Ce qu’il faut savoir sur la maladie valvulaire dégénérative du chien

maladie valvulaire dégénérative du chien
Accès direct à vos questions via le sommaire

Les chiens peuvent être touchés par de nombreuses maladies du cœur, que ce soit dès la naissance du fait d’une malformation ou avec l’âge suite à un processus dégénératif, inflammatoire, cancéreux ou idiopathique. La maladie valvulaire dégénérative est la maladie cardiaque la plus fréquemment observée dans l’espèce canine. Il est donc important de connaître cette maladie et ses signes d’appels pour améliorer le dépistage et la prise en charge des chiens malades. Nous allons essayer de vous donner dans cet article toutes les clefs pour bien appréhender cette maladie. 

Rappels anatomiques du cœur dans l’espèce canine

Le cœur est le muscle qui sert de pompe pour envoyer le sang à travers tout l’organisme en passant par les vaisseaux sanguins. Le cœur est divisé en deux parties bien distinctes, le cœur droit et le cœur gauche. Chacune de ces parties est elle-même divisée en deux cavités que sont l’oreillette (ou atrium) et le ventricule. Votre cœur et celui de votre chien possède donc une oreillette droite, un ventricule droit, une oreillette gauche et un ventricule gauche. 

Les différentes cavités du cœur sont séparées par des valves afin d’éviter que le sang reflux dans le mauvais sens : 

  • La valve tricuspide entre l’oreillette et le ventricule droit ; 
  • La valve mitrale entre l’oreillette et le ventricule gauche ; 
  • La valve aortique entre le ventricule gauche et l’aorte ; 
  • La valve pulmonaire entre le ventricule droit et l’artère pulmonaire. 

Le sang rentre dans l’atrium droit qui se remplit, puis est envoyé dans le ventricule droit qui va l’envoyer dans le circuit pulmonaire afin d’être oxygéné. Ensuite le sang riche en oxygène rentre dans l’oreillette gauche, puis le ventricule gauche avant d’être envoyé dans la circulation générale par l’aorte. 

Maladie valvulaire dégénérative du chien : Qu’est-ce-que c’est ?

La maladie valvulaire dégénérative est la maladie cardiaque acquise la plus fréquente chez le chien. On appelle aussi cette maladie endocardiose ou prolapsus mitral ou MVD. Pourquoi ?  

Bien que toutes les valves du cœur puissent être touchées par cette affection, c’est essentiellement la valve mitrale qui est atteinte chez le chien. Dans une moindre mesure, environ 30% des cas, on peut observer une atteinte concomitante de la valve tricuspide. Les valves aortique et pulmonaire sont très rarement atteintes par cette maladie chez le chien. 

Cette maladie est caractérisée par une dégénérescence des valves, dont on ne connait pas l’origine avec certitude. La valve atteinte s’épaissit et devient irrégulière. Elle ne peut donc plus se fermer correctement et assurer son rôle de barrière ou de clapet avec efficacité. Le sang peut donc refluer dans le mauvais sens !  

En cas d’atteinte de la valve mitrale, le sang peut donc refluer du ventricule gauche vers l’oreillette gauche. On a donc une accumulation de sang et de pression dans l’oreillette gauche qui va finir par avoir des répercussions dramatiques. Parfois, on peut même avoir une “rupture de cordage” c’est à dire que les filaments qui rattachent la valve à la paroi du cœur se cassent violemment, ce qui aggrave fortement le reflux sanguin et donc les symptômes. 

L’endocardiose chez le chien est une maladie progressive, d’évolution lente et irréversible

Le cœur augmente aussi en taille du fait de la stagnation de sang, ce qui comprime les structures environnantes : trachée, gros vaisseaux sanguins … 

Dans les cas avancés, la pression est telle dans l’atrium gauche qu’on va avoir une fuite de liquide dans les poumons. C’est ce que l’on appelle un œdème pulmonaire. Quand on arrive à ce stade, on observe ce que l’on appelle une insuffisance cardiaque congestive (ICC). 

Quels sont les chiens touchés par l’endocardiose ?

La maladie valvulaire dégénérative touche principalement les chiens de petits et moyens gabarits (en dessous de 25 kg) comme le Cavalier King Charles, le Cocker, l’Epagneul Breton, Teckel, Caniche, Yorkshire … 

Les symptômes apparaissent en général chez les animaux d’âge moyen (3-5 ans) à avancés (6-9 ans). Chez le Cavalier King Charles notamment, on a mis en évidence une origine génétique avec une apparition plus précoce de la maladie comparée aux autres races de chiens. 

Les chiens mâles sont plus atteints que les femelles. 

