Conseils Véto > Coryza du chat et du chaton

Coryza du chat et du chaton

Le coryza du chat, qui touche souvent le chaton, est une maladie virale associée à un syndrome respiratoire que certains appellent "grippe du chat" (même si le virus de la grippe n'est pas impliqué). Les principaux symptômes de cette "rhinotrachéite virale" se rapprochent plutôt d'un gros rhume, avec des spécificités qui ne le rendent pas banal.

Dans cette maladie, les symptômes respiratoires peuvent se compliquer rapidement et prendre une tournure telle que l'état général du chat atteint de coryza se dégrade très vite.
Le décès de l'animal est alors possible, surtout chez les chatons plus fragiles et sensibles à ce rhume particulier.

More...

Causes du coryza du chat et du chaton

Le coryza chez le chat peut être déclenché par trois virus qui peuvent le toucher simultanément ou de manière indépendante

On distingue:

  • L’Herpès Virus Félin (FHV) qui atteint les voies nasales et respiratoires.
    Il entraine des symptômes du type rhino-trachéite et s’avère capable d’atteindre l’état général (fièvre, perte d'appétit, abattement) et de provoquer des complications sévères.

    La particularité de cet Herpès Virus du chat réside dans sa capacité à se cacher dans les ganglions du chat après guérison. On dit qu'il subsiste à "l'état latent" dans l'organisme. 
    Le chat reste porteur sain de la maladie et ne présente pas de symptôme. 
    Il peut alors  réapparaître à la faveur d'un stress, d'une autre maladie ou d'une mise-bas et de provoquer les symptômes à nouveau.

  •  Le Calicivirus (FCV) qui se développe parfois sous une forme de calicivirus hypervirulent chez le chat ou le chaton.

    Parmi les symptômes qu’il engendre, les ulcérations de la bouche sont les plus remarquables et les plus gênantes pour le chat. Correspondant à des érosions de la muqueuse de la langue et/ou des gencives, ces plaques rouges plus ou moins étendues provoquent douleur et difficultés à s’alimenter. En leur présence, votre chat peut baver de façon importante !

  • Un Réovirus à l'origine de symptômes plus légers tels que des larmoiements.
coryza chaton yeux collés

L'infection bactérienne des yeux dans le coryza peut aller jusqu'à coller les yeux du chaton ou du chat atteint

Les complications bactériennes (Chlamydia, Bordetella bronchiseptica, Mycoplasma) sont fréquentes chez le chat atteint de coryza.

Elles sont parfois graves en particulier chez les chatons et les animaux faibles tels que les chats âgés, atteints d'une autre maladie, porteurs du FIV (sida du chat)  ou de la leucose (FelV).

​Stimulant immunitaire recommandé par ​Conseils Véto​

​Transmission du coryza ​entre chats

L'affection est très contagieuse et se propage rapidement au sein d'une communauté de chat (refuge, chatterie, pensions, animaux semi-sauvages...). La transmission de la maladie entre chats se fait principalement par contact physique direct.

Les chats adultes non vaccinés, les chatons (âgés de 2 à 12 semaines), les chats souffrant d’autres maladies mais aussi les animaux stressés font partie des individus les plus à risque.

La ​contamination indirecte s'effectue par le biais des éternuements et/ou des écoulements des yeux ou du nez qui se dispersent dans l'environnement.

​​BON A ​​SAVOIR

​​​Vous pouvez également véhiculer sur vos vêtements ou sur vos chaussures les agents pathogènes responsables de la maladie et contaminer votre chat. C'est pourquoi, ​un chat d'intérieur peut s'infecter même s'il ne sort pas et n'a pas de contact avec d'autres congénères!

Enfin, le coryza peut réapparaître, comme nous l’évoquions, à la faveur d’un stress ou d’une maladie par « réveil » de la maladie endormie dans le chat après guérison.

La vaccination est donc vivement recommandée même pour un chat d’intérieur que vous pourriez contaminer ou qui aurait eu la maladie avant son adoption !

Symptômes du coryza chez le chat

L'incubation du coryza du chat (temps entre l'infection et l'apparition des premiers symptômes) est assez courte entre 2 et 5 jours.

