Conseils Véto > Echinococcose : Danger et Prévention (Homme, chien et chat)

Echinococcose : Danger et Prévention (Homme, chien et chat)

L'echinococcose est une maladie grave, lourde et potentiellement mortelle pour l'homme. Les renards, les chiens et, même quelque fois, les chats peuvent disséminer ce parasite dans votre environnement.

Vous même, vos proches ou vos enfants pouvez être accidentellement contaminés.
Lisez attentivement cet article pour en savoir plus sur l'echinococcose et protéger votre famille.

More...

Echinococcose : qu'est ce que c'est ?

Les échinocoques sont de petits ténias (vers intestinaux plats) de 2 à 3 mm, seulement, capables de gros ravages chez certains de leurs hôtes et notamment chez l'homme.

Il existe deux formes principales d'echinococcoses à connaître :

  • L'Echinococoose alvéolaire due à Echinococcus multilocularis.
  • L'Echinococcose hydatique due à Echinococcus granulosus.


Elles diffèrent par leur cycle de développement et les espèces qu'elles envahissent. Le chien et, plus rarement, le chat peuvent les transporter !

echinococcose chien chat homme

Echinococcus granulosus

Comme de nombreux parasites, ils suivent un cycle de développement qui passe par plusieurs hôtes (animaux ou humains). Ce cycle nous permet d'analyser les risques, de comprendre les modes de contamination et de mettre en place des actions de prévention et de protection.

Afin que vous compreniez bien, voici le déroulement d'un cycle :

  • Ces petits ténias vivent à l'âge adulte dans l'intestin d'un hôte qu'on appelle "hôte définitif".
  • C'est là qu'ils font leurs oeufs !
  • Les crottes de cet hôte, porteuses des oeufs, contaminent  l'environnement et les plantes.
  • Un autre animal mange les plantes et avale les oeufs, on l'appelle l'hôte intermédiaire.
  • Les oeufs se transforment en larves dans ses organes en faisant des dégâts.
  • Cet hôte intermédiaire ou ses organes sont mangés par l'hôte définitif.
  • Les larves se transforment en adulte et le cycle recommence.


Une présentation rapide des cycles est importante pour vous aider à comprendre les risques et vous protéger car l'échinococcose est une zoonose !

Echinococcus multilocularis : le cycle

Il provoque l'echinococcose alvéolaire.
L'hôte définitif est généralement le renard, occasionnellement le chien et beaucoup plus rarement le chat.
Les hôtes intermédiaires sont des rongeurs dont le campagnol.

Echinococcus granulosus chien chat

Echinococcus granulosus : le cycle

Il provoque l'echinococcose hydatique aussi appelée hidatidose.
L'hôte définitif est le chien.
Les hôtes intermédiaires sont essentiellement des animaux d'élevage herbivores (ovins, bovins, caprins, équins...).
L'hôte intermédiaire préférentiel étant le mouton.

Echinococcus granulosus chien chat

Echinococcus granulosus cycle de vie

Echinococcose : répartition géographique

Pour nos amis francophones ou expatriés, sachez que l'echinococose n'est pas uniquement présente en France. On la trouve un peu partout dans le monde.

  • L'échinococcose alvéolaire est présente uniquement dans l'hémisphère Nord et plutôt dans des zones froides et élevées (idéalement 5 à 700 mètres d'altitude). Cependant, l'étude de la situation en France montre que ce parasite s'étend au delà de ces limites et semble s'adapter à des zones de plus en plus tempérées (ex: Normandie, Centre...).
  • L'échinococcose  hydatique est assez largement répartie dans le monde et suit les zones d'élevage des moutons. C'est pour cela qu'on la trouve moins en Europe et en Asie. Les zones les plus contaminées sont l'Australie, la Nouvelle-Zélande,l'Afrique du Nord, le Middle East américain et l'Argentine.


En France, nous sommes plutôt concernés par l'échinocoque multilocularis essentiellement véhiculé par les renards.

echinococcose chien france

Echinococcose alvéolaire (Echinococcus multilocularis), Carte ERZ janvier 2012

Important : Vous informer est essentiel pour connaître les bonnes pratiques de prévention car vous pouvez être exposé(e) sans le savoir !

