Conseils Véto > Glandes Anales du chien: tout ce qu’il faut savoir !

Glandes Anales du chien: tout ce qu’il faut savoir !

Vos frais vétérinaires remboursés !

  • Facile
  • Immédiat
  • Sans engagement
Faire une simulation gratuite

Les problèmes de glandes anales sont très fréquents et peuvent toucher tous les chiens, quelque soit leur race ou leur âge.

Aussi appelées sacs anaux, les glandes anales sont peu connues des propriétaires de chiens qui n’ont jamais été confronté au problème.

Se vidangeant de façon autonome en temps normal, l’engorgement des glandes anales du chien apparaît le plus souvent quand elles sont trop remplies, bloquées ou irritées.

Quelles sont les complications de glandes anales bouchées ?
Comment vider les glandes anales de votre chien en prévention ?

Notre vétérinaire vous explique tout ce qu’il faut savoir sur les sacs anaux de votre chien pour éviter les soucis et l’inconfort pour votre animal.

Que sont les glandes anales chez le chien ?

Il existe de nombreuses petites glandes autour de l’anus d’un chien et parmi celles-ci, 2 glandes particulières en forme de sac. Chacune d’elle se situe de part et d’autre de la marge anale, à droite et à gauche, sous la peau de telle sorte que vous ne pouvez pas les voir à l’œil nu.

Elles débouchent à 2 ou 3 mm de l’anus via un petit canal par lequel les sécrétions qu’elles produisent s’évacuent.

Le plus souvent leur vidange se fait au passage des selles bien moulées ou en situation de stress.
Dans ce dernier cas, on peut retrouver des tâches marron au sol suite à un coup de stress soudain.

La spécificité de ces sécrétions est leur odeur forte et désagréable que certains comparent a du poisson pourri.

En dehors de cette odeur, les sécrétions contiennent des molécules, parmi lesquelles des phéromones, utiles au marquage territorial de votre animal.

Ceci explique aussi que les chiens se reniflent le derrière. C’est une façon pour eux de communiquer avec les congénères et de s’identifier.

Les glandes anales sont présentes chez le chiot, le chien et la chienne et fonctionnent à tout.

Comment savoir que les glandes anales sont pleines ?

Il faut comprendre que lorsque les glandes se bouchent, elles continuent de produire leur substance.
La glande gonfle et tire sur les tissus autour.

L’animal ressent une gêne qui peut aller de la démangeaison, aux picotements et devenir douloureuse pour lui. La douleur peut d’ailleurs s’accentuer au moment de faire ses besoins.

Parmi les signes les plus courants d’un engorgement des glandes anales d’un chien, on retrouve :

  •  Le « signe du traîneau » très caractéristique. Le chien se frotte le derrière par terre en allongeant les pattes arrières vers l’avant, anus contre le sol, et en se traînant à l’aide des pattes avant. Cette réaction est liée aux démangeaisons provoquées par les glandes qui gonflent. Notez que le chien peut également faire cela quand il a des vers.
  • Un léchage répété et des mordillements de la zone anale. Soit vous verrez votre animal le faire, soit vous constaterez, en levant sa queue, que le poil est collé et humide autour de la zone anale.

  • Le chien se retourne brutalement vers sa queue comme s’il avait été piqué.

  • Une difficulté à faire ses crottes quand les sacs anaux sont bien pleins.

  • On peut retrouver des gouttelettes de sécrétions voire des tâches de sang là où le chien s’assied.

Lorsque vous constatez l’une de ces manifestations, quelque soit le stade, il est vivement recommandé d’amener votre chien en consultation vétérinaire pour gérer le problème.

Causes d'engorgement des glandes anales du chien

Le principe est assez simple à comprendre. Si ça gonfle et que les sécrétions ne sortent plus ou pas très bien c’est qu’il y a une obstruction. On dit que les glandes anales du chien sont « bouchées ».

Parmi les causes possibles, on identifie :
  • Les causes anatomiques individuelles. Certains chiens ont le canal plus étroit, les sécrétions plus épaisses ou encore le tonus musculaire anal plus faible.
    On le constate plus souvent chez les petites races sans que cela soit exceptionnel chez les grands chiens.

  • Un chien qui présente des troubles intestinaux répétés empêchant les selles d’agir correctement sur la zone. C’est le cas lors de diarrhées chroniques (selles trop molles) ou de constipation durable (insuffisance d’émissions fécales).

  • L’obstruction par un corps étranger, comme un épillet qui entre et bouche le canal par exemple.

  • L’obstruction par des œufs de vers ou les vers eux-mêmes lors d’une infestation intestinale.

  • Les blessures (coupures, morsures…) et leur cicatrice persistante éventuelle qui ressert les tissus sur le canal excrétoire de la glande anale.

  • La compression par une tumeur péri-anale.

  • Une alimentation inadaptée et peu digestible qui produit des selles molles chroniques.

Complication des affections des sacs anaux du chien

L’engorgement des glandes anales canines n’est pas à prendre à la légère.
En effet, dans cette zone chaude, humide et facilement contaminée par les bactéries fécales et environnementales, les complications infectieuses arrivent vite !