Après cette période, les symptômes sont variables et dépendent du (ou des) germe(s) responsable(s) de l'infection :

  • Respiratoires : rhinite avec éternuements et écoulements au niveau du nez (jetage nasal), toux, difficultés à respirer.
    Lors de surinfection bactérienne, le jetage devient purulent est crée des croûtes qui bouchent le nez et empêchent votre chat de respirer correctement.
  • Oculaires : conjonctivite (yeux rouges), écoulements des yeux (épiphora). Lorsqu’elles sont purulentes, ces sécrétions peuvent coller les paupières entre elles notamment chez le chaton.
  • Buccaux : ulcères sur la langue et/ou les gencives, gingivite (inflammation des gencives), stomatite (inflammation des muqueuses de la bouche).
  • Généraux : perte d'appétit, fièvre, abattement, inflammation des ganglions du cou.
coryza chat chaton

​Chaton ayant le coryza : éternuements, larmoiements et écoulements nasaux sont les premiers signes visibles

​​​​Si votre chat manifeste un ou plusieurs de ces symptômes, 
consultez votre vétérinaire sans tarder.
En l'absence de traitement, les complications peuvent être mortelles !

​Diagnostic du coryza ​félin

Côté diagnostic, les symptômes sont très évocateurs et d’autant plus si plusieurs chats sont atteints en même temps.

Cependant, tout éternuement, écoulement nasal ou oculaire ne correspond pas forcément à un coryza. Il est donc préférable de voir le vétérinaire pour confirmation et surtout pour traiter et soulager votre boule de poils.

Des prélèvements peuvent être réalisés pour mettre en évidence le (ou les) agent(s) responsable(s) de l'infection par des techniques de laboratoires (PCR).
Le vétérinaire prélève les substances virulentes (contenant les germes), avec un écouvillon, dans la bouche, les yeux ou sur les conjonctives.

Traitement du coryza du chaton et du chat adulte

Il n’existe pas de remède direct luttant contre les virus.

Les traitements utilisés pour soigner le coryza du chat permettent de:

  • Lutter contre les complications bactériennes.
  • Soutenir l'organisme pour l'aider à combattre la maladie.
  • Dégager les sécrétions pour permettre au chat ou au chaton de respirer et voir correctement.
  • Gérer la douleur de l’animal et lui permettre de manger.


Le vétérinaire peut employer :

  • Des antibiotiques pour traiter ou prévenir les surinfections bactériennes.
  • Des anti-inflammatoires contre la fièvre et/ou la douleur.
  • Des collyres ou pommades oculaires.
  • Les nébulisations d’antibiotiques, de fluidifiants, de bronchodilatateurs (ouverture des bronches) qui donnent de bons résultats grâce à leur action interne.


Concernant les nébulisations, soit le vétérinaire les réalisera à la clinique avec un nébulisateur spécifique efficace ou vous recommandera de les pratiquer chez vous.

Comment cela se passe-t-il ?

  • Vous placez votre animal dans sa cage de transport en veillant à bien la fermer.
  • Vous déposez un bol d'eau chaude contenant les substances prescrites par le vétérinaire pour l'inhalation, devant la cage. Attention à bien placer le bol suffisamment loin de la cage pour éviter que l'animal puisse l'atteindre avec ses pattes et se bruler.
  • Recouvrez l'ensemble (cage + bol) avec une grande serviette.
  • Laissez le chat au calme respirer les vapeurs pendant environ 10-15 minutes.

​ATTENTION

​N’utilisez pas des produits à inhaler non prescrits par le vétérinaire car certains produits ou dosages peuvent entraîner des complications non désirées (convulsions par exemple).
Le conseil de votre vétérinaire est essentiel pour cette démarche !!

Un nettoyage quotidien des yeux et du nez est bénéfique pour limiter la dispersion des substances potentiellement contagieuses dans l'environnement et améliorer le confort de votre animal.

En complément, de la L-Lysine (acide aminé) est indiquée pour ses propriétés anti virales.

Les antiviraux tels que les interférons ou la zidovudine seront préconisés dans les formes récidivantes ou chez les chats atteints sévèrement par la maladie.
Là encore, le vétérinaire adaptera le traitement à chaque cas.

L’hospitalisation de votre chat est parfois indispensable lorsque son état de santé est préoccupant ou que les soins sont difficiles. L’objectif est de soutenir l’organisme, réhydrater le chat et le réalimenter.
A cet effet, une sonde naso-gastrique (sonde passant par le nez et allant dans l’estomac) peut être placée pour le nourrir s'il ne consomme plus aucun aliment.

