Combien de chiots en moyenne dans une portée ?

nombre moyen de chiots dans une portée
Accès direct à vos questions via le sommaire

De nombreux propriétaires se demandent combien de chiots leur chienne peut avoir après avoir été saillie. Cette question légitime cherche à anticiper le nombre de chiots dont il faudra prendre soin jusqu’au sevrage quand on fait reproduire des chiens.

Savez-vous combien de chiots y a-t-il en moyenne dans une portée ? Y a-t-il des facteurs qui peuvent influer la prolificité chez la chienne ?

Nous vous donnons toutes les informations nécessaires dans cet article pour essayer d’imaginer à quoi vous attendre !

En moyenne combien y a-t’il de chiots dans une portée ?

Prolificité : Nombre de chiots que va avoir une chienne dans une portée.

En moyenne, une chienne va avoir 5 à 6 chiots par portée. Certains facteurs peuvent influencer la prolificité d’une chienne. Notamment la race, l’âge et l’état de santé de la mère peuvent influer sur le nombre de chiots attendus dans une portée.

Incidence de la race

La race d’une chienne exerce une grande influence sur le nombre moyen de chiots attendus dans une portée :

  • Les chiennes de petites races ont en moyenne 3-4 chiots par portée ;
  • Les chiennes de moyennes races ont environ 5-6 chiots par portée ;
  • Les chiennes de grandes races ont en moyenne 7-8 chiots par portée (records jusqu’à 15-20 chiots !).

Au sein des races canines les moins prolifiques on retrouve notamment le chihuahua, le carlin, le coton de tuléar, le bouledogue français et le cavalier king charles. Chez ces races de chiens on a assez souvent un chiot unique, ce qui est problématique pour plusieurs raisons :

1/ Le chiot est souvent trop gros pour pouvoir espérer sortir naturellement par voie basse ;

2/ Il ne va pas produire assez de cortisol au moment de la mise-bas pour déclencher le travail.

La césarienne est souvent nécessaire, et programmée, chez ces chiennes pour limiter tout risque de complications pour le chiot (mortalité néonatale) et pour la mère.

Au sein des races canines les plus prolifiques on retrouve notamment le labrador, le golden retriever, le boxer, le rottweiler, le dalmatien et le rhodesian ridgeback.

Incidence de l’âge des parents

Les chiens mâles et femelles sont plus fertiles et donc plus prolifiques pendant une certaine période. Avant et après :

  • La semence du mâle contient moins de spermatozoïdes qui sont souvent de moins bonne qualité (leur ADN contient plus d’anomalies).
  • Les femelles trop jeunes n’ont pas fini leur croissance et le besoin énergétique nécessaire à une gestation entre en conflit avec les besoins de la croissance. De plus les ovules produits chez les individus trop jeunes ou trop âgés sont plus fragiles et aussi porteurs de plus d’anomalies au niveau génétique.

Si les parents sont trop jeunes ou trop vieux, on a donc plus de risques de mortalité embryonnaire avec des portées potentiellement plus petites en taille.

L’âge adulte est l’âge optimal pour se reproduire et avoir la meilleure prolificité dans l’espèce canine. Le pic de prolificité se situe :

  • Chez la chienne autour de 2-3 ans.
  • Chez le chien autour de 2-6 ans.

Incidence de l’état de santé de la chienne pendant la gestation

Cela va de soi mais il est bon de rappeler qu’il est essentiel de mettre à la reproduction une chienne qui est en bonne santé à la fois pour les futurs chiots à naître mais aussi pour éviter toutes complications chez la mère.

Une chienne gestante malade va mobiliser son organisme et ses réserves énergétique pour lutter contre sa pathologie. Tout ce qui ne sera pas orienté vers la grossesse avec un risque plus important de fausse couche générale ou de mortalité embryonnaire. A l’inverse, toute l’énergie mise dans la gestation va priver la chienne d’énergie pour elle-même avec donc un risque d’aggravation de la maladie.

Une chienne malade a donc plus de chance, quand la gestation arrive à son terme, d’avoir une petite portée par rapport à une chienne en bonne santé. Il est donc capital de s’assurer avant la mise à la reproduction que tout est en ordre : alimentation, vermifugation, antiparasitaire externe, vaccination, au besoin bilan sanguin …

Mortalité néonatale dans l’espèce canine

Quand on parle de mortalité néonatale chez le chiot on parle de mortalité au moment de la naissance jusque dans les 15 jours qui suivent. Chez le chien, des études évaluent à environ 15% la mortalité chez les chiots pendant cette période.