  • Vous consommez peut être des légumes ou baies cueillies dans des zones à risque.
  • Vous vous déplacez peut être vers des zones contaminées pour les week-ends ou les vacances avec vos animaux.
  • La prolifération des renards associée à l'adaptation progressive du parasite étend le risque dans des régions où ce problème n'était pas connu.

Echinococcose : contamination du chien ou du chat

Le chien et le chat ne sont contaminés que par la forme adulte de l'echinococcose (le petit ténia).

Le chien peut être contaminé par les deux formes évoquées :

  • En mangeant des organes d'herbivores contaminés (abats) pour echinococcus granulosus. Plutôt dans des zones rurales.
  • En attrapant des rongeurs qu'il chasse pour jouer concernant echinococus multilocularis


Le chat n'est pas vraiment concerné par la forme granulosus et à peine plus par multilocularis. Les rongeurs chassés et mangés en sont alors la cause.
On constate très rarement d'infestation chez le chat qui semble plus résistant à ce parasite.

Chez le chien et le chat, les symptômes sont quasi inexistants. On parle de portage sain. Tout au plus, on peut constater de la diarrhée, un amaigrissement en cas de forte infestation.

Echinococcose : contamination de l'homme

Mode de contamination humaine

C'est ici un point essentiel dont vous n'avez peut-être pas connaissance : l'echinococcose est une zoonose ! L'homme peut donc être infesté !

Même si ce n'est pas très fréquent, l'homme a plusieurs façons de se contaminer.

Comme vous l'avez compris les oeufs avec lesquels l'humain se contamine se trouvent dans les selles des hôtes définitifs (renard, chien, chat). Donc tout ce qui est souillé par les crottes contaminées devient un agent à risque.

Ce n'est pas très appétissant mais les oeufs doivent être ingérés.

Contrairement à ce que l'on pense, il existe, au quotidien, plusieurs façons d'ingérer ce type de souillures si on n'y fait pas attention.

Important : Pensez toujours que la langue du chien et du chat leur sert de "papier toilette" et qu'ensuite ils se lèchent le poil ou vous lèchent !

Voici certaines des façons les plus fréquentes d'attraper une echinococcose :

  • Manger des baies type myrtilles, airelles ou autres fruits des bois, des pissenlits poussant à ras le sol dans des zones accessibles aux renards ou aux chiens.
  • Se laisser lécher le visage par son chien ou son chat (pour les chats qui vadrouillent en zones à risque).
  • Se laisser lécher les mains et ne pas les laver avant de les porter à la bouche.
  • Caresser son chien ou son chat et porter ses mains à la bouche sans les laver en zone à risque.
  • Manger les légumes d'un potager accessible aux renards, chiens et chats sans les laver suffisamment ou les cuire.
  • Ne pas se nettoyer suffisamment les mains après avoir travaillé la terre, collecté du bois,  bossé en forêt ou sur des exploitations agricoles en zone rurale contaminée.
  • Ramasser un renard blessé ou mort sans mettre de gants.
  • Mettre de l'herbe , de la terre ou du sable souillés à la bouche (plus fréquent chez les enfants) en zone contaminée.
  • Boire une eau souillée dans la nature en zone à risque.
echinococcose echinococcus chien chat renard

Attention à la cueillette des myrtilles !

Symptômes de l'echinococcose chez l'homme

Bien que l'infestation ne soit pas très fréquente, le nombre de cas augmente avec l'extension du parasite.

Chez l'homme les conséquences sont dramatiques car la maladie atteint essentiellement le foie mais peut, également, toucher les poumons ou le cerveau.

Les oeufs éclosent dans le corps et les larves évoluent jusqu'à coloniser le foie. Suivant le type d'echinocoque, elles vont engendrer un gros kyste (kyste hydatique) ou une pseudo tumeur envahissante. Le fonctionnement du foie devient alors difficile créant un fort déséquilibre qui entraîne systématiquement la mort sans traitement.