​Stimulant immunitaire recommandé par ​Conseils Véto​

Evolution et pronostic ​du coryza chez les chats

Le coryza chez le chat peut guérir spontanément chez une minorité d'individus dits "résistants" en 10-14 jours sans traitement médical. Cela étant, il faut tout de même les soigner (nettoyage des yeux, des croûtes...).
 
Pour les autres chats et les chatons plus particulièrement, les complications sont fréquentes et nécessitent des soins qui donnent, le plus souvent, d’excellents résultats.

Une pneumonie ou une nécrose des os du nez lors de sinusite et/ou de rhinite chronique peuvent survenir pour les cas de coryza compliqués.

Depuis quelques années, des caliciviroses hypervirulentes ont été détectées.
Très agressives, elles peuvent entraîner jusqu’à 50% de mortalité. Les études en cours visent à adapter les vaccins à ces nouvelles souches afin de protéger vos chats.

Le décès intervient, également, chez certains animaux très atteints refusant de s'alimenter et de boire.

RAPPEL : l’Herpès virus peut somnoler dans le corps du chat après guérison et réapparaître suite à un stress psychique (déménagement) ou physique (maladie, mise bas).
Il est bon de le savoir car les récidives de coryza sont fréquentes chez les chatons comme les chats adultes et ce, indépendamment des soins apportés par le vétérinaire.

coryza chaton chat vaccin

​Le vaccin reste la meilleure option pour protéger votre chat ou chaton du coryza, même pour un chat d'intérieur ou d'appartement.

​Vaccin contre le coryza et prévention

Si votre chat vit avec d'autres congénères, et que les symptômes de coryza apparaissent, il est nécessaire de le séparer des autres pour limiter la contamination. Sinon, gare à l'épidémie!

Des mesures d'hygiène sont également importantes à respecter en collectivité à savoir:

- Nettoyage et désinfection du matériel en contact avec l'animal malade et son environnement.

- Lavage des mains après contacts avec le chat contagieux.

- Utilisation de protections sur les vêtements ou changement de vêtements après les soins.

- Commencer par s’occuper des chats sains et terminer par le ou les chat(s) malades.


On évitera également de laisser son chat malade en pension chez des amis ayant des chats ou de garder le chat malade d’un(e) ami(e) si le vôtre est sain.

La vaccination contre le coryza est fortement recommandée et s'effectue chez les chatons dès l'âge de 8 semaines. Le protocole de vaccination est important à respecter pour être efficace.
Deux injections sont réalisées à un mois d'intervalle suivi d'un rappel annuel.

La vaccination est préconisée chez tous les chats, même ceux qui ne sortent pas à l'extérieur ou ne vivent pas en collectivité. Elle limite l'apparition des signes cliniques mais n'empêche pas toujours la contamination et la transmission de la maladie à d'autres chats.

Les vaccins disponibles agissent contre les principaux agents pathogènes de la maladie: le Calicivirus, l'Herpès virus et les Chlamydia.

A noter: la vaccination contre le coryza du chat est obligatoire si vous souhaitez que votre animal participe à une exposition féline ou peut être exigée si votre boule de poils séjourne en pension. Parlez-en à votre vétérinaire!

Comme vous le constatez, le syndrome coryza du chat n'est pas une maladie qu'il faut négliger mais contre laquelle on peut agir en suivant des règles hygiéniques simples et logiques et en vaccinant son animal afin de limiter la contamination et la gravité des symptômes.

Ces dernières années des souches plus virulentes étant apparues, la vaccination est devenue plus incontournable pour limiter l'extension et le développement de ce rhume particulier qui peut anéantir un chaton comme un chat adulte en moins de 10 jours.

​​Complément conseillé pour ​renforcer son immunité contre le coryza ​

​Recommandé
Lysine stimulant immunitaire coryza chat et chaton

​Herpelysine® ​Lysine pour chat et chaton

​​La L-Lysine est un ​acide aminé essentiel ici apporté sous forme de complément alimentaire à verser dans l'alimentation de votre chat ou chaton pour l'aider à renforcer ses défenses immunitaires lors d'un coryza ou d'autres maladies.

