Vaccin contre le coryza chez le chat 

vaccin coryza chat
Accès direct à vos questions via le sommaire

Le coryza du chat est aussi appelé la « rhinotrachéite virale féline ».

Ce n’est pas réellement une maladie mais plutôt un syndrome c’est-à-dire un ensemble de symptômes nasal et oculaire qui peut être causé par de nombreux agents infectieux.

Le coryza du chat est particulièrement contagieux et peut-être grave chez les chatons et les individus affaiblis. Cette affection est très fréquente au sein de la population féline dans le monde entier : on évalue à environ 70% le nombre de chats porteurs du coryza dans le monde.

Le coryza du chat : Qu’est-ce que c’est ?

Les agents pathogènes responsables du coryza

Comme dit en introduction, le coryza est un syndrome entraînant des symptômes principalement respiratoires et oculaires chez le chat, qui peut être causé par de très nombreux agents infectieux.

Les deux principaux des virus responsables de la maladie sont l’herpèsvirus félin (FHV) et le calivirus félin (FCV). D’autres virus peuvent aussi entrainer la maladie chez le chat comme le réovirus félin

Des bactéries peuvent parfois se rajouter et entraîner des surinfections bactériennes qui vont aggraver les symptômes déjà présents comme Bordetella bronchiseptica, Chlamydophila felis ou des Mycoplasmes.

Comment un chat peut-il se contaminer ?

Les agents pathogènes responsables du coryza chez le chat sont retrouvés dans les sécrétions oculaires et nasales des chats infectés. Les virus du coryza sont en plus extrêmement résistants dans l’environnement. La contamination d’un chat par un agent pathogène du coryza peut donc se faire par :

  • Contact direct avec un autre chat infecté ;
  • Contact indirect avec des personnes ou des surfaces sur lesquels des germes ont été déposés. Ce qui veut dire que même les chats vivants strictement en intérieur peuvent être malades du coryza car nous pouvons ramener sans le savoir les virus responsables sous nos chaussures ou sur nos vêtements à la maison !

Les agents pathogènes pénètrent dans l’organisme de l’animal principalement par voies nasales, oculaires et orales.

Les chats qui sont en contact avec beaucoup de congénères sont plus à risques de tomber malade. C’est le cas des chats qui ont accès à l’extérieur et de ceux qui vivent en collectivités comme les élevages, les refuges mais aussi ceux qui se rendent dans les expositions féline sou en pension pendant les vacances.

Les symptômes du coryza chez le chat

Les symptômes du coryza sont principalement respiratoires et oculaires mais selon le germe présent certains symptômes pourront être plus marqués que d’autres.

Symptômes généraux

Fièvre possible, abattement, prostration, anorexie (les chats ont besoin de sentir pour manger) …

Symptômes respiratoires

Eternuements avec jetage nasal (= écoulement). Le jetage peut être clair au début puis devenir purulent avec un aspect épais verdâtre. Ces écoulements peuvent sécher au niveau des narines et former des croûtes qui vont gêner le passage de l’air et donc la respiration qui devient sifflante. Si on tarde trop, le retrait des croûtes peut aussi être douloureux pour l’animal car la peau en dessous sera à vif.

Symptômes oculaires

Conjonctivite fréquente avec écoulement possible au niveau des yeux, on parle d’épiphora. Celui-ci peut être clair (comme des larmes) ou bien purulent.  Dans certains cas graves, on peut mettre en évidence des ulcères au niveau de la cornée (+++ si FHV).

Lésions buccales

En cas d’infection par le FCV on peut en plus observer une gingivite plus ou moins marquée ainsi que des ulcérations au niveau de la langue ou des gencives.

Le coryza peut s’exprimer chez le chat sous forme aiguë en particulier chez les chatons et les chats dits immunodéprimés c’est-à-dire plus fragiles du fait d’une autre maladie comme le sida (FIV), la leucose, une insuffisance rénale chronique … Cette forme peut s’avérer mortelle si elle n’est pas rapidement prise en charge.

En cas d’infection par l’herpèsvirus ou le calicivirus félin, un chat peut rester porteur toute sa vie et peut donc souffrir de coryza de façon chronique. A l’occasion d’un stress (déménagement, maladie …), le virus pourra être réactivé et entraîner une nouvelle crise de coryza.

Diagnostic et traitement du coryza

Le diagnostic du coryza chez le chat est en général assez facile à poser par le propriétaire et le vétérinaire. Il est possible de proposer des tests PCR pour savoir si le chat est atteint par l’herpesvirus ou le calicivirus félin. Ces tests n’ont pas une valeur diagnostic en tant que tel pour la gestion du coryza mais pour le suivi de l’animal sur le long terme car on sait que ces virus peuvent rester caché dans l’organisme même après traitement et notamment entraîner des atteintes buccales très douloureuses.

Le traitement mis en place par votre vétérinaire va dépendre de la gravité des symptômes et de l’état de votre chat : anti-inflammatoire, collyre pour les yeux, inhalations, antibiotiques …

La vaccination contre le coryza : un moyen de prévention efficace !

Quels sont les vaccins contre le coryza chez le chat ?