Le plus gros souci est de suspecter cette parasitose vu que l'évolution peut trainer sur 5 à 15 ans. Les symptômes sont, par ailleurs, peu spécifiques et peuvent passer pour des troubles plus classiques liés à d'autres pathologies.

Traitement de l'echinococcose chez l'homme

Pour l'hydatidose (Echinococus. Granulosus), on tente d'utiliser l'albendazole à forte dose pendant des mois ou, au pire, on retire une partie du foie avec le kyste (sans le rompre) par une chirurgie très précise.

Pour l'echinococcose alvéolaire sans intervention chirurgicale, voire greffe de foie, la mort est la seule issue.

Vous comprenez donc que la prévention et la gestion du problème en amont chez l'animal est la seule piste valable à l'heure actuelle !

Diagnostic de l'échinococcose

De nombreux progrès ont été faits ou sont en cours pour détecter la présence des parasites plus facilement chez les hôtes définitifs tels que le renard et le chien. Ces tests se font sur le sang ou les selles des animaux. Ce diagnostic permet de connaître l'étendue des zones à risque et est donc plutôt utilisé pour la faune sauvage (renards morts en particulier).

Chez les chiens et les chats domestiques, diagnostiquer les échinocoques dans les selles n'est pas toujours facile. L'élimination des oeufs se fait par intermittence.

Chez l'humain, une prise de sang peut révéler de façon non spécifique la présence d'une parasitose. Une échographie permet ensuite d'explorer le foie. On a réduit la mortalité ces dernières années mais le pronostic reste sombre donc mieux vaut prévenir que guérir !

Echinococcose : prévention

Vous l'avez maintenant bien en tête :

  • Une echinococcose, même si ce n'est pas fréquent, c'est grave et extrêmement difficile à soigner chez l'homme.
  • La contamination peut passer inaperçue.
  • L'agent contaminant est constitué par les matières fécales contenant des oeufs.

Heureusement pour vous, pour éviter de gros soucis les solutions à mettre en place sont simples :

Concernant vos chiens et vos chats

Vermifugez régulièrement vos animaux !

Le vermifuge doit contenir du praziquantel (seule molécule active contre echinococcus): votre vétérinaire, bien avisé, vous le prescrira !

Il est recommandé de le donner à minima tous les 3 mois (4 fois/an).
En zones contaminées, l'OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) recommande de le faire tous les mois !  Si vous voulez comprendre pourquoi, rendez vous sur l'article "vermifug​e du chien et du chat"

Tenez vos chiens en laisse dans les zones contaminées !

Si vos chiens divaguent et attrapent des rongeurs ou les restes d'un herbivore contaminés, vous prenez le risque de ramener le petit ténia à la maison !
Je ne pense pas que vous vous prendrez d'affection pour le petit ténia. 😉

Ramassez les crottes de vos animaux et jetez les à la poubelle !

On veut ici éviter de répandre plus de parasites !
Les crottes peuvent contenir les oeufs de l'échinocoque. Toutes les crottes contaminées relancent le cycle de celui-ci !
Les oeufs peuvent résister dans le sol de nombreux mois !

A la poubelle !!!  Ne jetez jamais les crottes de vos animaux dans le compost, ne les laissez pas dans le jardin ou dans les espaces publiques et ne le jeter pas non plus dans vos toilettes !! Pour les toilettes, pensez au circuit de l'eau et à la résistance des oeufs...
Les poubelles sont incinérées donc plus aucun risque !

L'alimentation dans les zones infestées

Ne cueillez rien qui soit situé à moins de 50 cm du sol par précaution (myrtilles, pissenlits...) et qui pourrait être contaminé par les déjections de renards ou de chiens.

Pour les jardins potagers, faites en sorte de les protéger des déjections (chats, chiens, renards).

Que vous suiviez ou non les 2 précédentes recommandations, lavez toujours à grandes eaux vos fruits et légumes ramassés !

