Le SIDA des chats (FIV du chat)

 


Sida du chat FIV

Maladie mortelle, le SIDA du chat est dû à un virus dont le nom médical est le Virus de l’Immunodéficience Féline (FIV). Comparable dans son mode de fonctionnement au VIH (Sida des humains), il est inquiétant pour tout propriétaire de chat qui le connaît. Je vous invite donc à en apprendre un peu plus pour protéger vos chats !

 

Contamination du chat par le FIV

 

bagarre-chats

 

La contamination de l’animal par le sida des chats se produit, en grande majorité, par la salive lors de morsures ou griffures profondes. Ceci explique, d’ailleurs, la forte contamination des chats mâles, errants et non castrés. Ces chats se battent bien plus pour la défense du territoire.

La contamination par contact sexuel est également possible tandis que celle de la mère au chaton est beaucoup moins fréquente et se produit plutôt lorsque la maman est au début de l’infection.

Les chats ne peuvent pas se contaminer en jouant ou en se collant les uns contre les autres. La transmission du virus via les bols d’eau et de nourriture n’est pas prouvée et celle par léchage est encore controversée.

Nombreux vétérinaires recommandent l’isolement des chats contaminés mais il est possible d’envisager une vie commune avec d’autres chats de la maison si ceux-ci ne se battent absolument pas. Malheureusement, personne ne pourra assurer, avec certitude, l’absence de risque dans cette situation.

Le virus étant très fragile, il ne résiste pas longtemps hors du corps de l’animal. Les contaminations à distance ne sont donc pas possibles.

Le FIV est spécifique aux chats, il n’y a aucun risque pour les humains. Le SIDA de l’homme et celui du chat sont 2 maladies différentes sans contamination de l’un à l’autre.

Comme chez l’humain, une transmission par transfusion est possible mais très peu probable car le vétérinaire utilise, dans ce cas, le sang d’un chat qu’il a préalablement testé.

 

Symptômes du SIDA du chat

Comme évoqué précédemment, le SIDA des chats est provoqué par un virus (rétrovirus FIV) qui s’attaque aux défenses immunitaires de l’animal et plus particulièrement à un type de lymphocytes appelés CD4+. Comme dans tout système de défense, si celui-ci est endommagé, les attaques extérieures sont plus faciles. Les symptômes constatés sont donc les symptômes d’autres maladies ou déséquilibres secondaires à l’infection par le FIV.

Un mois après la contamination du chat, on peut observer un passage fiévreux associé à une fatigue marquée de l’animal et à une augmentation des ganglions. Ceci est rarement détecté par le propriétaire.

Une fois cette phase passée, le chat peut rester très longtemps sans symptômes c’est ce qu’on appelle la phase asymptomatique ou phase latente. Elle peut durer des semaines, des mois et, même, des années avant que ne surgissent les complications. Pendant cette période, le virus continue, néanmoins, d’attaquer le système immunitaire.

Durant la troisième phase, lorsque les complications apparaissent, les symptômes ne sont pas spécifiques du SIDA et c’est bien normal puisque ce sont d’autres maladies qui vont profiter de la faille dans le système immunitaire pour se développer. On retrouve alors :

- de la fièvre selon les cas.
– de nombreuses inflammations possibles touchant les oreilles (otites), les yeux (uvéites), les gencives (gingivites) ou encore la cavité buccale (stomatites).
– une augmentation des ganglions.
– des diarrhées chroniques.
– des insuffisances rénales.
– un fort amaigrissement.
– des infections respiratoires.
– un affaiblissement généralisé conduisant à la mort de l’animal.

Il va, donc, être essentiel de détecter la maladie au plus tôt afin de donner toutes les chances au chat d’allonger la période asymptomatique, période durant laquelle son confort est conservé.

 

Comment diagnostiquer un chat FIV+ ?

Seuls des tests spécifiques peuvent déterminer la présence du virus dans le sang du chat. En effet, si votre vétérinaire a réalisé des examens sanguins, dits classiques, il est impossible pour lui de détecter la présence du virus.

Ceci est important à comprendre pour le propriétaire de chat qui découvre, malheureusement, que sont chat est positif et, donc, malade. Si le test du FIV est positif (c’est à dire que le chat porte le virus) en octobre mais que vous avez, par exemple, fait réaliser un examen sanguin annuel en février pour contrôler les paramètres des reins, du foie, etc…, sachez que le virus ne laisse aucune trace visible lors de ces examens biologiques plus classiques.

