il ne coure aucun risque !  

La mise en place de protocole de vaccination contre ces maladies n’a d’intérêt chez le chat d’appartement qu’en cas de voyage à l’étranger ou de mise en pension/chatterie. 

A quelle fréquence faire vacciner mon chat s’il ne sort pas ?

A quelle fréquence faire vacciner mon chat s’il ne sort pas 

Que votre chat sorte dehors ou non, cela ne change en rien la fréquence de rappel des vaccins à effectuer. Le bon respect du protocole de vaccination permet d’assurer l’efficacité de la protection mise en place en particulier lors de primo-vaccination chez le chaton ou le chat adulte et senior.  

Les rappels annuels de vaccination n’ont plus forcément lieu tous les ans aujourd’hui grâce à de nouvelles études. Ils peuvent être faits tous les 1, 2 ou 3 ans. Cela dépend complètement du vaccin utilisé par votre vétérinaire. C’est lui qui se réfèrera à la notice pour vous dire avec certitude combien de temps l’immunité mise en place peut durer et quand il faut revenir en consultation pour un rappel. 

Faut-il vermifuger un chat qui ne sort jamais ?

Cette question revient souvent en consultation vétérinaire ? Après tout, votre minou n’a aucune chance de se contaminer en restant bien au chaud à la maison ! Et pourtant votre vétérinaire ne vous lâche pas la grappe et vous encourage à le faire. Alors n’est-ce que pour vous embêter ou bien y a-t-il un réel intérêt à vermifuger votre chat d’intérieur ? 

Un vermifuge à quoi ça sert ?

Vermifuger son chat sert à éliminer les vers intestinaux qui logent dans son tube digestif, bien souvent ses intestins. Les vermifuges classiques, utilisés en prévention, servent à lutter contre les vers ronds (= nématodes comme les ascaris et les ankylostomes) et les vers plats (= cestodes comme les tænias). 

Un seul vers intestinal ne pose en général pas trop de problèmes chez l’animal. Le souci vient quand il y a une infestation massive. Donner du vermifuge régulièrement à animal, de manière préventive, permet de nettoyer un bon coup les intestins à un instant T avant que cela ne devienne problématique. 

Sachez aussi qu’en vermifugeant votre chat vous protégez votre santé ainsi que celles des membres de votre famille, en particulier les enfants et personnes immunodéprimés. En effet, certains de ces vers peuvent se transmettre à l’Homme. Cela se produit lorsque l’on touche ou que l’on caresse un pelage contaminé par des larves ou des œufs microscopiques. 

Que risque mon chat s’il attrape des vers ?

Chez un chat en bonne santé, parasité par quelques vers digestifs, on observe en général aucun symptôme. Votre animal peut donc parfaitement avoir des vers sans que vous ne le sachiez ! 

Néanmoins, chez le chaton, le chat senior et/ou en cas de grosse infestation, les symptômes suivants peuvent être observés : 

  • Diarrhées (et/ou vomissements) 
  • Amaigrissement, avec un gros ventre chez le jeune 
  • Fatigue 
  • Modification de l’appétit 
  • Pelage terne, fragile et sec 
  • Signe du traineau … 

A quelle fréquence vermifuger un chat qui ne sort pas ?

Nous sommes bien d’accord, le risque pour un chat d’intérieur qui ne sort pas et qui ne rencontre jamais d’autres chats est assez faible : mais le risque zéro n’existe pas !!! 

Vous sortez de chez vous tous les jours et c’est vous qui pouvez ramener à la maison des œufs ou des larves contaminantes. Vous pouvez marcher dans des excréments de chats ou de chiens dehors, caressez un animal et ne pas avoir eu l’occasion de vous laver les mains le temps de rentrer chez vous … Si vous avez un chien, lui aussi va jouer ce rôle en plus d’être porteur potentiel de vers digestifs. 

Les recommandations actuelles de l’ESCCAP sont de vermifuger les chats qui ne sortent pas 1 à 2 fois par an.  

Attention, si vous avez de jeunes enfants à la maison ils peuvent être une source importante de contamination pour votre chat ce qui peut nuire à terme à leur santé. Une mauvaise hygiène des mains est en cause dans ce cas-là ! Alors, mieux vaut vermifuger votre chat plus souvent (3-4 fois par an voire plus) si vous êtes dans cette situation : encore une fois pas tellement pour la santé de votre chat qui tiendra très bien avec un vers ou deux mais pour celle de vos enfants. 

Quel vermifuge utiliser ?

Que votre chat sorte ou pas, ce sont les mêmes vermifuges qui sont utilisables. Demandez conseil à votre vétérinaire pour choisir la molécule et la forme galénique qui sera la plus adaptée à votre boule de poils : comprimé, pipette spot-on ou sirop. 

Il existe aujourd’hui sur le marché, en plus des vermifuges classiques, des vermifuges dits “naturels” à base de plantes. Ceux-ci ne détruisent jamais les vers et ne peuvent avoir qu’un effet répulsif. Ils ne sont donc pas à utiliser en cas d’infestation avérée mais plutôt en prévention. Soyez vigilant, tous les produits disponibles sur internet n’ont pas fait preuve de leur efficacité ni de leur sécurité. Demandez conseil à un professionnel en cas de doute. 