Quels symptômes en cas de maladie valvulaire dégénérative chez le chien ?

Au départ, la seule chose qui est mise en évidence est un souffle cardiaque. Seul votre vétérinaire pourra donc objectiver ce signe d’appel au cours d’une consultation. D’où l’importance de réaliser au moins une fois par an une visite annuelle de bonne santé, associée ou non aux vaccinations.  

Ce premier stade de la maladie, asymptomatique, peut durer plusieurs années, parfois 4-5 ans.  

Avec le temps, le cœur va grossir et va commencer à comprimer la trachée et les bronches à proximité. On a alors apparition d’une toux. Chez les chiens de petite taille, la toux est un symptôme fréquemment observé du fait de leur fragilité trachéale. Il n’est cependant pas possible de faire la différence entre une toux d’origine cardiaque ou d’origine respiratoire pure. 

Enfin il y a apparition d’une insuffisance cardiaque congestive avec un œdème qui va progressivement s’installer dans les poumons. D’autres symptômes vont alors apparaître : 

  • Intolérance à l’effort  
  • Diminution de l’activité dans la journée 
  • Difficulté respiratoire (= dyspnée) : aggravation de la toux, augmentation de la fréquence respiratoire, discordance, tirage costal … 

Dans les stades terminaux et/ou en cas d’atteinte concomitante de la valve tricuspide on va aussi avoir une fuite de liquide dans le reste de l’organisme avec apparition notamment d’ascite. C’est à dire de liquide dans la cavité abdominale. Le chien a donc un gros ventre rempli de liquide, qui va comprimer ses autres organes internes. 

Cette évolution de la maladie a permis de classer la maladie en plusieurs stades qui vont conditionner la prise en charge médicale et hygiénique. 

Comment diagnostiquer la maladie valvulaire dégénérative chez le chien ?

Le premier signe qui apparaît en cas d’endocardiose est un souffle cardiaque. Pour pouvoir émettre une suspicion il est donc indispensable de présenter son chien à son vétérinaire pour qu’il puisse être ausculté. Mais ce souffle ne peut pas permettre de dire avec certitude qu’un chien souffle de maladie valvulaire dégénérative. En effet, certains souffles sont physiologiques chez les chiots et disparaissent avec l’âge. De plus, toute altération de la fonction cardiaque va entraîner un souffle. On ne peut donc pas savoir quelle anomalie est responsable juste à l’auscultation cardiaque de l’animal. 

Des examens complémentaires vont donc être nécessaires pour identifier la maladie cardiaque en cause mais aussi pour savoir si on doit commencer à traiter ou non l’animal et savoir quels médicaments on doit utiliser. 

Votre vétérinaire peut réaliser des radiographies thoraciques pour évaluer la silhouette cardiaque et voir si celle-ci est de taille augmentée. Avec cet examen, on peut aussi voir s’il y a un œdème pulmonaire. 

L’échographie cardiaque reste l’examen de choix pour le diagnostic de la maladie cardiaque et le suivi au long terme. Car il permet de bien visualiser toutes les structures, les anomalies ainsi que les reflux sanguins (avec le doppler). 

Quels traitements en cas de MVD chez le chien ?

La prise en charge d’un chien atteint de maladie valvulaire dégénérative va dépendre du stade d’évolution de la maladie. De plus, cette pathologie cardiaque a la particularité de nécessiter une prise en charge multimodale qui repose sur des traitements médicamenteux, des mesures hygiéniques et alimentaires. 

Il n’existe pas chez le chien de traitement curatif (il existe en fait une chirurgie qui permet de réparer la valve mais très peu de spécialiste la pratique à ce jour et l’intervention est très onéreuse). Le but, retarder au maximum la phase d’insuffisance cardiaque congestive pour améliorer le confort et l’espérance de vie de l’animal. 

Stade B1

Au stade B1, un souffle est objectivé mais le chien n’a aucun symptôme et vit parfaitement bien au quotidien. A ce moment-là aucun traitement particulier n’est recommandé. Il faut simplement faire attention à l’hygiène de vie de son animal pour éviter de fatiguer son cœur de façon inconsidérée : 

  • Eviter de sortir son chien en cas de grosses chaleurs 
  • Eviter de faire de l’exercice de façon intense 
  • Eviter si possible le stress et les gros moments d’excitation 
  • Maintenir un poids idéal et éviter le surpoids 

A ce stade, il n’y a pas de consensus pour la mise en place d’une alimentation thérapeutique appauvrie en sel (= hyposodée). De même, des cures d’oméga 3 avec des huiles de poissons peut-être envisagée pour limiter l’inflammation cardiaque, mais sans preuve d’un réel intérêt à ce stade. 

