Aspirine, paracetamol et ibuprofene chez le chien et le chat

danger de l'aspirine, ibuprofène, paracétamol chez le chien et le chat
Accès direct à vos questions via le sommaire

Fréquemment utilisés chez l’homme, le paracétamol, l’aspirine et l’ibuprofène provoquent, chaque année, de nombreuses intoxications chez le chien et le chat.

Lisez cet article pour comprendre les risques liés à l’usage inadapté de ces médicaments chez le chien et le chat.

L’automédication inappropriée contre la douleur ou contre la fièvre du chien ou du chat ou l’ingestion accidentelle des médicaments du propriétaire sont les causes fréquentes d’intoxication à ces 3 produits. Pour savoir si votre animal a mal, vous pouvez aussi écouter ce reportage : repérer et traiter la douleur chez le chien et le chat

Toxicité du Paracétamol chez le chien et le chat

Largement utilisé comme anti-douleur et antipyrétique chez l’homme (Dafalgan®, Efferalgan®, Doliprane® par exemple ou sous forme générique), le paracétamol pose régulièrement des soucis de santé graves chez les chiens et les chats. On l’appelle aussi acétaminophène (nom que vous retrouverez si vous allez à l’étranger).

Pourquoi le paracétamol est-il toxique chez le chien et le chat ?

On peut en effet se poser la question. Ce médicament est utilisé très fréquemment chez l’Homme sans soucis majeur. Pourquoi est-il donc toxique chez le chien et le chat ?Dans le cas du paracétamol, une enzyme située dans le foie utile à son métabolisme (cheminement et transformation du médicament dans le corps avant d’agir ou d’être éliminé) n’est que peu présente chez le chien et absente chez le chat. De fait, le paracétamol s’accumule dans le foie et déclenche une réaction en chaîne qui détruit les cellules du foie : il ne peut donc plus fonctionner correctement et éliminer les autres déchets de l’organisme, ce qui conduit à l’accumulation d’ammoniac dans le sang. On parle alors d’encéphalose hépatique, ce qui peut entraîner des symptômes nerveux. Dans un deuxième temps (principalement chez le chat), le paracétamol atteint le sang en modifiant l’hémoglobine contenue dans les globules rouges. L’hémoglobine est la molécule qui transporte l’oxygène dans les globules rouges. On parle de méthémoglobinisation ce qui entraîne une coloration brun chocolat du sang et un défaut majeur dans le transport de l’oxygène.

La toxicité du paracétamol est donc hépatique et sanguine chez le chien et le chat.

Chez le chat

  • Très forte sensibilité, notamment au niveau de l’hémoglobine qui a une constitution particulière et plus fragile. La moindre absorption est dangereuse !
  • L’action est rapide et ne prend que quelques heures pour mettre le foie en rade et entrainer la mort !
  • Le paracétamol ne doit absolument pas être donné au chat.

Chez le chien

  • Les chiens, quant à eux, sont sensibles au surdosage (rapide pour les chiens de petit gabarit). La toxicité est principalement hépatique.
  • La mort du chien peut également intervenir en fonction de la dose avalées et de la taille de celui-ci !
  • Fortement déconseillé chez le chien, il ne devra être utilisé (faute de mieux) qu’avec l’avis et le conseil d’un vétérinaire  et surtout pas chez un chien avec des soucis hépatiques (foie) !

Symptômes d’une intoxication au paracétamol (chien et chat)

Les symptômes observés sont :

  • Vomissements et salivation appelée ptyalisme (atteinte de l’estomac) avec perte d’appétit (anorexie).
  • Troubles sanguins : destruction de globules rouges (anémie hémolytique) pouvant entraîner une jaunisse (ictère) et inefficacité du transport d’oxygène liée à la méthémoglobinisation (sang marron). Ce qui entraîne de la fatigue.
  • Ces derniers associés à la défaillance majeure du foie (qui détoxifie habituellement le sang) peuvent entrainer, à leur tour : œdèmes, troubles de la coordination (ataxie) et convulsions.
  • En fin d’évolution on a l’hypothermie et la mort.

Chez le chat, les symptômes apparaissent plus rapidement et son beaucoup plus violents que chez le chien. De plus, ce sont les symptômes associés à la toxicité sanguine qui prédominent chez le chat, alors que ce sont les symptômes liés à l’atteinte du foie qui prédominent chez le chien.

Réaction plutôt violente quand on sait que l’idée de base était de soulager son chat ou son chien !

intoxication chat aspirine paracetamol ictère

Ictère (jaunisse) chez un chat intoxiqué.