A l’heure actuelle, il existe un vaccin contre l’hespèsvirus félin (FHV) et le calicivirus félin (FCV) et un autre contre la chlamydiose féline. La vaccination contre le FHV et le FCV est considérée comme essentielle chez le chat, quel que soit son mode de vie alors que la vaccination contre la chlamydiose est considérée comme facultative (plutôt pour les chats vivants en collectivité).

Les agents pathogènes responsables du coryza sont multiples et il est illusoire d’espérer un vaccin qui les contiendra tous. Cependant les vaccins existant à ce jour protègent contre les virus les plus fréquents et les plus graves.

Tous ces virus sont réalisés par voie injectable chez le chat.

Protocole de vaccination contre le coryza

La primovaccination (= première vaccination) des chats contre le coryza est possible à partir de l’âge de 8 semaines.

Elle consiste à réaliser :

  • Pour le vaccin contre le FHV et le FCV deux ou trois injections à un mois d’intervalle c’est-à-dire à 8, 12 voire 16 semaines. La réalisation de la 3ème injection ou non dépendra de l’âge où sera effectuée la première vaccination, du statut vaccinal de la mère du chaton s’il est connu et du risque de contamination.
  • Pour le vaccin contre la chlamydiose deux injections à un mois d’intervalle.

Il est conseillé à présent de réaliser le premier rappel annuel du vaccin contre le coryza avant les 1 an de l’animal puis les rappels se feront tous les ans.

Il existe sur le marché une marque de vaccin contre le FHV et le FCV qui assure une protection immunitaire efficace pendant 2 voire 3 ans.

L’espacement des rappels de vaccins pour votre animal devra être celui préconisé par votre vétérinaire en fonction des vaccins utilisés.

Un chat vacciné contre le coryza peut-il quand même tomber malade ?

Comme expliqué précédemment, il n’existe pas à ce jour de vaccin qui permette de protéger contre tous les agents pathogènes responsables du coryza. On ne peut pas non plus prédire avec quelle intensité un individu va fabriquer des anticorps pour se protéger suite à une vaccination. La réponse immunitaire obtenue à la suite de la vaccination va dépendre de chaque individu.

Un chat vacciné contre le coryza (FHV/FCV +/- chlamydiose) pourra donc malgré tout tomber malade et faire un coryza.

Le but de la vaccination est de protéger nos animaux contre les deux principaux virus responsables de la maladie, qui entraînent les formes les plus graves et parfois des mêmes des formes chroniques.

Les chats vaccinés contre l’hespèvirus, le calicivirus félin et la chlamydiose ne seront pas protégés à 100% du risque de développer un coryza. Mais la vaccination :

  • Diminue fortement la gravité des symptômes exprimés (donc moins de formes qui nécessitent un traitement) ;
  • Diminue fortement l’excrétion des pathogènes dans l’environnement donc moins de risques de contaminer d’autres individus.

Dois-je faire vacciner mon chat contre le coryza s’il ne sort pas ?

Les agents pathogènes responsables du coryza sont extrêmement résistants dans l’environnement et nous pouvons donc les ramener à notre insu dans notre logement sous nos chaussures ou sur nos vêtements.

Bien que les chats qui vivent strictement en intérieur sont moins à risques de développer la maladie que les chats allant à l’extérieur, le risque n’est pas nul !!!

La vaccination contre l’hespesvirus et le calicivirus félin est considérée comme essentielle chez le chat quel que soit son mode de vie.

Le vaccin contre le coryza a t-il des effets secondaires ?

Un vaccin reste un médicament et peut donc éventuellement entraîner l’apparition d’un effet indésirable.

Les effets secondaires de la vaccination chez le chat sont peu fréquents et dans la majorité des cas ne sont pas graves et passent spontanément en quelques heures à quelques jours. Les effets indésirables graves sont extrêmement rares chez le chat (réaction allergique …).

Chez le chat, suite à la vaccination contre le coryza on peut le plus souvent observer :

  • Un nodule au niveau du site d’injection du vaccin qui parfois peut être sensible. Ce nodule est dû à une réaction inflammatoire locale et disparaît spontanément en quelques jours.
  • De la fièvre avec une petite baisse de forme et d’appétit pendant 24-48h.
  • Des éternuements et de légers écoulements oculaires transparents pendant quelques jours en cas d’utilisation d’un vaccin vivant atténué.

Prix du vaccin contre le coryza

Le vaccin contre le coryza (sauf la chlamydiose) fait partie des vaccinations dites essentielles chez le chat. Son prix est donc englobé dans celui de la consultation vaccinale réalisé avec votre vétérinaire qui comprend : consultation + injection + fiole de vaccin.

Le tarif est variable en fonction de votre secteur géographique. Une consultation vaccinale est souvent plus chère dans les grandes villes qu’à la campagne et dans une grosse clinique par rapport à un petit cabinet vétérinaire. En moyenne la vaccination contre le coryza coûte entre 55 et 70€.

Le prix du vaccin contre la chlamydiose doit être rajouté à tarif précédent s’il est fait en plus des autres vaccins (+20 euros en moyenne). Si ce vaccin est réalisé à part des autres vaccinations à l’occasion d’une autre consultation, il faudra compter environ 60€.

N’oubliez pas que lors de la visite vaccinale chez votre vétérinaire, vous pouvez être amenés à acheter d’autres produits essentiels pour la bonne santé de votre animal de compagnie (vermifuge, antiparasitaires externes …).

Rédacteur de l’article

Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.