Chat qui éternue souvent, faut-il s’inquiéter ?

chat qui éternue
Accès direct à vos questions via le sommaire

Tous les chats éternuent !

Il n’y a probablement pas lieu de s’inquiéter si votre chat éternue de temps en temps. Il se peut que ce soit simplement quelque chose dans l’air qui irrite ses voies nasales. Néanmoins, lorsque les éternuements de votre chat ou chaton sont répétés ou que d’autres symptômes les accompagnent, il est préférable d’y prêter attention. En effet, les éternuements peuvent être le symptôme d’une maladie générale ou de problèmes respiratoires plus sérieux.

Dans cet article, nous allons vous aider à comprendre pourquoi votre chat ou chaton éternue, les causes possibles et comment réagir ou le soigner.

Pourquoi mon chat éternue ?

Les éternuements sont un réflexe de défense de l’organisme face à une irritation, un encombrement ou la présence d’une matière inappropriée dans le nez de votre animal. En tant que propriétaire de chat ou de chaton, il vous est très probablement arrivé de l’entendre éternuer. Cela se manifeste par un petit bruit nasal qui fait une sorte de «pschitt » assez mignon.

La plupart du temps vous n’y faites pas attention mais quand cela se répète, vous êtes nombreux à vous interroger sur l’origine de ces éternuements. Mon chat est-il malade ou a-t-il attrapé froid ?

Retenez qu’un éternuement passager et occasionnel chez le chat n’est pas alarmant. Il est tout à fait normal qu’un chat éternue de temps en temps. Il peut avoir respiré un peu de poussière sous le lit, quelques pollens dans le jardin ou senti un produit ménager un peu irritant.

Il vous faudra faire la différence avec la toux. Un chat qui tousse fait un bruit plus rauque qui vient de la gorge ou de plus bas sur les poumons. Pour vous aider faites le parallèle avec vous. Quand vous éternuez ça démange plutôt vers le nez et l’air sort brutalement en venant du haut (nez, bouche). Quand vous toussez, par contre la gêne se situe plutôt vers la gorge ou les poumons et l’air vient de plus profond et sort par quintes avec un son plus grave. Chez le chat c’est pareil !

causes éternuements chez le chat

Chat qui éternue : quand appeler le vétérinaire ?

Un éternuement occasionnel ne doit pas vous inquiéter et ne conduit pas à appeler le vétérinaire.

Chercher la raison d’un éternuement occasionnel

L’observation de votre chaton ou votre chat adulte peut alors rapidement vous aider à trouver la cause des éternuements constatés.

Votre chat sort de dessous le lit et éternue, il vous dit de passer l’aspirateur. Il éternue en jouant dans l’herbe ou en reniflant le sol, quelque chose a pu le chatouiller. Les éternuements se manifestent dans une pièce que vous venez de laver ou parfumer avec un produit qui sent fort, cela a pu irriter sa muqueuse nasale. Notez que le chat peut être sensible à la fumée de cigarette également. Ne fumez pas à côté de lui et aérez.

Les cas où il faut se rendre chez le vétérinaire

Une visite chez le vétérinaire est recommandée si votre chat souffre d’éternuements persistants ou d’autres symptômes. Cela est particulièrement vrai si votre chat a cessé de manger. En effet, le signe le plus courant des affections des voies respiratoires supérieures chez le chat est la perte d’appétit. Ceci est lié à la perte de l’odorat et du goût.

Certaines affections peuvent également entraîner des difficultés à avaler.

Voici quelques symptômes qui peuvent vous alerter :

  • Le chat a les yeux qui pleurent
  • Un écoulement nasal (sang, pus, sécrétions verdâtres ou jaunâtres)
  • Des difficultés pour mâcher
  • Une forte salivation
  • Une mauvaise haleine
  • Le chat éternue et se gratte ou se frotte le nez
  • De la toux
  • Une difficulté à respirer
  • Un affaiblissement général
  • Une déformation du nez

Dans tous ces cas, il faut appeler le vétérinaire sans traîner afin d’éviter les complications respiratoires.

Combien de temps attendre pour aller chez le vétérinaire

Pour un chat adulte, sans symptômes particuliers, vous pouvez attendre 24 à 48 heures pour voir si les éternuements passent. Chez le chaton, il est préférable d’y aller rapidement dès que le symptôme d’éternuement persiste car les infections respiratoires sont plus fréquentes et plus sérieuses. Le syndrome Coryza du chaton est d’ailleurs la pathologie la plus fréquente et présente un risque mortel.

Causes d’éternuements chez le chat

Les causes d’éternuements sont assez nombreuses pour un chat. Ces causes peuvent être médicales (infectieuses ou non), traumatiques ou environnementales.

Parmi les causes courantes, on a :

  • La démangeaison passagère qui chatouille nez.
  • L’odeur incommodante ou irritante : fumée de cigarette, produit ménager ou de bricolage (alcool, peinture, white spirit par exemple), les parfums de synthèse.
  • Des poussières en suspension dans l’air : poussières de maison, de bois, pollens.
  • Un traumatisme : choc sur le nez, coup de griffe avec blessure de la muqueuse nasale.
  • La présence d’un corps étranger : une herbe, un épillet dans le nez de votre chat, des poils.
  • Une infection respiratoire virale ou bactérienne. Elle peut toucher le nez, les sinus, la zone rétro-nasale. La plus connue est le Coryza félin.
  • Une affection parasitaire comme une atteinte fongique (champignons).
  • Une inflammation de la muqueuse liée à une allergie.
  • Une atteinte dentaire. Plus fréquente chez le chat adulte ou âgé, une infection peut remonter les racines des dents supérieures et atteindre la cavité nasale de votre animal.
  • Une atteinte tumorale du nez ou des sinus.