Traitement de l’intoxication au paracétamol (chien et chat)

Action n°1 à mettre en œuvre : vous rendre chez le vétérinaire (traitant ou de garde) ! C’est une urgence vitale !Si vous pouvez vous rendre chez le vétérinaire dans l’heure qui suit l’ingestion du paracétamol, celui-ci va faire vomir votre animal, de façon à éliminer la plus grosse partie du toxique ingéré. N’essayez pas de faire vomir votre animal avec des recettes maisons, vous risquez de faire encore plus de mal que de bien !

Par chance il existe un antidote :

La N-Acétyl-Cystéine qu’on trouve dans des produits comme le Mucomyst® ou le Fluimucil®.- La vitamine C intervient également dans le traitement. Seul le vétérinaire pourra établir les doses à administrer. Ne faites pas n’importe quoi et référez vous à lui qui, seul, pourra mettre toutes les chances du côté de votre animal !Attention : L’antidote ne suffit pas ! Il est fréquent de devoir hospitaliser l’animal pour le faire vomir, le mettre en perfusion, tenter de sauver son foie, l’oxygéner selon la nécessité et parfois de pratiquer une transfusion. On cherche également à gérer la douleur et l’inconfort.

chien hospitalisé intoxication paracetamol

L’intoxication au paracétamol peut entraîner l’hospitalisation de votre chien ou votre chat

Même bien traités un chien et, encore plus, un chat ont des risques sérieux de mourir lors de ce type d’intoxication. Si le foie est fusillé, il semble improbable en l’état actuel de la médecine vétérinaire qu’un autre soit transplanté !Ne donnez pas de paracétamol à votre animal et ne laissez pas traîner vos médicamentsC’est le meilleur conseil (et le plus sûr) que je puisse vous donner !

Toxicité des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) chez le chien et le chat

Utilisés à la pelle chez les humains, l’aspirine ( Aspégic®, Aspirine UPSA®, aspirine générique) et l’ibuprofène (Advil®, Nurofen®, Ibuprofène générique) sont eux aussi responsables d’intoxications fréquentes chez les chiens et les chats.

Ces deux molécules appartiennent au groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et sont utilisés en général pour leurs propriétés antalgique, anti-inflammatoire et antipyrétique (pour faire baisser la fièvre).Nous les traitons ensemble car ces deux médicaments ont les mêmes mécanismes d’action expliquant leur toxicité.

Toxicité de l’aspirine et de l’ibuprofène chez le chien et le chat

Pour comprendre la toxicité de ces 2 molécules, regardons comment elles fonctionnent chez l’animal. Dans le corps du chien, du chat et de l’homme, on trouve des prostaglandines un peu partout dans les organes. Ces prostaglandines sont (comme les hormones) des petits messagers qui sont fabriqués par le biais de réactions chimiques contrôlées par des enzymes. Une fois créées, les prostaglandines activent des réactions spécifiques du corps, selon leur nature. Ce qui nous intéresse, ici, ce sont des enzymes appelées cyclo-oxygénases (abrégées COX) qui permettent la fabrication de certaines prostaglandines intervenant de 2 façons dans le corps :

  • Grâce à COX-1, libération de prostaglandines qui agissent sur des fonctions de base. Celles qui nous intéressent, ici, la protection de l’estomac et de l’intestin, la bonne circulation du sang dans les reins et une action sur les plaquettes.
  • Grâce à COX-2, libération de prostaglandines qui activent linflammation.

schéma intoxication aspirine ibuprofène chien chat

Action de l’aspirine et de l’ibuprofène chez le chien et le chat

Utilisés comme anti-inflammatoires, l’aspirine et l’ibuprofène stoppent le fonctionnement de COX-2 mais aussi, et malheureusement, de COX-1.Ces 2 médicaments agissent bien pour limiter l’inflammation (douleur, rougeur, fièvre,…) mais auront pour effets secondaires d’abaisser la protection de l’estomac face à l’acidité ainsi que la protection de l’intestin et de diminuer la circulation du sang dans les reins. A cela s’ajoute une action antiplaquettaire qui perturbe la bonne coagulation du sang dans le corps. Cette action est très présente pour l’aspirine et plus fugace pour l’ibuprofène et peut entraîner des saignements anormaux. Ces effets secondaires apparaissent à des doses administrées beaucoup plus faibles pour le chien et le chat, comparé à l’homme. Là encore, le chat est bien plus sensible que le chien car il n’a pas les mêmes enzymes pour dégrader les AINS !L’aspirine et l’ibuprofène ne doivent pas être donnés aux chiens et, encore moins, aux chats sans les conseils d’un vétérinaire. Il existe aujourd’hui des anti-inflammatoires plus efficaces et plus sûrs que votre véto pourra vous prescrire.