Crédit photo : chaton yeux collés : entraidechatsvillejuifchatduparisis

  • bonjour, mon chat de 5 ans a les symptomes du coryza que vous décrivez, toux persistante, lésion dans la bouche et le larynx (une fibroscopie a été faite pour éliminer un corps étranger).
    Il est hospitalisé depuis hier et sous perfusion, refuse de manger.
    Il a eu samedi une injection de cortisone, et lundi une injection d’ antibiotique a effet retard. Malgré cela son état général ne semble pas s’améliorer.
    est-ce normal? A t’il des chances de s’en sortir? Le vétérinaire me dit qu’il faut patienter et qu’il n’y a pas d’autre traitement à lui donner.

    • Bonjour,

      La récupération et surtout le temps de récupération dans un cas de coryza félin peut varier selon l’état de santé initial du chat mais aussi suivant la virulence du virus responsable.
      Il existe, en effet, et notamment pour le calicivirus, des formes plus virulentes que d’autres qu’on ne peut pas différencier en clinique.

      Effectivement, s’il est hospitalisé avec les soins appropriés, c’est compliqué de faire plus.
      On lui souhaite de se récupérer rapidement. 😉

      Bien cordialement

  • Bonjour, j’ai un chat de 8 ans qui a un corysa depuis toujours, periode de nez qui coule etc.. il a une tres mauvaise respiration que l’on repere a 15m mais sinon tout le reste en bonne santé.J’ai depuis adopté une femelle de 3 ans vaccinée et les deux s’entendent tres bien et pas de symptome chez la femelle. On me propose une chaton a adopter, mais je ne sais pas si je peu, merci de votre conseil

    • Bonjour,

      Rien ne vous l’interdit mais il faut savoir qu’il pourra être contaminé par votre chat à coryza chronique, s’il n’a pas déjà été contaminé par sa maman.
      Plus vous aurez de chat, plus il y a de chances de voir apparaître des poussées de coryza dans votre situation car ils vont se le transmettre régulièrement.
      En vaccinant tout le monde, vous n’éliminerez pas le coryza mais cela limitera les apparitions de symptômes.

      Bien cordialement

    • BONJOUR mon chaton a les yeux qui coule mais rien ne s’aggrave dois je l’amener a un veterinaire ?

    • Bonjour,

      Si c’est un écoulement clair et transparent sans autres symptômes alors vous pouvez essayer de nettoyer ses yeux avec un nettoyant vétérinaire adapté que vous pouvez récupérer à l’accueil chez votre vétérinaire.
      Si c’est purulent et sale, il est préférable de le montrer pour adapter un traitement avant que cela ne s’étende.

      Bien cordialement

  • Bonsoir docteur ,voilà depuis 4 a 5 semaines j’ai une jeune chatte qui est venue faire 5 chatons chez moi ,depuis je nourri la maman et prends soin des bébés ,il sont a l’intèrieur maintenant et au chaud ,depuis quelques jours ,quelques petits éternuements, peu fréquents apparaisse, ils n’ont pas les yeux collés ,pas de nez qui coule ,mais je m’inquiète tout de même, de savoir s’il n’ont pas attrapés le corysa ,ils s’on nés début Avril ,font entre 300 et 350g ,ça tête bien ,ça joue, mais je me demande si il y a quelques chose a faire ,je suis inquiète quand même ,je ne voudrai pas que celà s’agrave si c’est le cas . Que faire ? Merci de votre réponse Géraldine région sud .

    • Bonjour Géraldine,

      Ils peuvent l’avoir contracté et ne rien manifester de plus. Cela reste bien évidemment à surveiller.
      A ce stade, vous n’aurez pas d’action particulière à faire à part vous assurer qu’ils aient une alimentation riche et équilibrée qui stimule et aide à développer correctement leur système immunitaire. 4 à 5 semaines c’est d’ailleurs l’âge du sevrage et ils ont du commencer à manger solide.

      Notez que le complément à base de Lysine présent en bas de l’article peut aider à renforcer leur immunité face au syndrome coryza également. 😉

      Concernant les symptômes, rien ne garantit qu’il s’agisse du Coryza félin même si c’est assez fréquent. D’autres petits microbes peuvent faire éternuer.
      En cas de symptômes similaires à ceux que vous avez listé, il faudra les montrer à votre vétérinaire pour adapter un traitement.