Comme vous le constatez, l’ensemble de ces causes peut aller de la plus anodine à la plus grave. Il est donc important de surveiller tout éternuement quand il se répète et ne passe pas chez votre chat.

chat éternue souvent poussière pollen fumée cigarette

Complications possibles chez le chat qui éternue

Lorsque l’inflammation est importante ou que le nez du chaton ou du chat adulte est bouché, une perte de goût et d’odorat peut apparaître.

La 1ère complication majeure est alors une perte d’appétit devenant rapidement gênante.

En effet, les chats peuvent rester plusieurs jours sans manger, mais contrairement aux humains, ils ne peuvent pas rester des semaines sans se nourrir. Leur organisme passe en mode « dénutrition » ou « famine » en quelques jours à peine. Cela peut conduire à une affection grave et mortelle appelée lipidose hépatique (ou maladie du foie gras) qui rend plus difficile la reprise alimentaire.

La 2ème complication majeure est la perte d’efficacité de la respiration. Le défaut d’oxygénation peut mener à l’affaiblissement de votre compagnon à quatre pattes et à une déficience grave appelée cyanose.

Dans les cas de corps étrangers tels que les épillets, une 3ème complication est à envisager avec la perforation de structures ou d’organes proches.

Enfin, lorsque l’origine est infectieuse, le passage de bactéries dans le système sanguin peut provoquer une septicémie grave, voire mortelle.

Chez le chaton, toutes ces complications apparaissent plus facilement et peuvent se révéler plus mortelles que chez l’adulte.

C’est pourquoi, lorsqu’un chaton éternue beaucoup il faut réagir vite et l’emmener chez le vétérinaire.

Mon chat en bonne santé éternue souvent, que faire ?

Si votre chat éternue souvent sans aucun autre symptôme et que cela apparaît de façon irrégulière au fil des jours, alors il faut rechercher une cause environnementale.

On parle ici de cas où l’animal est en bonne santé sinon référez-vous aux conseils précédents.

L’observation consiste à rechercher une situation ou cause commune aux phases d’éternuements.

Ca peut être le passage dans une pièce qui vient d’être nettoyée, le branchement d’une prise parfumée, le fait de brûler de l’encens, le passage de l’aspirateur qui fait voler la poussière, le fait d’avoir fumé dans la pièce…

Généralement en trouvant cette cause et en prenant les précautions adéquates, les crises d’éternuements de votre chat devraient disparaître.

Diagnostic de la cause

Si vous devez vous rendre chez le vétérinaire, le diagnostic de la cause passe tout d’abord par une consultation avec un examen physique de votre animal.Le vétérinaire vous posera également des questions relatives à son mode de vie et à son comportement à la maison.

Pensez à lui indiquer toute observation que vous avez faite et pouvant être reliée à l’état général de votre chat ou chaton. Vos informations sont précieuses.

L’examen clinique passe par l’observation, la palpation, l’auscultation avec un stéthoscope pour écouter le cœur et les poumons et déterminer l’étendue des symptômes cardio-respiratoires.

Dans certains cas, des examens complémentaires s’avèrent nécessaires. Il peut s’agir d’une prise de sang, de radiographies, d’un examen sous anesthésie à la recherche d’un corps étranger par exemple. Dans les cas d’allergies, le diagnostic final peut prendre plusieurs semaines ou mois pour déterminer l’origine exacte de celle-ci.

Mais rassurez-vous, la plupart du temps les examens permettent un diagnostic rapide.

Traitement du chat qui éternue

Il n’y a pas de traitement type des éternuements chez le chat car celui-ci dépend simplement de la cause.

Parfois, une médication limitée à des antibiotiques et anti-inflammatoires suffit et d’autres fois une hospitalisation avec des soins plus complexes s’avère nécessaire pour sauver votre chat.

Il peut arriver qu’une intervention chirurgicale (dentisterie, curetage sinusale par exemple) ou exploratrice (cas d’un corps étranger) soit nécessaire. Une anesthésie est alors incontournable.

Dans tous les cas, votre vétérinaire fera tout ce qui est possible et adapté pour soigner votre compagnon et lui permettre de retrouver son confort.chat qui éternue traitement chez vétérinaire

Comment prévenir les éternuements chez le chat ?

Voici quelques bonnes pratiques que nous vous recommandons en tant que vétérinaire :

  1. Retirer la cause provoquant le problème si c’est dans l’environnement du chat (ne pas fumer près du chat, changer de produit ménager, bien nettoyer sa maison, ne pas brûler d’encens…).
  2. Pour les origines virales comme le Coryza, il est recommandé de vacciner votre animal régulièrement. Faites le même s’il ne sort pas car vous pouvez véhiculer les virus résistants avec vos chaussures. Les 1ères injections, dites de primo-vaccination, se font vers l’âge de 2 mois chez le chaton puis le rappel est annuel.
  3. Pour les personnes ayant plusieurs chats, isolez rapidement celui qui éternue de façon anormale afin de limiter la contamination des congénères vivant avec lui.
  4. Nourrissez votre chat ou chaton avec une alimentation qualitative et vermifugez-le régulièrement afin que ses défenses immunitaires soient optimales.

Rédacteur de l’article

Dr Eric Trénel
Dr Eric Trénel
Vétérinaire
Fondateur de Conseils Véto

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.