La grande difficulté qui s’ajoute à cela est que le chat peut rester très longtemps sans symptômes et donc qu’il est impossible de deviner sa contamination, à moins de réaliser régulièrement des tests FIV. Ceci reste possible mais implique d’accorder un budget spécifique à ce contrôle régulier.

Lorsque le vétérinaire suspecte la présence du sida du chat, il va pratiquer un test rapide qui nécessite quelques gouttes de sang seulement et qui se lit en 5 à 10 minutes maximum à la clinique.

test FelV FIV chat
Exemple de test FIV et FelV négatif chez un chat.

 

Ce test est d’une très bonne fiabilité mais celle-ci peut encore être renforcée par l’envoi d’un échantillon de sang dans un laboratoire pour un test de confirmation plus précis appelé « Western Blot » ou par PCR.

Chez les chatons, le test FIV n’est recommandé qu’après l’âge de 6 mois car, avant cet âge, ils risquent de porter encore des anticorps de la mère. Si celle-ci a été contaminée, on ne sera pas capable de dire si le chaton est positif au test parce que sa maman été malade ou parce que lui est contaminé. On veut éviter les faux positifs et risquer de condamner un chaton qui ne serait pas malade !

Cependant, dans les associations de protection animale, le test est souvent réalisé avant car ils ne peuvent pas garder les chatons indéfiniment. Si le test est négatif cela reste fiable car le chaton ne porte pas d’anticorps. La mère ne lui en a donc pas transmis et le résultat au test lui est propre.

Le vétérinaire ne manquera pas de réaliser d’autres examens pour éliminer ou confirmer certaines de ses hypothèses car d’autres maladies peuvent avoir les mêmes symptômes que le FIV. C’est ce qu’on appelle faire un diagnostic différentiel. Par exemple, le test FelV (virus également mortel pour de nombreux chats) peut être réalisé en même temps que celui du FIV (cf photo).

 

Le traitement du chat FIV positif

Découvrir que son chat porte le SIDA des chats est toujours un choc pour le propriétaire car c’est une maladie incurable et mortelle à court ou moyen terme.

Le plus important va être soit d’assurer la longévité du chat en allongeant la phase asymptomatique, soit de traiter toutes les maladies opportunistes (qui profitent de la faiblesse du chat) afin d’assurer le confort de l’animal.

Comme chez les humains, on peut utiliser l’ AZT et le PMEA pour augmenter et renforcer les défenses immunitaires. Le souci réside dans le fait qu’on ne peut pas utiliser ces produits trop longtemps en raison des effets secondaires marqués chez le chat.

L’interféron alpha est plus régulièrement utilisé pour rebooster les défenses mais il ne permet pas non plus d’éliminer le virus.

Il faut protéger son chat en raison des risques accrus de maladies :

- Vermifuger régulièrement son chat limitera les risques parasitaires et l’affaiblissement. Faites le, minimum, 4 fois par an.
Continuer à vacciner contre le typhus, le coryza, la chlamydiose si le chat reste à l’intérieur et ajouter la leucose si le chat sort.
Traiter son chat contre les puces (même en intérieur) et les tiques (s’il sort) afin de limiter le parasitisme et les surinfections.
– Idéalement, garder son chat à l’intérieur pour limiter les blessures et contaminations par d’autres maladies.
– Donner une alimentation de qualité permettra de renforcer l’organisme. Les régimes d’aliments crus (type BARF) sont à éviter pour écarter les risques parasitaires et bactériens.
– Il est essentiel d’amener régulièrement votre chat chez le vétérinaire et, plus particulièrement, lors de soucis de santé, même minime (un petit rhume peut s’aggraver rapidement chez un chat faible sur le plan immunitaire).

 

Un vaccin contre le SIDA du chat ?

Les recherches sont nombreuses et un laboratoire médical américain a mis au point un vaccin en 2002. Les soucis sont que ce produit n’est pas distribué en France, que le vaccin ne protège pas contre toutes les souches de la maladie et qu’au final, chose assez gênante, une fois le vaccin administré, on n’est plus capable de faire la différence entre un chat infecté et un chat vacciné car le test dont nous avons parlé plus haut ne sait pas les dissocier !