      Bien cordialement

  • bonjour,ma chatte a été atteinte du coryza en septembre 2019 , pendant près de 5 mois elle éternuait tout le temps malgré les injection de CONVENIA faite par ma véto , j’ai fouillé sur le net et j’ai vu un médoc donné aux chats malades qu’on trouve en pharmacie et qui s’appel « coryzalia » ,c’est pour les humains ,bref en 3 jours ma chatte a cessé d’éternuer ,je lui donne un comprimé matin et soir écrasé dans sa nourriture . Par contre elle a un oeil qui coule un peu mais pas trop grave.

    • Bonjour et merci pour ce témoignage.

      A la base cette dose homéopathique porte ce nom sans lien avec le Coryza du chat. Sans recul sur une éventuelle efficacité, je ne pourrai pas confirmer ou infirmer le lien entre l’administration et le résultat que vous avez constaté. Il faudrait pour cela renouveler l’expérience sur de nombreux chats et comparer les différents traitements.
      Je ne remets bien évidemment pas en question votre vécu mais je me dois d’inviter à la prudence, chaque cas étant différent et certains coryza ayant une hypervirulence mortelle qui ne pourra pas être traitée ainsi. 😉

      Bien cordialement

    • Bonjour Docteur,
      A la suite d’une absence de six semaines en 2018, pendant lesquelles j’avais confié mon chat à une personne de confiance, ça ne s’est pas bien passé du tout et mon chat a développé un coryza. Rien n’a été fait comme il était convenu et à notre retour, nous avons été accueillis par une atroce odeur de fesces et d’urine qui prouvait que le bassin de litière n’était pas lavé régulièrement, le plateau « Activity » sur lequel il pouvait prendre ses croquettes avec ses pattes était lui-même sale et n’a jamais été lavé quotidiennement, régulièrement (donc report des bactéries du bac à litière sur le plateau de nourriture), + la poussière, d’énormes coussins de poussière partout. J’ai eu beaucoup de chagrin de retrouver mon chat en cet état et je culpabilise depuis. Je me dis sans cesse que c’est de ma faute et que je n’aurais pas dû faire confiance à cette personne qui n’a rien fait de ce qui était convenu. Le coryza dont souffre mon chat maintenant, depuis 2018, (il est vacciné tous les ans depuis son enfance) est apparemment inguérissable selon certains vétérinaires, ici, aux Pays-Bas. Rhynoplastie, et autres examens, poumons, etc, prise de sang ont été effectués. Ce coryza s’est doublé d’une ataxie que mon chat a appris à contrôler lui-même, car là aussi, les vétérinaires, français, (où il était enregistré avant le déménagement aux Pays-Bas en 2019), ont dit qu’il n’y avait rien à faire. Donc, pour une ataxie, il n’y a rien à faire et pour un coryza chez un chat vacciné, il n’y a rien à faire. On se demande pourquoi on paie des vétérinaires. J’essaye de me débrouiller toute seule avec des traitements homéo qui apportent un léger soulagement à mon animal. Il s’agit d’un chat croisé siamois-européen, et qui ressemble surtout à un siamois, même pour la façon d’être, toujours avec ses proches (nous, il n’a pas de contact avec des chats), âgé de 15 ans maintenant. J’ai entendu dire que le fait de faire pratiquer l’extraction des dents du fond de la bouche (toujours problématiques chez mon chat) pourrait améliorer la situation. Ses narines sont bouchées en permanence depuis 2018. Je lui donne Allium Cepa 9CH 3 granules, Mercurius Solubilis 9 CH 3 granules, Poumon Histamine 9 CH 3 granules, Allium Cepa composé 5 granules, 3 fois par jour, + Respyl 10 gouttes, + L52 dans un peu d’eau 10 gouttes. Je lui apporte également des aliments supplémentaires à base d’algues en poudre bio, suivant la dose recommandée quotidiennement, L-Lysine 1000mg, des probiotiques (bio recommandés par des vétérinaires) 1 cachet par jour suivant son poids, Un aliment sur base d’argile (purifiant) pour chat à base de plantes bio pour les apports en vitamines, oligoéléments, acides aminés, etc. Ces suppléments alimentaires lui font du bien et c’est visible sur son poil, sa peau, etc, les dents (canines et incisives). Pour les dents du fond de la bouche, c’est toujours chargé quoi que je fasse et pourtant, je lui brosse tous les jours et avec un doigt de caoutchouc, je passe un produit (pour chat) anti tartre et anti bactérien, mais pas de réussite plus que cela. J’ai entendu dire qu’un vétérinaire français avait sauvé un chat déclaré lui aussi inguérissable avec cette maladie. Il a pratiqué l’extraction dentaire des dents du fond de la bouche, puis il a fait une injection d’interféron oméga. Et il a fait des miracles uniquement avec ça. Qu’Est-ce qui pourrait sauver mon animal ?
      Merci de bien vouloir m’aider.
      Avant 2018, mon chat courait et menait une vie normale.
      Dernièrement, il nous a fait une rupture des ligaments croisés, opéré, il est en convalescence, en bonne voie. Il marche avec une légère boiterie encore, mais de mieux en mieux. Il a une alimentation, depuis son enfance, achetée chez le vétérinaire. Etant donné son problème d’enfance (il était maltraité dans sa petite enfance avant que je le recueille), il faisait des cystites répétées, il a une alimentation hyper calibrée, chaque croquette de chaque sorte est comptée (Urinary Moderate Calorie, Urinary HD, Mobility, Fibres, Senior Consult Stage2), et comme ça, ses reins sont équilibrés, sa vessie est OK, etc.
      Malgré le fait que j’en aie toujours pris le plus grand soin, il a fallu une absence de six semaines pour le retrouver dans cet état de coryza doublé d’une ataxie, et je cherche désespérément la solution.
      Que puis-je faire pour lui apporter le confort de vie qui était le sien avant 2018 ? Merci.

