Asthme du chat (Bronchite chronique féline) : symptômes, diagnostic et traitement

asthme du chat : causes, symptômes, diagnostic et traitement
Accès direct à vos questions via le sommaire

La bronchite chronique féline, appelée asthme du chat ou bronchite allergique à tort, est un problème respiratoire fréquent chez les chats.Cette affection ne doit pas être confondue avec une simple toux due à des boules de poils ou à d’autres irritants.

Ces épisodes peuvent durer plusieurs jours et nécessitent généralement une intervention vétérinaire pour les résoudre et éviter des problèmes répétés au cours de la vie du chat.

L’asthme félin est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires chez le chat. La comparaison avec la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) chez l’homme est courante en raison de nombreuses similitudes entre les deux pathologies. On pense que la cause en est une surréaction immunitaire respiratoire à des agents environnementaux.

Cet article vise à répondre à toutes vos questions sur cette pathologie. Existe-t-il des chats plus à risque que d’autre ? Comment savoir si votre chat est atteint par la bronchite chronique ? Comment soigner cette maladie et vivre avec un chat asthmatique ?Notre vétérinaire vous explique ce qu’est la bronchite chronique du chat et ce qui cause cet asthme félin afin que vous puissiez soigner votre animal de façon optimale s’il est atteint par cette maladie.

Qu’est-ce que l’asthme du chat ?

L’asthme du chat, ou bronchite chronique féline, est une forme courante de maladie respiratoire caractérisée par une inflammation anormale et chronique entraînant une obstruction des voies respiratoires de votre animal.

Même si une cause allergique peut le déclencher, l’asthme du chat n’est pas associé à une allergie comme on le voit chez l’humain.

Cette inflammation touche plus particulièrement les bronchioles et les alvéoles pulmonaires et donc le système respiratoire inférieur. La gêne associée aux spasmes pulmonaires et à la production réactionnelle de mucus rend difficile l’entrée de l’oxygène dans les poumons et le reste du corps.

Sans traitement, l’inflammation chronique dans le poumon peut entraîner une fibrose qui est une forme de cicatrisation épaississant la muqueuse pulmonaire et rendant le passage de l’air plus difficile au fil du temps.

Cette pathologie semble déclenchée et favorisée par l’existence de lésions anciennes d’une pathologie respiratoire passée et/ou par l’action irritante de stimuli environnementaux. La fumée de cigarette, la poussière, les parfums d’ambiance, les produits ménagers ou insecticides irritants, les produits de bricolage (térébenthine par exemple), la litière pulvérulente ou les pollens sont autant d’agents environnementaux susceptibles de causer de l’asthme chez votre chat.

Ce sont ces mêmes agents irritants qui peuvent provoquer des éternuements répétés chez le chat à ne pas confondre avec l’asthme félin. En cas de doute, interrogez l’équipe vétérinaire.

asthme chat fumée cigarette

L’asthme du chat peut-être déclenché par la fumée de cigarette comme d’autres agents irritants de l’environnement.

Facteurs de risque de l’asthme félin

Il semble, selon les études, que les chats Siamois soient plus fréquemment touchés par la bronchite chronique que les autres races de chats. Cependant, tous les chats peuvent être atteints par l’asthme félin. La bronchite chronique affecte le plus souvent des animaux d’âge moyen à plus âgés (chats de 1 à 15 ans avec un âge moyen de 4 ans)

A ce jour, il n’a pas été prouvé que les chats mâles, castrés ou non, soit plus touchés que le femelles et vice versa.

Par contre, comme évoqué précédemment, vous devrez être vigilant(e) sur les facteurs environnementaux qui augmentent le risque pour votre chat de développer cette pathologie respiratoire.chat siamois plus sensible asthme félin

Signes de bronchite chronique asthmatique chez le chat

La bronchite peut se présenter sous deux formes : aiguë (de courte durée) avec des effets réversibles ou chronique (de longue durée, plus de deux à trois ans) et peut entraîner des modifications permanentes et irréversibles des voies respiratoires.

Typiquement les symptômes comprennent une toux sèche, quinteuse et non productive donnant l’impression que le chat va vomir.

Au cours de ces crises, votre chat adoptera une position basse et voûtée, le cou tendu, afin de dégager ses voies respiratoires.

Cette attitude est souvent confondue avec une tentative d’expulsion d’une boule de poils. Cependant, il est important de noter que ces épisodes ne sont pas productifs et que les vomissements sont rares.