Un nouveau produit stimulant les lymphocytes (système immunitaire) pour contrôler le virus sans le faire disparaître est approuvé mais encore en test et sous surveillance aux états unis (ici)

Le meilleur moyen, à l’heure où j’écris, de protéger votre chat contre le FIV c’est d’éviter qu’il sorte au contact d’autres chats avec lesquels il pourrait se battre et, dans l’hypothèse où vous adopteriez un deuxième félin, de bien tester le nouvel arrivant avant de l’introduire dans la maison.

~~~

Cet article vous a-t-il aidé(e) ?

Le SIDA des chats (FIV du chat)
56 votes, 4.57 avg. rating (91% score)

Vous avez des questions, envie de témoigner sur votre expérience ? Laissez un commentaire ci-dessous !
Pour recevoir gratuitement via la newsletter du blog (2 à 4 fois par mois) les derniers articles et informations utiles à votre animal, inscrivez vous avec le formulaire de la barre latérale !

 ~~~

 Crédit photo : Wellcome Images, Eric TRENEL


Comments

Sophie
Répondre

Bonsoir , jai sue malheureusement que ma chatte a eu des petits chatons avec un chat atteind du sida!!!Le chat etait Errant abandonner il avait beaucoup de blessures!!!Mais ma chatte a eux ces chattons avec le chat Errant!!Alors y a t il beaucoup de chance qu elle soit contaminer?Et je tiens a mentionner que ma chatte a eu deux chattons donc un qui est deceder suite a une malformation au palais il n arrivait pas a boire il rejetais tout par son nez !!Et le deuxieme est toujours en vie mais avec une tres gros handicappe , il ne peut pas marcher sur ses pattes car elles sont handicapper (paralyser) completement!!!Mais Je voudrais savoir si il y a des chances que ma chatte et le chatton soit contaminer au VIH!!???

Merci enormement de votre reponse!!

Sophie

Marie
Répondre

Bonjour,
On a découvert que notre chat était FIV après deux épisodes de fièvre rapproches cet été. Un test en 10 minutes et malheureusement la sentence est tombée. Il a 5 ans. Il a du être opéré dans la foulée pour un problème d inflammation gencive et une dent a été ôtée. Depuis 1 mois, suite à l opération il ne mange plus ou quasiment et alterne les périodes d apathie totale et de meilleure forme (plus vif, sociable…). Il semble avoir faim mais il ne mange rien ou lèche la nourriture sans l avaler (ni croquette, ni pate A/D, ni crevette) et aucun traitement ne l aide…
On a fait deux sessions d interféron félin par injection.
J ai quelques questions :
Quand peut on dire si l’interféron fonctionne ou si cela ne marche pas (délai )?
Les poussées de fièvre par période et l anorexie sont elles liées au FIV ou à une maladie qui profite du FIV?
Avec ces hauts et ces bas, à quel moment savoir au on fait plus de mal que de bien à son compagnon à vouloir le sauver?…
Je vous remercie pour votre aide et votre éclairage,
Marie

Dr E. Trénel
Répondre

Bonjour,

Personnellement, je dirai que sans réponse au bout d’un mois l’interféron semble alors peu efficace.
En général ce n’est pas le FIV qui entraîne les symptômes directement. En effet, celuic-i va abaisser les défenses et permettre l’entrée d’autres pathogènes.
Un peu comme si vous aviez des éclaireurs qui faisaient sauter les remparts de votre château fort et que les barbares entraient ensuite pour tout piller et détruire.
La question de « savoir quand arrrêter » se prend en général de concert avec le vétérinaire qui pourra vous dire si tout a été essayé et si l’espoir est ou n’est plus de mise.
La souffrance de l’animal ou la dégradation progressive sans amélioration sont souvent de « bons » indicateurs.

En espérant que cela vous éclaire.
Bon courage.

Tournier Marjorie
Répondre

Bonjour,
Je viens d’accueillir chez moi depuis 3 jours) un chat en détresse, trés trés maigre, trés sale et se frottant beaucoup les cotès de la bouche avec ses pattes, il me semble agé car c’est un chat noir en train de roussir fortement.
Testé FIV + chez le véto il lui a fait une injection de 0,35 convenia et 0,35 depomediol ( ne suis pas sûre de l’orthographe) qui est censé soulager les gingivite, stomatite et amygdalite…
Je lui ecrabouille le plus possible de la patée pour chaton, il mange en lapant mais avec beaucoup d’appétit. Par contre en plus de 48h pas de selles dans la litière! Est-ce aussi un symptome du FIV? Dois je changer qq chose dans son alimentation?
Je l’ai lavé et enlevé tous ses poils morts il a « meilleure » allure, mais il est tres faible, ses pattes arrieres sont si maigres qu’elles le maintiennent à peine. Mais en 3 jours il est tout de même plus vif bcp moins apathique.
A quoi dois-je m’attendre en terme de symptômes supplémentaires? Est ce que ces injections prévues tous les mois sont réellement efficaces et l’empêchent de souffrir?