La cuisson tue les oeufs d'échinocoques mais pas la congélation classique ! Faites plutôt des tartes et des confitures avec vos myrtilles dans ces zones !

Il est déconseillé de donner des abats d'herbivores aux chiens et chats.

Echinococcose et hygiène en zone infestée

Bien sûr, quelque soit le domaine, l'hygiène est essentielle et pas seulement en zone infestée !

Ne vous laissez pas lécher le visage et évitez le léchage des mains par vos chiens et vos chats ! Ceci est encore plus vrai pour les enfants qui sont plus facilement confrontés aux léchages intempestifs !

Ne laissez pas jouer vos enfants en bas âge dans les bacs à sable publiques non protégés des animaux errants ! Certains animaux font leurs déjections dans ces bacs.

Lavez vous toujours les mains après avoir caressé un animal, vous être fait lécher, avoir travaillé la terre en zone infestée.

Mettez toujours des gants pour ramasser les renards, chiens ou chats décédés.

Evitez de mettre des herbes à la bouche car elles peuvent porter des oeufs d'échinocoques.

Mettez des gants pour travailler si vous êtes travailleur forestier, agriculteur, ...

Vous savez maintenant l'essentiel sur l'echinococcose et sur les risques liés à cette parasitose

Le but de cet article, au delà de vous informer, était de vous donner les clés pour protéger vos enfants, vos amis et votre famille et comme vous le constatez il n'y a rien de compliqué !

Cet article vous a-t-il bien informé(e) ?

Echinococcose : Danger et Prévention (Homme, chien et chat)
594 votes, 4.87 avg. rating (97% score)


Crédits photos : montage papillondavril + myrtilles bio, Kapucine Nielsen Kolding, CDC.gov

  • Bonjour,

    Je pense que notre famille pourrait être exposée à l’echinococcose. J’ai essayé d’en parler au vétérinaire mais il a réglé le problème en 10 secondes en affirmant qu’on ne peut pas être concerné car c’est très rare (sans se soucier de nos habitudes et de l’environnement dans lequel on vit). Mais en lisant votre article très bien fait, j’ai quand même des doutes, qu’en pensez-vous d’après les éléments notés ci-dessous:

    -Nous vivons entouré d’une forêt (côté nord, est, ouest de la maison) et d’une prairie infestée de campagnols côté sud de la maison

    -Notre jardin est infesté de campagnols et les renards et blaireaux passent sous notre clôture forestière pourtant enterrée (mais il y a tellement de bons campagnols à manger dans notre jardin qu’ils redoublent d’efforts pour creuser inlassablement des trous qu’on bouchent pourtant régulièrement!). Je précise qu’il est très compliqué de se débarrasser des campagnols (on favorise la venue des rapaces : buses, chouettes… et on essaye de piéger quelques campagnols mais ce n’est pas simple)

    -Nous avons une adorable chienne (teckel) qui chasse quotidiennement les campagnols et se roule par terre (par exemple dans les déjections d’autres animaux). Elle se couche aussi régulièrement sur le paillis de notre potager (même si on l’éloigne)

    -Notre chienne vie à l’intérieur de la maison mais elle n’a pas accès aux chambres. Elle aime bien lécher, notamment notre fils, même si on lui dit non. Et évidemment nous caressons notre chienne de temps en temps.

    – Nous essayons de nous laver les mains régulièrement (avant chaque repas, après les caresses du chien, quand on manipule son panier, en revenant de l’extérieur…) mais franchement c’est compliqué d’y penser à chaque fois. Mon mari oubli souvent et surtout notre fils qui à tendance à jouer avec le chien ou jouer par terre. Le problème est qu’il met régulièrement ses mains à la bouche (il a 5 ans). D’ailleurs, nous aussi on doit le faire plus souvent qu’on ne le croit sans s’en rendre compte. Côté champignons et légumes récoltés, on les cuit. Ce n’est ni le cas des fraises du potager, ni des salades.