Les abcès de glandes anales sont d’ailleurs très fréquents chez le chien lorsque celles-ci sont bouchées.

Cela provoque assez souvent une fistule qui est un passage « creusé » par le pus dans la chair pour s’évacuer.
Parfois c’est le chien, lui-même, qui se mordille et se blesse au point de créer des plaies profondes.

Au stade de la fistule, le souci peut se compliquer davantage.
On constate, chez certains chiens, un emballement immunitaire qui empêche la cicatrisation et qui entretient une chronicité des plaies qui deviennent difficiles à soigner.

Traitement des pathologies des glandes anales canines

Au stade précoce de l’engorgement d’une glande anale, le traitement est simple et consiste à la purger manuellement après en avoir vérifié la cause et posé un diagnostic.

La vidange correcte des glandes anales d’un chien paraît simple quand on voit faire le vétérinaire mais nécessite un certain doigté et de l’expérience pour savoir si elles sont bien vidangées.

Suivant le diagnostic, le vétérinaire pourra proposer un traitement local ou une vermifugation complémentaire curative et préventive.

Aux stades plus avancés, on intervient sur un abcès, une plaie, une fistule compliquée ou non.
Le besoin de soins locaux adaptés est incontournable.

Les soins pourront, assez souvent, être réalisés sous anesthésie et aller jusqu’au retrait des glandes, appelé sacculectomie anale, ou encore nécessiter une reprise chirurgicale des tissus pour fermer les plaies.

Dans tous les cas, le vétérinaire pourra utiliser ou prescrire des antibiotiques, des antidouleurs, des anti-inflammatoires ou immunomodulateurs lorsque cela s’avère nécessaire.

Chaque cas étant différent, votre vétérinaire adaptera la prise en charge au besoin spécifique de votre chien ou chiot.

Quand vider les glandes anales de votre chien ?

A vrai dire quand tout se passe bien, vous ne devriez pas avoir à le faire ou à faire intervenir votre vétérinaire.

Les signes indiqués plus haut sont par contre des signaux d’alerte qui vous imposent d’être réactif (-ve). Plus tôt le souci des glandes anales du chien est pris, moins il risque l’inconfort ou la complication.

En temps normal, les vétérinaires vérifient les glandes anales lors des visites préventives telles que la consultation vaccinale annuelle.

C’est d’ailleurs le plus simple, car votre véto pourra les vidanger dans la foulée s’il constate un remplissage anormal de celles-ci.

Comment vider les glandes anales de votre animal ?

Vous pourriez être amené(e) à vidanger les glandes anales de votre chien par vous-même et dans ce cas, le meilleur conseil à vous donner et de demander à votre vétérinaire de vous montrer comment pratiquer cet acte pas si simple.

Cela vous évitera de faire les choses à moitié ou de faire mal à votre animal de compagnie qui ne se laissera probablement pas faire aussi facilement.

Le principe est relativement simple à comprendre :

  • On met des gants car c’est plus hygiénique et surtout parce que ça sent vraiment mauvais !
  • On prend un sopalin ou un mouchoir en papier.
  • On lève la queue du chien à la verticale délicatement. Cela permet de dégager la zone et d’extérioriser un peu mieux l’anus.
  • L’idée est de purger les glandes en les prenant entre les doigts et en pressant délicatement et fermement à la fois pour en sortir les sécrétions.
  • On récupère le « jus » dans le sopalin et on arrête quand plus rien ne sort.

Vérifiez toujours la couleur pour s’assurer de l’absence de sang notamment.

Préparez vous : l’odeur est vraiment nauséabonde et écœurante !

Une vidange de glandes anales n’étant pas un acte coûteux, et le plus souvent réalisé à l’occasion d’une visite vétérinaire, le mieux est de confier cette tâche à l’équipe de la clinique qui pourra vérifier l’absence d’anomalies par la même occasion.

Notez également que, suivant la conformation des sacs anaux et leur remplissage, la vidange peut nécessiter l’introduction d’un doigt dans l’anus du chien pour « attraper » la glande par l’arrière.
Ne le faite jamais vous-même au risque de blesser votre animal ! Confiez cela à votre vétérinaire.

Comment éviter l'engorgement des sacs anaux du chien ?

3 conseils peuvent vous aider à limiter les risques d’engorgement des sac anaux :

  • Réagir rapidement quand les premiers signes de glande bouchée apparaissent en appelant la clinique vétérinaire pour une vidange.
  • Donner une alimentation premium qui se digère bien et produit des selles bien moulées qui auront l’effet mécanique suffisant pour l’évacuation des sécrétions.
 Vermifuger régulièrement votre chien ou chiot afin d’éviter les bouchons parasitaires (œufs, vers)

Vous n’ignorez plus le fonctionnement des sacs anaux de votre chien et savez désormais les risques liés à l’engorgement de ces glandes proches de l’anus.

Les signes étant assez évocateurs, vous pourrez réagir sans tarder et éviter l’inconfort ou les complications périanales pour votre chien.

La prévention est assez simple alors ne la négligez pas !

Rédacteur de l'article

Dr Eric TRÉNEL - Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon en 2003

Articles que Conseils Véto vous recommande