Dr E. Trénel
Répondre

Bonjour Marjorie,

Le traitement proposé est adapté pour une action longue effectivement.
En soulageant le chat au niveau de sa bouche il pourra être plus confortable pour manger et donc se retaper.
Si le chat ne mangeait plus dehors, il faut le temps que le transit se refasse avant de voir des selles, d’autant qu’il doit se remplumer au passage donc il faut toujours quelques jours de patience dans ces cas là.
Les symptômes sont fonction de l’évolution et donc imprévisibles. En cas de dégradation, l’apathie reprendra le dessus et l’affaiblissement pourrait entraîner des troubles dans la démarche te l’équilibre, une forte fatigue, des soucis respiratoires par exemple.

Où en est il aujourd’hui ?
Cordialement

lesieur
Répondre

j’ai un chat que j’ai trouver dans ma cour il y a 5 ans – il a y un an et demi il avait mal aux dents le veto a détecté le sida et depuis je l’emmène pratiquement tous les mois chez le veto qui lui fait des piqures de demethil et de duphapen je l’ai emmener chez un autre veto qui lui a fait une piqure de dépo médrol et me vends des cachets de stomorgyl, mais maintenant cela ne lui fait plus rien. il souffre il ne peut plus manger et quand il essaie il a très mal – ce matin je devais l’emmener pour en finir il a du le comprendre car il s’est sauvé .je ne fais que pleurer à chaque fois qu’il à mal et ne dors plus pourtant je sais que c’est « mieux pour lui » qu’il n’y a plus rien à faire. Alors je me pose la question est-ce bien nécessaire de faire tout cela alors qu’on sait comment cela va finir ?

Dr E. Trénel
Répondre

Bonjour,

1,5 ans chez un chats c’est un peu comme 10 ans pour un humain. Si les traitements l’ont amélioré et lui ont permis de vivre tout ce temps avec un confort acceptable, il n’y a pas lieu de se poser la question de savoir si c’est utile ou pas. C’est comme si vous aviez offert 10 ans de survie à un humain face à une maladie. Vu comme cela est ce que vous pensez que ce n’était pas nécessaire ?

Bien sûr la fin est triste et la décision difficile, là encore c’est un choix que vous avez d’abréger ses souffrances et de le soulager mais tout ce que vous avez fait c’est pour lui.
Pour moi, vous avez fait ce qu’il fallait pour le bien être de votre chat, il n’y a rien a regretter à part le fait que cette maladie l’ai touché.

Bon courage
Cordialement

Delphine
Répondre

Bonjour le traitement stimulant distribué aux Usa est il un équivalent de l interféron ? Merci

Dr E. Trénel
Répondre

Bonjour Delphine,

N’ayant pas accès à ce médicament, je ne peux vous dire s’il s’agit d’un interféron ou d’un autre type de modulateur.
L’interféron stimule les défenses en mobilisant certains type de cellules immunitaires ce que semble également réaliser ce médicament. Néanmoins comme il est précisé cela ne soigne pas du virus mais aide les défenses à y réagir comme l’interféron.

Cordialement

Delphine

Merci pour votre réponse et pour prendre le temps de faire vivre ce site et d apporter toutes ces infos à chacun d entre nous!

Dr E. Trénel

De rien Delphine. ;)

jessica loisel
Répondre

bonjour ayant pas mal d experience dans ce domaine a cet age las cela peu etre les vers vu qu il sont fragile chaton il vaut mieux les faire vermifuger chez le veto car pharmacie et autre point de vente cela ne seras sufffisant, j espere vous aider et que votre chaton ira mieux

cervantes
Répondre

Bon jours. Mon chaton a environ 6 mois (on me la donner y’a 4 mois) et je le trouve affebli. Nez humide et coussinet chaud … Je voulais savoir si ça pouvait être des symptômes du virus du chat .. Merci

Dr E. Trénel
Répondre

Bonjour,

Le mieux quand ce type de symptômes se manifestent est d’appeler un vétérinaire pour faire soigner le chaton.
Sinon, pour répondre à la question, ces symptômes ne sont pas spécifiques de cette maladie mais rien n’est exclu. Le vétérinaire fera le nécessaire pour vous le dire.

Cordialement

Pour laisser un commentaire, c'est ici ! ;)