Vaccin rage chez le chat : tout ce qu’il faut savoir sur le sujet !

vaccin rage chat : réglementation
Accès direct à vos questions via le sommaire

La rage est une maladie grave, toujours mortelle quand elle est déclarée, qui sévit encore largement dans le monde : 1 décès toutes les 10 minutes !

Pourquoi est-il important de faire vacciner votre chat contre cette maladie alors que cette maladie n’existe plus en France depuis plusieurs années déjà ? Dans quel cas cette vaccination antirabique peut-elle être rendue obligatoire ?

Que se passe-t-il d’un point de vue législatif en France quand en cas de rage est importé ? Quelles sont les mesures de protection pour nous et nos animaux de compagnie à l’heure actuelle ?

Dans cet article nous vous expliquons tout ce qu’il y a savoir sur la rage d’un point de vue maladie, vaccination et loi en France concernant les chats.

La rage : une maladie grave encore d’actualité dans le monde !

La rage est une maladie dite infectieuse c’est-à-dire qu’elle est causée par un agent infectieux, ici un virus : famille des Rhabdovirus et genre lyssavirus. Ce virus peut infecter absolument tous les mammifères comme le chat, le chien mais aussi l’Homme ! La rage est donc une zoonose, autrement dit une maladie transmissible de l’animal à l’Homme.

Cette maladie est extrêmement grave et entraine une encéphalite c’est-à-dire une inflammation au niveau cérébral. A partir du moment où les symptômes apparaissent l’individu malade va obligatoirement décéder. Il n’existe à ce jour aucun traitement pour cette maladie.

La prévention joue donc un rôle crucial dans la lutte contre la rage et dans notre pays cela passe par la vaccination antirabique des carnivores domestiques c’est-à-dire le chat, le chien mais aussi le furet !

La France étant un pays indemne de rage depuis 2001, les seuls cas rencontrés aujourd’hui sont dus à des importations d’animaux illégales qui mettent en danger la santé de nos animaux mais aussi de l’Homme. Sachant qu’on ne peut pas guérir de cette maladie quand elle à commencé à se développer il est indispensable de prendre les bonnes dispositions à l’égard de cette maladie.

On retrouve le virus de la rage dans la salive des individus contaminés, comme le chien et le chat, jusqu’à 15 jours avant l’apparition des symptômes jusqu’au décès. Ce virus se transmet donc lorsque la salive d’un individu infecté entre en contact avec une muqueuse ou par une plaie cutanée :

  • Lors de morsure ou de griffure ;
  • Lors du léchage sur une peau abîmée ou sur le visage.

Cette maladie s’exprime sous deux formes chez le chien et le chat :

Une forme furieuse (où les symptômes s’étalent sur une semaine). C’est celle à laquelle on pense quand on parle de la rage où les animaux malades vont devenir de plus en plus agressifs. Parallèlement à ce changement de comportement l’animal se paralyse progressivement et cela commence au niveau de la tête. L’animal va avoir de plus en plus de mal à manger et à boire et à avaler sa salive, d’où l’image de l’animal rageux qui bave. Puis lorsque la paralysie sera totale, l’animal ne pourra plus respirer et va décéder par asphyxie.

Une forme paralytique : Cette fois-ci on a juste paralysie progressive de l’animal malade, sans changement de comportement. Cette forme évolue souvent beaucoup plus rapidement vers la mort.

Que dit la loi française à propos de la vaccination antirabique chez le chat ?

La France est un pays indemne de rage depuis 2001. Des cas de rages humaines et animales sont encore ponctuellement mis en évidence en France :

  • Les cas humains sont dus à des gens qui ont été en contact (mordu, griffé) avec un animal malade dans un pays étranger
  • Les cas concernant les chiens et les chats sont dus dans 90% des cas à une importation illégale sur le territoire c’est-à-dire importation d’un chien ou d’un chat qui n’est pas vacciné (ou correctement) et qui est porteur du virus.