    Du coup, pensez-vous que nous sommes à risque ?
    Côté prévention du chien, je ne sais pas quoi faire. Ma chienne est très mignonne mais elle est vieille et malade du foie. Je ne me vois pas lui limiter ses sorties, j’essaye de lui dire non quand elle creuse, se couche dans le potager et chasse le campagnol mais elle ne comprend pas (et je pense que c’est son instinct de terrier) et je ne peux pas la surveiller dès qu’elle sort. On l’a vermifuge avec du drontal mais est-ce efficace sur l’echinococcose ? Quelle fréquence faudrait-il faire ? Est-ce compatible avec un foie hypertrophié et une paroie de la vesicule biliaire très très épaisse? Quoi dire au vétérinaire?

    De plus, je serais rassurée d’en parler à un médecin mais je vois déjà sa réaction ! Il nous à fait le coup pour les tiques quand je lui ai demandé si il y a avait un danger vu qu’on en retire très souvent sur nous, sur notre fils (et sur notre chienne malgres les pipettes). Il ne comprend pas qu’on vit dans les bois avec des animaux et du gibier à proximité et qu’on est forcement plus exposé à certains parasites que d’autres personnes. Existe t-il un vermifuge humain efficace (on prend 2 à 3 fois par an du fluvermal)? Sinon, que peut-on demander au médecin pour vérifier que nous ne sommes pas porteurs sans passer pour des hypocondriaques?

    Un grand merci d’avance,

    • Bonjour,

      Pouvez vous précisez la région dans laquelle vous habitez ?

      Le praziquantel contenu dans le Drontal® est efficace. Si vous voulez vraiment être tranquille, faites lui le vermifuge tous les mois comme le recommande l’ESCCAP

      L’action du vermifuge est ici intestinale sans passer dans la circulation générale donc pas de souci pour le foie.
      Rien à dire de particulier à votre vétérinaire. Vous pouvez lui indiquer que vous désirez protéger plus régulièrement votre chien et faire le vermifuge 1 fois par mois.
      Il pourra vous prescrire ce vermifuge à cette fréquence.

      L’ échinococcose humaine ne se détecte pas simplement avec des symptômes et un vermifuge classique ne fera pas grand chose.
      Dites vous tout de même qu’avec une bonne hygiène des mains, il n’y a pas de risque particulier en touchant votre chien.

      Le risque vient d’aliments potentiellement contaminés par des déjections elles-mêmes contaminées et dans l’hypothèse où vous ne laveriez pas ces aliments et ne les cuiriez pas.

      En gros, ce qui vient du jardin doit être bien lavé. Pour les fruits sauvages comme les myrtilles, ça doit être lavé et cuit pour être tranquille.
      La prévention, chez l’homme, passe principalement par la sélection, le nettoyage et la cuisson de ce que l’on mange et qui peut présenter un risque éventuel.

      Pour les tests, ils sont souvent fait sur une suspicion. Il existe des sérologies de dépistage mais il arrive parfois qu’elles soient négatives sur un cas positif.

      Bien cordialement

  • Bonjour, j’habite en région parisienne -seine saint denis – et je remarque depuis quelques temps des excréments « étranges » dans mon jardin, remplis de noyaux. Pourtant, ledit jardin est clôt de 4 murs et à ma connaissance, seuls les chats parviennent à les franchir. Une de ces crottes était en évidence près de la fenêtre, or, le volet électrique étant capricieux, je dois chaque matin le soulever à la main pour le remonter. Même si je me suis lavé les mains, j’ai peur d’un risque de contamination potentielle excrément-volet-main etc…
    Qu’en pensez-vous?

    • Bonjour,

      Vous pouvez vous rassurer à mon avis car les renards ne grimpent pas aux murs et la région parisienne n’est pas reconnue comme contaminée par l’échinococcose à l’heure où j’écris.
      donc ici les chats ne peuvent pas vous contaminer. 😉
      Le fait d’avoir levé le store et de vous laver les main suffit amplement et vous ne risquez, à priori, rien ainsi.
      Pour l’origine des selles, est ce que ça provient d’un autre animal. C’est possible.