A noter :

Les vétérinaires prescrivent parfois l’aspirine aux chats et aux chiens. L’indication, dans ce cas, est généralement de limiter les caillots de sang dans les vaisseaux (thromboses) et de fluidifier le sang  grâce à l’effet antiplaquettaire de celle-ci. On voit cela pour certains soucis cardiaques ou lors de thromboses veineuses chez le chat, par exemple. Si votre vétérinaire vous a prescrit l’aspirine aucun souci, à condition de bien respecter la posologie ! L’auto-médication est par contre à bannir !

Symptômes liés à l’aspirine et à l’ibuprofène (chien et chat)

Les symptômes de l’intoxication à l’aspirine ou à l’ibuprofène découlent de ce qui a été expliqué précédemment ( :

  • Perte d’appétit / Anorexie : c’est souvent le premier symptôme.
  • Vomissements et diarrhées.
  • Hémorragies digestives : ulcères dans l’estomac et saignements intestinaux pouvant entraîner la sortie de selles noires et/ou accompagnées de traces de sang.
  • Douleurs abdominales.
  • Hémorragies dans le reste du corps (diminution de la coagulation sanguine) déclenchant abattement, muqueuses pâles (yeux, gencives, …), problèmes respiratoires.

Si l’intoxication est forte ou persiste sur plusieurs jours :

  • Atteinte rénale (reins) et hépatique (foie) : renforcement des symptômes précédents + augmentation des urines et de la soif (on parle de polyurie/polydipsie), possible jaunisse (ictère).
  • Atteinte du système nerveux central : trouble de la coordination, convulsions, coma.
  • Décès de l’animal.

Traitement lors d’intoxications à ces 2 médicaments

Comme pour le cas du paracétamol, la 1ère action est d’appeler votre vétérinaire dont les conseils pourront sauver votre animal. C’est une urgence vitale !Il pourra vous recommander, dans les premières heures uniquement,  de faire vomir et/ou de donner du charbon activé avant d’amener le chien ou le chat à la clinique. Lors d’intoxication à l’aspirine ou à l’ibuprofène, il n’y a pas d’antidote !Les soins apportés sont donc indispensables pour nettoyer le corps, protéger les organes et soutenir les fonctions vitales. L’hospitalisation est donc fréquente et permet une mise en perfusion de l’animal intoxiqué. Protecteurs hépatiques et rénaux, pansements gastro-intestinaux, antalgiques (contre la douleur) et antibiotiques sont administrés.

chat perfusé intoxication aspirine paracetamol ibuprofène

Transfusion sanguine chez un chat.

Dans les cas les plus graves, on peut même être amené à pratiquer une transfusion. L’anémie peut, effectivement, devenir mortelle lorsque les pertes sanguines (estomac, intestins, vaisseaux du reste du corps, …) sont trop importantes. La mort du chien ou du chat peut, malgré tout, être inévitable lors de fortes intoxications à l’aspirine ou à l’ibuprofène. Là encore, ne donnez ni aspirine, ni ibuprofène à votre chien ou votre chat sans les conseils ou la prescription d’un vétérinaire. Cela reste, encore une fois, la meilleure recommandation qu’on puisse vous faire ! Là encore, des molécules bien plus sûres existent dans la pharmacopée vétérinaire.

Vous voilà donc informé(e) des risques graves encourus par vos chiens et chats s’ils absorbent du paracétamol, de l’aspirine ou de l’ibuprofène. La toxicité évoquée ici, pouvant conduire à la mort de votre animal, devrait suffire à vous dissuader de leur en donner ou de laisser traîner vos médicaments. Pensez à partager via vos réseaux sociaux le lien vers cet article auprès de vos amis et vos proches ayant des chats et des chiens ! Cela leur rendra sûrement service et évitera de gros problèmes à de nombreux animaux. Restez vigilant(e) ! 😉

Rédacteur de l’article

Crédits photos : Dr E.Trénel, alphapet, University of pennsylvania

Dr Eric Trénel
Dr Eric Trénel
Vétérinaire
Fondateur de Conseils Véto

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.