Mon chat mange de l’herbe alors il n’a pas besoin d’être vermifuge : FAUX

Vous avez peut-être déjà entendu ou lu sur internet qu’un chat qui mange de l’herbe à chats par exemple n’a pas besoin d’être vermifugé puisqu’il se purge en vomissement. Tout ceci n’est que pure fiction ! Dites-vous que lorsque votre chat régurgite ou vomit il vide le contenu de son estomac alors que les vers digestifs sont présents dans l’intestin grêle ou le gros intestin. Aucune chance de les éliminer par cette voie-là. Et si votre chat se met à vomir des vers, c’est que la quantité de vers présents dans son tube digestif est phénoménale et qu’il vaut mieux consulter. 

Y a-t-il un intérêt à traiter contre les puces un chat qui ne sort pas ?

Peut-être vous êtes-vous déjà posé cette question ! Après tout un chat qui reste bien au chaud dans sa maison à quand même peu de chance de croiser la route d’une puce ?! Alors voici quelques conseils : 

La puce est le parasite cutané le plus fréquent chez le chat

Les puces sont des insectes parasites extrêmement fréquent chez le chat. Elles sont la cause de près de la moitié des consultations à motif dermatologique en médecine vétérinaire.  

Pour cause, il est très facile pour nos animaux domestiques d’en attraper. Il suffit de se promener au mauvais endroit ou de rencontrer un autre animal parasité (chat OU chien OU lapin). En plus, une puce peut faire des bonds de près de 30 cm pour se déplacer et rejoindre sa nouvelle “victime”. 

Ce parasite cosmopolite est présent dans notre environnement pratiquement toute l’année. Pendant l’hiver, cela peut se calmer si les températures sont assez froides mais ce n’est plus toujours le cas. Il n’est alors plus si rare que ça de diagnostiquer des infestations massives de puces en plein mois de janvier. 

Que risque mon chat en cas d’infestation de puces ?

Le risque principal, en cas d’invasion de puces, est que votre chat va avoir une envie folle de se gratter. Pour certains cela passe un peu inaperçu. C’est juste le comportement de toilettage qui peut s’intensifier avec parfois des vomissements de boules de poils. Pour d’autres, les démangeaisons sont-elles qu’on observe une perte de poils dans certaines zones, des rougeurs sur la peau voire des plaies

Certains chats sont même allergiques à la salive de puces et peuvent souffrir de DAPP dès lors qu’une seule puce vient les piquer. Leur système immunitaire s’emballe et la réaction inflammatoire devient généralisée et intense. 

Enfin, sachez qu’un chat qui a des puces et qui en avale en se léchant peut attraper des vers intestinaux de type tænia appelé Dipilydium caninum, les fameux grains de riz visibles parfois dans les selles. De plus, en cas d’infestation massive de puces, un chat peut se retrouver anémié.

J’ai un chat d’intérieur : peut-il attraper des puces ?

Pour un chat qui ne sort pas, le risque d’attraper des puces est assez faible. Mais encore une fois il n’est pas nul : 

  • En sortant dehors vous pouvez devenir le vecteur de ce parasite en ayant été en contact avec un animal contaminé ; 
  • Si vous avez un chien qui n’est pas correctement traité contre les puces, il peut en ramener à la maison et contaminer le chat ; 
  • Une visite chez le vétérinaire peut être source de contamination malgré les mesures d’hygiène mises en place à la clinique car tous les animaux qui y circulent ne sont pas protégés ; 
  • Dans le cas où vous vivez en appartement, cela peut être le chien de votre voisin de palier qui dépose des puces dans le hall … 

A quelle fréquence traiter un chat qui ne sort pas contre les puces ?

On entend souvent des propriétaires dirent qu’il traiter 1 fois par an leur chat d’appartement contre les puces. Soyons honnête, cela n’a absolument aucun intérêt lorsque ce traitement antiparasitaire est fait au hasard, puisque de toute façon au bout d’un mois en général cela ne fait plus effet. 

Si vous avez aussi un chien, la mesure le plus important reste de le traiter efficacement tout au long de l’année (même en hiver) pour ne pas qu’il ramène de puce à la maison car c’est lui le principal vecteur.  

Le reste du temps, une inspection régulière du pelage (1 à 2 fois par mois) reste la meilleure façon de mettre en évidence une infestation débutante. Il faut chercher soit : 

  • Des puces qui se baladent, ce qui est loin d’être évident quand il y en a peu. Sachez qu’une puce adulte ne vient sur votre animal qu’au moment du repas, le reste du temps elle vit cachée chez vous. De plus, si votre chat se lèche beaucoup il peut “avaler les preuves”. Alors prudence. 
  • Des crottes de puces, ces petites saletés noires présentes dans les poils. En cas de doute, déposez-les sur un sopalin blanc que vous humidifiez. Si cela fait des trainées rouge marron alors ce sont bien des déjections de puces. 

Si vous êtes dans une de ces situations, pas le choix il faudra traiter votre chat (ainsi que tous les autres animaux du foyer) pendant minimum 3 mois voire 6 mois (temps du cycle de vie maximal des nymphes de puces). En appartement, il peut aussi être judicieux de traiter son logement avec un spray ou un fogger insecticide pour éliminer les formes cachées qui représentent 90% des puces présentes. 

Dans le cas où votre chat se gratte mais que vous ne voyez rien, ne prenez aucun risque. Traitez-le avec un produit antipuce efficace puis si cela ne s’améliore pas consultez votre vétérinaire

Picture of Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :

Nom(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.