La vaccination contre la rage est-elle obligatoire en France ?

Aucune vaccination n’est obligatoire chez le chat en France !

Certains établissements comme les campings, les pensions, les chatteries ou les concours d’exposition féline peuvent demander que les chats soient vaccinés contre certaines maladies, dont la rage, sous peine de se voir en refuser l’accès. Le but étant de protéger les animaux rassemblés dans ces établissements voire les gens qui les fréquentent dans le cas de la rage. A vous d’anticiper vos démarches si vous déposez votre chat dans ce type d’établissements pour être sûr que les vaccinations demandées soient bien à jour.

Et pour voyager avec son chat ?

Si vous souhaitez quitter le territoire français avec votre chat pour voyager dans un autre pays, celui-ci devra obligatoirement être vacciné contre la rage !

Chat qui voyage : nécessité de vacciner contre la rage

Si vous quittez la France pour vous rendre dans un autre pays de l’Union Européenne, la vaccination antirabique est en général la seule obligation requise à quelques exceptions près (renseignez-vous en amont !).

Si vous quittez la France pour vous rendre dans un pays hors UE, la vaccination contre la rage ne sera pas la seule contrainte imposée à votre animal pour rentrer dans le territoire : titrage antirabique, quarantaine, certificat international de bonne santé …. Il est capital de vous renseigner le plus tôt possible sur les démarches à réaliser car certaines doivent l’être plusieurs mois avant le départ.

Votre vétérinaire, les services vétérinaires (DDCSPP) ou l’ambassade du pays peuvent vous permettre de savoir ce qu’il est indispensable de faire avec votre animal pour voyager en toute légalité.

Surveillance des chats mordeurs et/ou griffeurs

En France, la loi (Code rural) stipule que « tout animal domestique comme le chien ou le chat (quel que soit son statut vaccinal), qui mord ou griffe une personne doit être placé par son détenteur, et à ses frais, sous surveillance par un même vétérinaire sanitaire pendant une durée de 15 jours« .

Donc quand un chat mord ou griffe, il est obligatoire de mettre en place ce que l’on appelle un protocole « chat mordeur ou griffeur » chez le vétérinaire avec :

  • Une 1ère visite à réaliser dans les 24h qui suivent l’accident ;
  • Une 2ème visite à J+7 ;
  • Une 3ème visite à J+15.

Remarque : Chez le chat, quand on parle d’animal mordeur, on ne parle pas du chat qui pince « gentiment » une personne pour lui dire de le laisser tranquille mais bien de morsure profonde qu’il est nécessaire de désinfecter voire de traiter médicalement avec des antibiotiques. Et quand on parle de griffure pour déclencher un protocole de surveillance, on parle de blessures sévères et assez profondes, pas du chaton qui nous abîme les mains en jouant.

Pourquoi cette surveillance s’effectue-t-elle sur une période de 15 jours ? Pour rappel, le virus peut être excrété dans la salive maximum 15 jours avant l’apparition des symptômes donc le but est de voir si le chat développe des symptômes possibles de rage pendant ce laps de temps.

Donc si une personne se fait attaquer par un chat et se fait griffer et/ou mordre, elle doit bien nettoyer la blessure et consulter rapidement un médecin qui décidera s’il est nécessaire de prescrire des antibiotiques voir de référer la victime vers un hôpital pour être vacciné contre la rage et/ou le tétanos. En fonction de la situation la victime peut porter plainte !

En parallèle, le propriétaire de l’animal (qui peut aussi être la personne blessée) appelle son vétérinaire pour mettre en place un protocole de surveillance sanitaire avec 3 visites sur une durée de 15 jours. Pendant cette période, le chat ne doit être en contact qu’avec les personnes du foyer : si le chat sortait il doit absolument rester à l’intérieur, il ne faut pas garder d’autres animaux et si des personnes viennent au domicile le chat doit être enfermé dans une autre pièce …

A l’issue de ces 15 jours de surveillances, si le chat est en bonne santé tout s’arrête. Si le chat décède pendant cette période (quels que soient les symptômes), son corps est envoyé au laboratoire Pasteur pour rechercher le virus de la rage (au niveau du cerveau). Si des symptômes vraiment évocateurs se développent en cours de route aucun risque n’est pris !

En cas de surveillance sanitaire du fait d’une morsure ou d’une griffure, il est interdit de faire euthanasier son animal sans l’autorisation des services vétérinaires aussi appelés Direction Départementale de la Protection des Populations (DDCSPP). L’autorisation peut être donnée si le chat est très dangereux et qu’il est impossible de le garder en quarantaine ou que ce soit. Dans ce cas, sa dépouille est automatiquement envoyée à l’institut Pasteur pour analyse et recherche du virus.

En cas de décès de l’animal, toutes les personnes qui ont été en contact avec lui doivent aller en urgence se faire vacciner contre la rage. La DDCSPP fera une enquête minutieuse pour connaître tous les animaux qui ont été en contact avec l’animal décédé : les chiens, chats et furets correctement vaccinés contre la rage seront envoyé en urgence chez leur vétérinaire pour recevoir une nouvelle dose de vaccin. Ceux qui n’étaient pas vaccinés seront euthanasiés sous demande et responsabilités des autorités compétentes pour ne prendre aucun risque de nouvelle propagation du virus.

Un propriétaire qui ne présente pas son animal au vétérinaire lors d’une visite de surveillance peut être sanctionné d’un point de vue pénal. Le vétérinaire est tenu par la loi de prévenir la police et les services sanitaires !!!

Surveillance d’un chat importé de façon illégale en France

On parle d’introduction illégale d’un chat en France si :

  • Celui-ci est âgé de moins de 15 semaines car on n’a pas le droit de vacciner un chat qui a moins de 12 semaines et il faut encore attendre 21 jours pour pouvoir voyager après l’injection ;
  • Celui-ci n’est pas identifié ;
  • Celui-ci n’est pas vacciné contre la rage ou n’est plus à jour de ses vaccinations

Les personnes qui introduisent illégalement un animal sur le territoire français s’exposent à des sanctions pénales.

Ces règles ne sont pas là pour embêter les gens mais bien pour protéger la santé de chacun d’entre nous. Un vétérinaire qui a la connaissance d’un animal importé de façon illégale sur le territoire à l’obligation de rapporter cette information à la DDCSPP.

Dans ce cas, un arrêté préfectoral de mise sous surveillance est mis en place pendant plusieurs mois : en général entre 3 et 6 mois car c’est la période d’incubation maximale de la rage chez le chat. Pendant cette période, le propriétaire de l’animal devra respecter plusieurs obligations à ses frais :

  1. Visite mensuelle de surveillance chez le vétérinaire ;
  2. Isolement du chat : pas de contact avec les autres personnes et les autres animaux du foyer et interdiction d’aller à l’extérieur ;
  3. Identification obligatoire (si pas encore fait) ;
  4. Interdiction de voyager avec l’animal en France et en dehors ;
  5. Interdiction de donner ou de vendre l’animal à une autre personne ;
  6. Signaler toute anomalie au vétérinaire : changement de comportement, maladie ou décès.

Quand la période de surveillance est terminée la DDCSPP donne son verdict :

  • En cas de doute, la mise sous surveillance est prolongée ou l’euthanasie est demandée ;
  • Si l’animal est en parfaite santé, le dispositif s’arrête et le chat peut être vacciné contre la rage.

A l’issue de cette période de surveillance, la DDCSPP doit envoyer un rapport en faveur ou non de l’animal importé. Si le rapport initial est défavorable, la mise sous surveillance peut être prolongée ou l’euthanasie demandée. Quand le rapport est favorable, le chat peut alors être vacciné contre la rage et reprendre une vie normale avec son propriétaire.