L’évolution en pneumonie bactérienne (infectieuse) est également rare chez le chat mais pas impossible.

Une perte d’appétit peut être observée si la gêne respiratoire est marquée.

Notez tout de même que, dans les cas graves, votre chat peut éprouver de fortes difficultés à respirer. La cyanose (muqueuses bleues par défaut d’oxygénation du sang), la syncope ou la léthargie sont alors des signes d’urgence nécessitant un appel immédiat du vétérinaire.

La toux peut survenir à tout moment de la journée, mais elle est plus fréquente après une activité (intolérance à l’effort), lorsque les sécrétions s’accumulent (toux nocturne) ou lorsque la trachée est manipulée. Il n’y a pas de saisonnalité dans l’apparition des symptômes de l’asthme félin mais retenez que les pics de polliniques peuvent déclencher des crises.

Si vous constatez ce type de symptômes ou en cas de doute, appelez votre clinique vétérinaire afin de programmer une consultation. Ne laissez jamais traîner une toux qui ne passe pas ou qui récidive régulièrement chez un chat.

Diagnostic du chat asthmatique

Le diagnostic de la bronchite chronique féline n’est pas toujours simple et se fait par élimination des autres maladies respiratoires mécaniques, infectieuses et parasitaires.

Le vétérinaire procédera à un examen physique complet de votre animal et vous posera plusieurs questions sur l’environnement et les antécédents médicaux de votre chat.

Des examens complémentaires comme des analyses de sang, d’urines ou de selles peuvent compléter la démarche diagnostique.

Les radiographies thoraciques sont quasi systématiques pour mettre en évidence les lésions pulmonaires.

Une évaluation plus profonde des poumons est parfois nécessaire et passe par une bronchoscopie (par vidéo-endoscope) ou un lavage bronchoalvéolaire. Ces examens sont réalisés sous anesthésie.

Traitement de la bronchite asthmatiforme chez le chat

Lorsque l’état général de votre chat est fortement impacté et que le pronostic vital est engagé, l’animal est pris en charge pour des soins intensifs en hospitalisation.

L’objectif prioritaire est de récupérer la capacité respiratoire optimale permettant à l’animal de respirer correctement et d’oxygéner son organisme.

La stabilisation d’un chat en crise est primordiale. Un apport d’oxygène est parfois nécessaire et la gestion de l’inflammation indispensable.

Par injection ou via des inhalations, le vétérinaire s’applique à calmer l’inflammation et à dégager les voies respiratoires. Cela implique l’usage d’anti-inflammatoires et de bronchodilatateurs comme la théophylline, le salbutamol ou la terbutaline.

L’usage de bronchodilatateurs à base d’huiles essentielles végétales est fréquentes mais nécessite un dosage et une surveillance stricte pour éviter les effets secondaires.

Les inhalations peuvent, dans certains cas et selon nécessité mesurée, être réalisées à la maison sur prescription du vétérinaire traitant.

Comment prévenir l’asthme du chat ?

Les crises d’asthme félines sont imprévisibles et peuvent disparaître durant des mois avant de resurgir.

Il n’y a pas de médicament préventif permettant de limiter cette bronchite chronique.

Il est important de réagir tôt quand votre chat manifeste de la toux et de le montrer à votre vétérinaire.

Le seul contrôle que vous pouvez avoir est celui de l’environnement direct de votre chat. N’oubliez pas qu’il dépend de vous.

Pensez à éliminer autant que possible tous les agents irritants évoqués précédemment (fumée de cigarette, parfums d’ambiance, encens, sprays etc…) et d’éviter la litière qui génère de la poussière.

En définitive, la bronchite chronique du chat est une pathologie fréquente bien connue des vétérinaires. La plupart des crises d’asthme se traitent bien mais peuvent néanmoins devenir chroniques. Les causes ne sont pas évidentes à déterminer et souvent mal connues.

Il vous faudra prêter attention à l’environnement que vous offrez à votre animal afin qu’il puisse y vivre sans souci. Bannir les agents irritants semble, encore aujourd’hui, la meilleure solution si vous voulez éviter que votre chat développe ce genre de problème respiratoire.

Rédacteur de l’article

Dr Eric Trénel
Dr Eric Trénel
Vétérinaire
Fondateur de Conseils Véto

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.