Les chiots supportent très mal la prématurité et dans ce cas le taux de décès est très important. En cas de souffrance fœtale pendant la mise-bas une prise en charge rapide est nécessaire pour éviter des séquelles (dues au manque d’oxygène) et la mortalité au moment de la naissance ou dans les jours à suivre.

En cas de malformations congénitales chez le chiot (par exemple : fente palatine, hydrocéphalie …) le risque de mortalité néonatale est aussi plus élevé. Comme expliqué précédemment, le risque de malformation et de décès chez les chiots est plus important si les parents sont trop jeunes, trop âgés ou malades au moment de la saillie. En effet, dans ces cas-là les spermatozoïdes et les ovules impliqués sont plus fragiles et très souvent porteurs d’anomalies au niveau de leur matériel génétique.

Finalement, le nombre de chiots qui a grandi dans l’utérus pendant la gestation n’est pas toujours égal au nombre de chiots qui vont effectivement grandir en bonne santé.

Il est donc important de bien faire suivre sa chienne pendant la gestation pour assurer le suivi des chiots par imagerie si possible mais aussi pour contrôler que tout va bien après la naissance.

Evaluer avec précision le nombre de chiots à naître

Deux examens complémentaires peuvent être réalisés pendant la gestation pour connaître le nombre de chiots à naître. Chacun ayant ses avantages et ses inconvénients.

Savoir combien de chiots vont naître au moment de la mise-bas permet de savoir avec certitude si tous les chiots ont bien été expulsés pendant le travail et s’il faut s’inquiéter. En effet, on sait qu’au cours de la mise-bas il ne doit pas y avoir plus de 1h30 d’écart entre l’expulsion de 2 chiots.

Par exemple, si on sait qu’il y a 4 chiots à naître et que le 3ème chiot de la portée est né il y a déjà 2h on sait que l’on doit se rendre en urgence chez son vétérinaire. Si l’on ne connaît pas le nombre de chiots à naître il est difficile de savoir parfois si le travail est terminé ou si un chiot est encore coincé dans l’utérus (en souffrance ou bien décédé).

En dépit d’un bon suivi médical pendant la gestation de votre chienne, une erreur de calcul du nombre de chiots est toujours possible (erreur humaine, chiots superposés pendant les examens …). Il est donc toujours recommandé d’aller faire un check-up chez son vétérinaire quelques jours après la mise bas pour vérifier que tout le monde va bien.

L’échographie de gestation

Cet examen complémentaire peut être réalisé assez rapidement pendant la gestation : environ 28 jours après l’ovulation les ampoules fœtales sont visibles à l’échographie. C’est l’examen par excellence pour réaliser un diagnostic de gestation chez la chienne.

Echographie de gestation chez la chienne pour compter le nombre de chiots

Cet examen permet notamment de vérifier que les chiots à naître sont en bonne santé. On vérifie leur viabilité : mouvements et mesure de la fréquence cardiaque. On peut aussi à l’aide de l’échographie essayer de dater avec plus de précision le moment de la mise-bas.

Grâce à l’échographie le vétérinaire peut aussi essayer de compter le nombre de chiots présents dans l’utérus de la femelle. En dessous de 4 chiots on considère que le résultat obtenu est fiable. Au-dessus de 4 chiots, le vétérinaire à plus de risque de compter plusieurs fois le même chiot ou d’en oublier. Cet examen n’est donc pas le plus indiqué pour compter le nombre de chiots à naître en cas de grosse portée.

Radiographie de l’abdomen

La radiographie de l’abdomen (= du ventre) de la chienne est l’examen complémentaire par excellence pour compter avec précision le nombre de chiots présents pendant la gestation.

Cet examen ne peut être réalisé que plus tardivement pendant la grossesse : pas avant 45 jours post-ovulation. En effet, avant cette date, le squelette des chiots n’est pas suffisamment minéralisé pour être visibles sur la radiographie.

Votre vétérinaire doit réaliser deux radiographies de l’abdomen de la mère, une de face et une de profil, pour être sûr de ne pas oublier un chiot lors du décompte. Il va compter le nombre de colonnes vertébrales et/ou le nombre de crânes visible sur la radiographie.

Cet examen peut aussi permettre de vérifier, surtout quand il y a peu de chiot, qu’ils sont suffisamment petits pour naître par voie basse. Il va mesurer la largeur de leur crâne et la comparer à la largeur du bassin de la femelle.

radiographie de gestation chez le chien

Rédacteur de l’article

Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.