      Bien cordialement

  • Bonjour,
    Je vous écrit car je suis assez inquiet par rapport à cette maladie.
    Au vue des bienfaits des myrtilles j’ai décidé d’en manger tous les matins (entre 15 et 20gr) dans mon bol de flocon d’avoine.
    Je commande les myrtilles sauvages bio de chez Picard (donc surgelées et provenant de Pologne) et il est bien indiqué de les manger en tarte etc. Sauf que moi je les mets telles quelles dans mon bol de lait.
    Cela fait environ 2 mois que je fais ça, pensez-vous que j’ai des risques d’être contaminé?
    Personnellement je pense que oui…
    Je vous remercie par avance!

    • Bonjour,

      Je ne connais malheureusement pas le statut de contamination environnementale de la Pologne en echinococcose.
      Maintenant, vous pouvez le confirmer en appelant le service consommateur du fabricant, les myrtilles sont souvent cultivées en pépinière ou sous serre et donc ne présentent que peu de risques de contamination par les renards. Le propos concerne essentiellement le ramassage sauvage proche du sol en balade.
      Pour plus d’information sur les cultures, le mieux est d’appeler le fabricant qui pourra vous présenter la traçabilité du produit. Et à l’avenir si vous désirez être tranquillisé, cuisez les. 😉

      Bien cordialement

    • Bonjour,
      Merci pour votre réponse rapide! 🙂

      Ce matin en cherchant un peu sur leur site je suis allé dans questions-réponses et suis tombé sur cette réponse à la question « pourquoi est-il précisé de les chauffer »:

      « Les myrtilles bio étant récoltées en forêt, elles sont au contact de la faune et de la flore sauvage. Les autorités sanitaires identifient l’existence d’un risque lié à la présence potentielle de parasites dans ce type d’environnement de récolte en Europe et préconisent dans les régions à risque de ne pas manger de plantes ou de fruits sauvages crus (pissenlits, myrtilles, fraises des bois…). Pour préserver au maximum les qualités organoleptiques de ce fruit très fragile, nos myrtilles sont directement surgelées sans lavage. Un tri pour sélectionner les baies les plus qualitatives est ensuite effectué après surgélation. Par mesure de précaution, nous conseillons donc la consommation après cuisson pour éviter tout risque, conformément aux préconisations des autorités. Lorsque vous souhaitez consommer des baies rouges crues, nous vous suggérons de choisir des baies issues de culture comme nos blueberries. »

      Ce n’est vraiment pas rassurant et je suis vraiment dégouté et déprimé car il y a énormément de chances que je sois contaminé…
      Je vais prendre rdv chez le médecin mais ça ne fera rien, plus qu’à attendre d’avoir des vers dans le ventre… 🙁

      Bien cordialement,
      Aurélien

    • ah oui… en forêt… sans lavage ! Ok mais bon le risque, même s’il existe, reste faible donc ne déprimez pas trop 😉

      Il doit exister des tests sérologiques pour déterminer le passage de vers donc le mieux est d’en discuter avec votre médecin traitant et de voir si cela peut être fait 2 fois à quelques mois d’intervalle par exemple et surtout de s’assurer que ces tests soient fiables.

      Pour la suite, si vous reprenez des myrtilles lavez les bien dans une passoire et ne les utilisez que cuites (tartes, desserts, confitures par exemple). La chaleur tue les echinocoques mais pas la congélation.

      Bien cordialement

    • J’ai un peu une tendance hypocondriaque sans en faire trop non plus mais ça n’aide pas et puis cette maladie est tellement fourbe et me fait bien flipper…
      J’ai quand même mangé environ 600 gr (1 paquet et demi en gros) donc le risque augmente pas mal…
      Demain matin je vais prendre rdv et lui demander des tests chaque année!
      Pour moi c’est fini les myrtilles! 😉

      Merci pour vos réponses, c’est sympa!

      Bien cordialement,
      Aurélien

  • >

    Le site Conseils Véto utilise des cookies afin de faciliter et personnaliser votre navigation. Vous pourrez les contrôler en suivant nos conseils via le lien suivant Gérer les Cookies

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer