Démodécie du chien : Une maladie parasitaire parfois difficile à traiter

démodécie du chien : une maladie parasitaire
Accès direct à vos questions via le sommaire

La démodécie canine est une dermatose parasitaire qui entraîne la perte de poils chez l’animal malade. La prolifération incontrôlée du parasite est due à une défaillance du système immunitaire chez le chien, en particulier chez le jeune animal. La démodécie n’est pas toujours une maladie grave chez le chien, surtout si elle est prise en charge rapidement. Néanmoins, le traitement est long et des rechutes sont possibles ce qui est frustrant pour bon nombre de propriétaires. Retrouvez dans cet article toutes les informations pour bien comprendre cette maladie cutanée et sa prise en charge.  

La démodécie canine : Qu’est-ce que c’est ?

La démodécie chez le chien est une maladie parasitaire relativement fréquente, qui était autrefois aussi appelée “gale démodécique”. Ce terme est aujourd’hui peu usité, à juste titre, car contrairement à la gale, le prurit et donc les démangeaisons sont très rares en cas de démodécie. 

Maladie parasitaire due à un acarien du genre Demodex

Cette maladie est causée par une prolifération anormale d’un acarien du genre Demodex au niveau des follicules pileux de l’animal. Les demodex sont des parasites “normaux”, très spécifiques d’une espèce. Chez le chien on retrouve presque exclusivement Demodex canis mais certaines affections sont dues à la multiplication de Demodex injaï ou Demodex cornei

Cet acarien a une forme très caractéristique, qui rend son identification très facile lorsqu’il est visualisé au microscope. Invisible à l’oeil nu, le demodex adulte à une forme très allongée, vermiforme, avec 4 pattes de pattes atrophiées.

demodex canis

Le demodex est un parasite permanent, dont tous les stades de vie (œuf, larves, nymphes et adultes) vivent dans la peau du chien. Plus précisément, le demodex est un parasite du follicule pileux : on le retrouve avec la tête proche de l’abouchement de la glande sébacée puisqu’il se nourrit de sébum

Comment s’attrape la démodécie chez le chien ?

C’est la chienne qui va transmettre ses parasites cutanés à ses chiots pendant les premiers jours de vie. Après cette période, il n’y a plus de contamination possible. Presque tous les chiens sont porteurs “asymptomatiques” de demodex mais seuls quelques individus vont déclencher la maladie. 

En effet, un équilibre s’installe normalement. Le système immunitaire contrôle le développement du parasite, le laissant jouer son rôle. Mais parfois, suite à une défaillance, le cycle de reproduction du parasite s’emballe et la multiplication n’est plus contrôlée. Si le parasite pullule alors la démodécie s’exprime. 

Près de 80% des cas de démodécies sont observés chez de jeunes animaux, en général des chiens de moins de 2 ans, pour qui une probable défaillance génétique du système immunitaire empêche le bon contrôle du parasite. Quand l’affection se développe chez les chiens adultes et seniors, il faut souvent rechercher une cause sous-jacente qui bouleverse l’immunité de l’animal. 

La démodécie canine est-elle une maladie contagieuse ?

NON ! La démodécie n’est absolument pas une maladie contagieuse chez le chien. Il faut une prédisposition propre à chaque individu pour que le parasite puisse se développer de façon incontrôlée au niveau de la peau.  

Le parasite étant spécifique d’une espèce, il ne peut pas non plus se transmettre aux chats ou à l’Homme (ce n’est pas une zoonose). Des formes de démodécies plus rares existent aussi dans ces espèces mais elles ne sont pas non plus contagieuses. 

Si vous avez un chien atteint de démodécie, tous les autres animaux qui vivent avec lui ou qui entrent à son contact, ne courent absolument aucun risque. Même chose pour vous. 

Démodécie : Epidémiologie et prédispositions raciales chez le chien

Absolument tous les chiens peuvent déclencher cette maladie si leur système immunitaire n’est pas capable de contrôler la prolifération de cet acarien parasite.  

Et pourtant, certaines races de chiens semblent prédisposées à développer la maladie comme le bouledogue français, le shar-peï, le carlin, le Staffordshire bull terrier, le pinscher nain, le caniche … 

Dans plus de 85% des cas, ce sont des chiens de moins de 2 ans qui développent une démodécie. On suspecte grandement une prédisposition héréditaire avec défaillance du système immunitaire au niveau cutané chez ces individus. Des études sont aujourd’hui en cours pour essayer de comprendre exactement le mécanisme en jeu et les gênes impliquées. 

Quand la maladie apparaît chez un chien âgé, c’est que quelque chose détraque son système immunitaire et permet le développement du demodex. Il est donc capital de réaliser des examens complémentaires identifier la cause sous-jacente et la traiter. 

Du fait d’une sensibilité génétique chez le jeune et de l’apparition de maladies débilitantes chez le chien senior, les rechutes sont tout à fait possibles chez le chien malgré la mise en place de traitement. Il convient donc d’être vigilant. Quand de jeunes animaux développent une démodécie, le mieux est de ne pas les mettre à la reproduction pour éviter de continuer à faire naître des chiots sensibles. 

La démodécie chez le chien : Une maladie qui peut prendre plusieurs formes

La démodécie canine peut s’exprimer de plusieurs façons chez l’animal notamment en fonction de son âge. Toutes les formes de la maladie ne sont pas caractérisées par la même gravité et le même pronostic. Voici donc les formes à surveiller chez le chien : 

Démodécie sèche localisée

On parle aussi de démodécie nummulaire. C’est la forme de la maladie la plus bénigne qui soit : dans près d’un cas sur deux, elle évolue seule vers une guérison spontanée.  

Cette forme de démodécie est principalement rencontrée chez les jeunes chiens, dans plus de 80% des cas. C’est donc le format de la maladie le plus souvent mis en évidence dans l’espèce canine. 

On a apparition de 1 à 5 zones alopéciques (c’est-à-dire sans poils), bien souvent au niveau de la face mais pas toujours : babine, museau, plis de la face, gorge … Quand la perte de poils à lieu au niveau des yeux elle a souvent une forme de “lunettes” assez caractéristique. Mais on peut aussi observer des lésions au niveau des pattes, des doigts … 

lunette caractéristique chez un chien atteint de démodécie

La dénomination de démodécie “sèche” veut tout simplement dire qu’il n’y a pas de surinfections bactériennes ou fongiques de la peau.  

Au départ, la peau au niveau des lésions est presque toujours normale, sans rougeur ni pellicules. Les chiens ne se grattent pas. Quand la guérison n’est pas spontanée, la peau peut s’abîmer avec le temps avec épaississement, apparition de comédons et rougeur. 

Démodécie sèche généralisée

La démodécie peut être d’emblée généralisée chez le chien ou bien être la suite logique d’une forme nummulaire qui ne guérit pas spontanément.  

Les symptômes sont les mêmes que dans le cas de la forme sèche localisée sauf que l’on a plus de 5 sites différents. Les poils tombent et le pelage finit par avoir un aspect mité, des comédons (sorte de points noirs) apparaissent, ainsi que des pellicules. La peau de l’animal prend une couleur un peu grisâtre et une mauvaise odeur peut apparaître. 

Les formes généralisées de démodécies sont souvent celles observées chez les individus âgés. 

Démodécie suppurée ou pyodémodécie

On parle de pyodémodécie lorsque l’infestation par les demodex est compliquée par des surinfections bactériennes au niveau des follicules pileux.  

Les surinfections sont fréquentes : 

  • Dans les formes généralisées en l’absence de traitement ; 
  • Ou bien quand les lésions sont exclusivement localisées aux pattes (on parle de pododémodécie). Du fait de la marche, il est facile d’avoir des microlésions au niveau des lésions et donc une pullulation de bactéries. 

Les bactéries vont se multiplier dans les follicules pileux, avec les demodex. Les points noirs présents sur la peau (comédons) vont progressivement se transformer en pustules qui forment des points blancs. Puis quand rien n’est fait, les follicules pileux sont détruits et les parasites et les bactéries passent dans la couche profonde de la peau : le derme. On parle alors de pyodermite profonde

On a alors apparition de furoncles, avec pus et sang mélangés, et de fistules. A ce stade, la maladie est extrêmement douloureuse pour le chien et peut entraîner des démangeaisons qui aggravent encore les lésions. 

En plus, on note une atteinte de l’état général des animaux atteints : abattement, hyperthermie modérée (39°- 39,5°C), baisse de l’appétit, comportement modifié … Si ce sont les pattes qui sont touchées, le chien peut même avoir des difficultés à se déplacer.  

C’est la forme la plus grave de la maladie.

Quel diagnostic en cas de suspicion de démodécie chez le chien ?

Une démodécie chez le chien ne se manifeste pas par des symptômes très spécifiques. La perte de poils et les lésions cutanées peuvent être similaire à d’autres dermatoses. La réalisation d’examens complémentaires est alors indispensable pour poser un diagnostic chez le chien. 

Mise en évidence du parasite

En cas de suspicion de démodécie, une consultation chez le vétérinaire est indispensable. Le vétérinaire va alors chercher à observer des demodex au microscope : pour ce faire il va réaliser des raclages cutanés avec une lame de scalpel.  

Mettre en évidence un ou deux démodex de façon fortuite chez le chien n’a rien d’anormal puisque presque tous sont porteurs asymptomatiques. Néanmoins, en quantité importante, ils sont le signe qu’une démodécie est en cours. 

Pour réussir à les observer, le raclage cutané doit être assez profond puisqu’ils vivent à la base des follicules pileux. Le vétérinaire devra donc faire saigner un peu votre chien pour obtenir un prélèvement exploitable. 

Quand la suspicion est très forte mais qu’on n’arrive pas à mettre en évidence de parasite, en particulier chez les chiens qui ont une peau très épaisse, une biopsie cutanée avec envoi au laboratoire peut être préconisée. La réalisation d’une biopsie sous anesthésie peut aussi avoir un intérêt chez les chiens qui n’ont que des lésions au niveau des doigts, ou réaliser un raclage est très difficile.

Recherche d’une cause sous jacente chez les vieux chiens

Quand une démodécie est diagnostiquée chez un chien adulte (> 4-5 ans) ou senior, il est indispensable de réaliser des examens complémentaires pour trouver ce qui a pu enrayer le système immunitaire et permettre la multiplication du parasite bien sage jusque-là. 

Chez l’animal âgé, la démodécie est bien souvent la complication d’une maladie générale et chronique comme par exemple : 

  • Un syndrome de Cushing (spontané ou iatrogénique)  
  • Une hypothyroïdie  
  • Un diabète sucré 
  • Un lymphome (surtout s’il est en voie de traitement)  

Toute administration d’un traitement antiprurigineux, anti-inflammatoire ou immunodépresseur de manière prolongé peut aussi être responsable car ils ont un impact sur le système immunitaire.  

Comment soigner un chien atteint de démodécie ?

On rappelle que dans le cas des formes sèches localisées observées chez le jeune chien, on peut observer une guérison spontanée dans près d’un cas sur deux. Le vétérinaire peut donc vous proposer de ne rien faire dans un premier temps, éventuellement quelques soins locaux, et de surveiller rigoureusement l’évolution. Au moindre signe d’aggravation, vous n’aurez pas le choix que de traiter votre animal pour éviter les complications. Mais parfois, après concertation, il peut être décidé de ne prendre aucun risque et de traiter même de petite forme. 

Traitement de la démodécie

Il faut utiliser un traitement antiparasitaire acaricide, efficace contre le demodex.  

Autrefois, c’est l’amitraz (Ectodex©) qui était utilisé, en application locale sans rinçage après dilution. Mais ce traitement est loin d’être sans risque, en particulier pour les chiens de petits gabarits et en mauvais état général, mais aussi chez l’Homme qui l’administre : toxicité respiratoire, inflammation cutanée, danger en cas de diabète … Ce traitement est de moins en moins utilisé de nos jours. 

Il existe aujourd’hui plusieurs autres traitements très efficaces sous forme de pipette spot-on à déposer sur la peau du cou des chiens ou à faire avaler directement (comprimés). C’est votre vétérinaire qui vous prescrira la molécule la plus adaptée pour un traitement réussi. 

Attention : Traiter une démodécie chez le chien est long. Un arrêt prématuré va entraîner des rechutes qui sont très frustrantes pour le propriétaire. Des visites de suivi avec des examens compléments sont alors requis pour savoir quand on peut arrêter le traitement. Chaque mois il faut réaliser de nouveaux raclages cutanés. Quand on en a des négatifs, deux fois à un mois d’intervalle, on considère que l’on a fini le traitement.  

Une bonne observance du protocole de soins est indispensable pour un traitement efficace, sans rechute. 

Traitement symptomatique

Pour améliorer l’efficacité du traitement, d’autres soins peuvent être prescrits en fonction des lésions observées chez l’animal malade : 

  • Tondre le chien peut avoir un intérêt en particulier en cas de surinfections. La tonte doit parfois être réalisée sous sédation si le chien a très mal et ne se laisse pas faire.   
  • Shampooing anti-séborrhéique ou antiseptique.  
  • Mise en place d’une antibiothérapie en cas de pyodermite associée pendant plusieurs semaines  

Sauf cas exceptionnels, il est interdit d’utiliser des corticoïdes chez les chiens démodéciques. Pourquoi ? Car ces molécules affaiblissement le système immunitaire et sont donc contre-productifs en favorisant la multiplication des parasites. Ne faites donc jamais d’automédication chez vous au risque d’aggraver la situation !!!  

Traitement de la cause sous-jacente

Quand une démodécie se déclenche chez un jeune chien, c’est bien souvent dû à une immaturité de son système immunitaire. Il n’y a rien à faire contre cela à part espérer qu’avec le temps la maladie ne rechute pas. 

Cependant chez les chiens âgés, il y a souvent quelque chose qui explique la maladie. Si c’est une utilisation de médicaments qui ont un effet sur le système immunitaire de votre animal, c’est le vétérinaire qui cherchera à équilibrer au mieux ce traitement. 

Si une maladie a été mise en évidence, il faudra la traiter pour rétablir l’équilibre cutané et immunitaire et prévenir les récidives : insuline en cas de diabète, Trilostane© en cas de syndrome de Cushing, Forthyron© en cas d’hypothyroïdie … 

Mon chien a la démodécie : Quel pronostic ?

La démodécie n’est plus une fatalité à l’heure actuelle en médecine vétérinaire. Il existe aujourd’hui des traitements efficaces pour éradiquer cette maladie. 

Le pronostic est BON dans les cas de démodécie sèche localisée chez les jeunes chiens. On rappelle que dans plus de 50% des cas, on observe des guérisons sans traitements. Le pronostic est d’autant plus excellent si une prise en charge médicamenteuse est mise en place. 

Le pronostic est plus RÉSERVÉ lors de démodécie généralisée car le risque de complication est élevé quand aucun traitement n’est mis en place. Il est donc important de consulter rapidement le vétérinaire et qu’un diagnostic soit posé assez rapidement. Un mauvais suivi du traitement est responsable de rechute qui frustrent les propriétaires et affaiblissent les animaux. 

Le pronostic est TRÈS RÉSERVÉ lors de pyodémodécie ou de démodécie du chien âgé causée par une autre pathologie. Dans le cas de diabète, cushing, lymphome … les risques de récidives existent puisque le système immunitaire reste fragilisé. En cas de pyodémodécie, on a un risque important de passage de bactéries dans la circulation sanguine et d’atteinte généralisée. Une prise en charge rapide est essentielle.

Quels moyens de prévention chez le chien contre la démodécie ?

Il n’existe à l’heure actuelle aucun moyen de prévention pour empêcher cette maladie. Il est important d’éviter de mettre à la reproduction les jeunes chiens qui présentent une fragilité du système immunitaire et qui ont déjà déclenché la maladie. 

Traiter son chien régulièrement avec des traitements antiparasitaires efficaces contre les puces, tiques mais aussi contre les démodex, permet de limiter les résurgences chez les chiens fragiles. 

Chez les animaux seniors, des dépistages pour détecter de façon précoce les maladies chroniques et métaboliques est une bonne façon d’éviter les décompensations et les démodécies secondaires. 

Pour les chiens de gros gabarits, prédisposés à développer des pododermatites comme les bouledogues anglais ou les bassets hounds, des soins locaux aux niveaux des pattes sont essentiels. 

Picture of Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :

Nom(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.