    • Bonjour,

      Je comprends votre frustration et peine à voir votre chat dans cet état d’autant que vous semblez effectivement vous en occuper avec beaucoup d’attention.

      Concernant le coryza, et plus particulièrement de l’infection par le calicivirus félin si votre chats a des lésions de gingivite chronique ou des lésions ulcérées dans la bouche, il est vrai que le retrait des dents peut donner de bons résultats. J’ai eu à le pratiquer moi même avec une bonne récupération clinique pour certains chats.
      On enlève généralement toutes les dents sauf les crocs en général.

      L’ajout d’interféron, assez coûteux, apporte une action immunitaire antivirale intéressante mais pas certaine et systématique donc c’est à prendre en compte si vous optez pour ce type de traitement.

      Quoiqu’il en soit, il convient d’en discuter sérieusement avec votre vétérinaire ou un autre pratiquant ces soins car il faut apprécier le bénéfice/risque au regard de l’âge de votre chat.
      En effet, l’intervention dentaire n’est pas anodine et il est indispensable de juger, en amont, de l’état de son foie, de ses reins etc… pour cadrer le risque anesthésique.

      Vous comprendrez aisément que je ne peux m’avancer davantage n’ayant aucune visibilité clinique, ni certitude de récupération dans son cas précis.
      La discussion posée avec un vétérinaire recevant votre chat pour examen clinique et détermination du risque est ici indispensable.
      Il serait intéressant de voir si votre clinique gère cela ou s’il peuvent, par exemple, vous référer sur un centre où la dentisterie spécialisée est pratiquée.

      En espérant vous avoir orientée.
      Bien cordialement

  • Bonjour et merci pour l attention que vous portez à tous les messages de vos correspondants. Je m occupe de 10 chats dans ma rue que j ai fait stériliser. Ils ne sont pas vaccinés (coût trop important) et un coryza s est déclaré chez une minette de 6mois environ. J ai réagi rapidement et l ai amenée avant hier chez le vétérinaire. Injection de Dexamedium et Draxxin (effet retard pour éviter des soins qui ne sont pas toujours faciles dans la rue) . Depuis le retour (avant-hier soir) elle ne s alimente pas ( j ai essayé plusieurs aliments bien appetants) et je ne sais pas si elle boit (j ai essayé de lui donner à boire avec une pipette) Que faire? Pensez vous qu elle puisse mourir? Par ailleurs 2 autres chats (dont sa jumelle) commençant à éternuer je leur donne depuis ce matin du Doxyval en cachets. C est une communauté très solidaire et j ai peur de la transmission.. mes moyens ne me permettent pas d amener tous ces minets chez le vétérinaire… Mais j y suis très attachée et je voudrais les soigner du mieux possible. Merci beaucoup pour vos conseils! Marie

    • Bonjour,

      Vous pourriez demander une pâtée utilisée en récupération ou un complément enrichi comme le Nutrigel Plus à votre vétérinaire afin de la stimuler.
      On dit que l’appétit vient en mangeant et c’est un peu vrai aussi pour le chat quand il est malade.