Les prérequis de la vaccination antirabique

Pour être vacciné contre la rage un chat doit :

  1. Avoir plus de 12 semaines = 3 mois ;
  2. Être identifié avec une puce électronique (tatouage toléré si fait avant juillet 2011 et toujours parfaitement lisible, dans le cas contraire il devra être pucé)
  3. Posséder un passeport européen délivré par son vétérinaire : la vaccination antirabique doit être apposée dans ce document et non pas dans le carnet de santé qui n’est pas un document officiel.

Si votre chat est vacciné contre la rage mais qu’il ne respecte pas les conditions énumérées plus haut sa vaccination sera considérée nulle et non avenue.

Le protocole vaccinale contre la rage chez le chat

Il existe plusieurs vaccins contre la rage commercialisés dans notre pays. Ce sont tous des vaccins dits inactivés.

La primovaccination consiste à réaliser une unique injection qui sera valable aux yeux de la loi 21 jours plus tard. Il faut donc attendre ces 3 semaines pour pouvoir voyager, aller au camping, déposer son chat en pension …

Il est nécessaire de réaliser un premier rappel 1 an après la première injection puis les rappels seront réalisés tous les 1, 2 ou 3 ans en fonction de la marque de vaccin utilisée par le vétérinaire.

Si vous avez ne serait-ce qu’un jour de retard pour le rappel de vaccin de votre animal le protocole doit obligatoirement recommencer à zéro !

En soi votre animal est sûrement protégé avec un jour de retard, mais au vu de la gravité de la maladie les autorités de par le monde ne veulent prendre aucun risque.

Prix du vaccin contre la rage chez le chat

Le prix d’une consultation avec vaccination contre la rage chez le chat va varier en fonction de votre lieu de résidence et de l’association ou non du vaccin antirabique avec d’autres valences vaccinales.

En France, la consultation vaccinale avec le vaccin antirabique est facturée en moyenne entre 40 et 60 €.

A ce prix se rajoute le coût de l’identification électronique (en moyenne 65€) et du passeport européen (en moyenne 12€).

En conclusion : Quand dois-je faire vacciner mon chat contre la rage ?

Si vous souhaitez quitter le territoire français vous n’avez pas le choix la vaccination est obligatoire. Le but est bien de protéger votre animal et les personnes à son contact dans des régions où cette maladie mortelle sévit toujours !

Si vous allez en vacances au camping, que vous voulez déposer votre chat en pension ou que vous souhaitez participer avec lui à un concours … cette vaccination pourra vous être demandée. Renseignez-vous auprès des responsables de ces établissements pour connaître les modalités d’entrée de votre animal.

Avez-vous intérêt à faire vacciner votre chat si vous ne voyagez pas avec lui et/ou s’il ne sort pas ?

Le risque pour votre chat d’attraper le virus de la rage est extrêmement faible mais le risque n’est jamais nul car ponctuellement des animaux sont importés illégalement sur le territoire. Si un jour un cas de rage importé est déclaré à côté de chez vous et que l’enquête des services vétérinaires met en lumière que votre animal à été en contact avec l’animal décédé voici ce qu’il peut se passer :

  • Votre chat était vacciné : alors vous serez renvoyé chez votre vétérinaire pour refaire une injection de vaccination et il vous sera demandé d’isoler votre animal pendant une certaine période.
  • Votre chat n’était pas vacciné ou pas à jour alors la préfecture pourra demander son euthanasie de façon à ne prendre aucun risque pour votre santé.

Bien que cette décision puisse choquer certaines personnes, elle permet de protéger la vie des autres animaux et des gens en contact avec cet animal. Rappelez-vous que la rage est une maladie mortelle pour laquelle il n’existe aucun traitement.

Ce cas de figure est rare ! La décision de faire vacciner votre animal contre la rage ne dépend que de vous et doit être réfléchie en fonction du bénéfice et du risque estimés selon vous.

Rédacteur de l’article

Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.