Stade B2

Au stade B2 de la maladie, en plus du souffle cardiaque, les cavités cardiaques commencent à être remodelées. Aucun symptôme n’est mis en évidence à part une toux plus ou moins occasionnelles liées à l’augmentation de taille du cœur. 

En plus des mesures précédentes s’ajoute au traitement : 

1/ La mise en place d’une alimentation spécifique avec des croquettes vétérinaires : 

  • Pauvres en sel 
  • Enrichies en oméga 3, en taurine et en L-carnitine 
  • Riches en énergie pour lutter contre la fonte musculaire et la perte de poids 

2/ Possibilité de donner un traitement à base de Pimobendane pour soulager le cœur et rallonger au maximum la phase asymptomatique de la maladie. Des études ont montré que l’on pouvait gagner jusqu’à 15 mois de vie sans symptômes grâce à ce traitement chez le chien, ce qui n’est pas négligeable. 

3/ Si le chien est gêné par sa toux, le vétérinaire pourra prescrire des anti-inflammatoires ou des antitussifs.  

Stade C

Au stade C le chien est clinique de sa maladie du fait de la mise en place d’une insuffisance cardiaque congestive plus ou moins étendue. A ce stade, en plus de tout ce qui a déjà été mis en place précédemment vont se rajouter des traitements : 

  • IECA (Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine) pour aider le cœur à bien fonctionner et pomper le sang et lutter contre l’hypertension artérielle ; 
  • Diurétiques pour essayer d’éliminer un maximum le liquide présent dans les poumons et/ou l’abdomen du chien malade ; 

D’autres traitements médicamenteux peuvent être proposés pour renforcer les effets des traitements précédents, lutter contre l’anxiété et le stress qui sont mauvais pour la fonction cardiaque … 

Stade D

Le stade D est le stade terminal de la maladie, où le chien devient réfractaire au traitement. A ce moment-là, votre vétérinaire fera de son mieux pour ajuster le traitement de votre animal avec votre accord et un suivi rigoureux sera nécessaire pour évaluer le moment où la qualité de vie de votre animal n’est plus au rendez-vous. Ce sera à vous de juger si une euthanasie est nécessaire ou non dans le temps. 

Importance du suivi médical chez le chien atteint d’endocardiose

Cette maladie cardiaque est évolutive, c’est à dire qu’il va falloir ajuster les traitements de votre chien entre le moment du diagnostic et la fin de sa vie. Et pour ça, il va falloir des informations à votre vétérinaire pour évaluer le degré de sévérité de la maladie et donc réaliser des examens complémentaires régulièrement. 

Le suivi est donc capital pour les chiens atteints de maladies cardiaques. 

Pour ceux dont seul un souffle est objecté, il faudra faire un suivi au moins une fois par an pour voir l’évolution du souffle. Une radiographie ou une échocardiographie annuelle est aussi nécessaire pour savoir si le cœur commence à souffrir et à être remodelé et donc savoir à quel stade de la maladie on est. 

Pour les chiens qui sont à un stade avancé de la maladie, les examens d’imagerie médical (radiographie et échographie) ne sont pas forcément nécessaires mais un suivi régulier dans l’année est indispensable pour ajuster le traitement et permettre à l’animal de vivre le plus confortablement possible. Des prises de sang peuvent être proposées par votre vétérinaire notamment si votre chien prend de l’âge et qu’il est traité avec des certains médicaments comme les diurétiques. 

Chiens : quels pronostic en cas de maladie valvulaire dégénérative ?

Cette maladie cardiaque est évolutive, c’est à dire qu’il va falloir ajuster les traitements de votre chien entre le moment du diagnostic et la fin de sa vie. Et pour ça, il va falloir des informations à votre vétérinaire pour évaluer le degré de sévérité de la maladie et donc réaliser des examens complémentaires régulièrement. 

Le suivi est donc capital pour les chiens atteints de maladies cardiaques. 

Pour ceux dont seul un souffle est objecté, il faudra faire un suivi au moins une fois par an pour voir l’évolution du souffle. Une radiographie ou une échocardiographie annuelle est aussi nécessaire pour savoir si le cœur commence à souffrir et à être remodelé et donc savoir à quel stade de la maladie on est. 

Pour les chiens qui sont à un stade avancé de la maladie, les examens d’imagerie médical ne sont pas forcément nécessaires mais un suivi régulier dans l’année est indispensable pour ajuster le traitement et permettre à l’animal de vivre le plus confortablement possible. Des prises de sang peuvent être proposées par votre vétérinaire notamment si votre chien prend de l’âge et qu’il est traité avec des certains médicaments comme les diurétiques. 

Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.