      Parlez en à votre vétérinaire ou ses assistantes à l’accueil afin de déterminer ce qui la stimulera le plus.
      Pour le pronostic c’est difficile de se prononcer. Si l’anorexie dure trop longtemps ça peut effectivement être compliqué.
      Pensez aussi à bien nettoyer son nez pour favoriser l’odorat qui est lié à l’appétit également.

      Bon courage

    • Merci pour votre réponse rapide. Miraculeusement, après 6 jours d’anorexie, la minette s’est remise à manger aujourd’hui (et de bon appétit!). Les trois autres chats traités semblent aller bien aussi; on dirait que j’ai réussi à endiguer l’épidémie! J’espère ne pas chanter victoire trop tôt. Une question importante se pose quand même quant à ces chats errants : comment se faire aider pour ces soins qui sont coûteux et qu’on ne peut pas prendre en charge. Une association (d’un village voisin) a bien voulu prendre en compte les stérilisations, mais pour le reste aucune aide locale ni ailleurs. Lors des stérilisations, tant qu’à faire, les vétérinaires pourraient au moins faire les premières vaccinations. On est volontaire et on prend soin aux mieux de ces pauvres chats (la nourriture est coûteuse aussi pour les alimenter plusieurs fois par jour), mais c’est lourd…

    • Bonjour,

      Ravi de voir que ça va mieux.
      Concernant les frais, je comprends que ça peut être lourd mais les associations font en fonction de leurs moyens, des nombreuses demandes et des dons reçus.
      Quant aux vétérinaires, s’ils font une première injection lors de la stérilisation mais que la suivante n’est pas faite 1 mois après (pour la primo-vaccination) alors ça ne sert à rien car les défenses ne seront pas suffisamment stimulées.
      Il vous est possible de tenter d’ouvrir une cagnotte en ligne pour demander une participation financière à de bonnes âmes prêtes à vous aider. C’est une façon de faire de certaines personnes. Jetez un oeil sur Leetchi par exemple. 😉

      Bien cordialement

    • J’ai plusieurs fois utilisé l’homeopatie, dès q’un chat commence à éternuer je mets dans l’eau de boisson Allium Ce pa composé, Aconit composé 10 granules de chaque+1comprime de coryzalia, cela a été bénéfique à une petite chatte sauvage, impossible à attraper pour la conduire chez le vétérinaire .alors que 4 autres ont du le voir ,….vivant tous à l’intérieur je ne les avais pas vacciné grosse erreur depuis ils le sont sauf la sauvage, les granules sont en vente chez tous les pharmaciens il peut les commander et les recevoir très rapidement, peu cher j’en ai désormais toujours, et les utise pour moi des le début d’un rhume.

  • Bonjour, déjà merci pour votre article qui est fort intéressant.
    J’aimerais savoir également si je dois m’inquièter ou non, en effet je viens d’adopter un chaton de 6 mois, qui a eu un coryza avant que je l’adopte, celui ci a été soigner et il a été vacciner il y a une semaine et demi contre le coryza. Cependant seulement 2 jours après qu’il soit arrivé chez moi il a commencer à avoir les yeux qui coule à éternue ect.. Direction veto elle me donne une crème pour ses yeux et des inhalation à faire 1 fois par jours. Cela fait donc 3 jours que je fais ce traitement. Mais depuis hier mon chat a commencer à  » vomir » je l’entend qui régurgite, cependant il a « vomis » 3 fois un liquide transparent avec un peu de mousse comme de la slice, et cette nuit à vomis une petite boule de poils. Je souhaite savoir si cela est lié au coryza et si il faut que je retourne chez le vétérinaire ? Ou si c’est juste quelques boules de poils et qu’il faut que je patiente que son traitement fasse effet ?
    Merci pour votre réponse

    • Bonjour,

      Il est fort probable que cela ne vienne pas du traitement mais des boules de poils.
      Je vous invite à lire notre article sur le sujet ici pour en savoir plus et connaître les solutions à adopter.
      Il sera nécessaire de récupérer un petit complément pour cela auprès de votre vétérinaire, directement à l’accueil sans consultation ou lors de la visite de contrôle si elle est prévue.

      Bien cordialement

  • >