Conseils Véto > Toxoplasmose et grossesse : risques chez la femme enceinte

Toxoplasmose et grossesse : risques chez la femme enceinte

Source d'inquiétude lors de la grossesse, la toxoplasmose est une maladie qui présente des risques graves pour le foetus si la femme est contaminée pour la première fois lorsqu'elle est enceinte.

Conseils Véto vous explique les règles de prévention face à la toxoplasmose en vue d'une grossesse ou si vous êtes une femme enceinte afin de limiter tout risque de cas dramatique pour votre bébé.

More...

Cet article fait partie d'un dossier complet sur la toxoplasmose réalisé par Conseils Véto pour répondre à toutes vos questions. Vous retrouverez nos autres articles sur le sujet en bas de celui-ci.

Toxoplasmose et grossesse : comprendre le cycle

La toxoplasmose : définition et aperçu du cycle

La toxoplasmose est le nom de la maladie transmise par un parasite qu’on appelle Toxoplasma gondii ou Toxoplasme quand on n’aime pas le latin.

Ce parasite est répandu dans le monde entier et se trouve partout dans la nature.
Il infecte de nombreuses espèces animales parmi lesquelles on trouve les bovins, les porcs, les moutons, les chevaux entre autres mais aussi le chat et l’homme.

En résumé, le chat émet dans ses selles des œufs de Toxoplasme qui contaminent le milieu. Les autres animaux et l’homme peuvent se contaminer directement en avalant ces œufs (appelés oocystes).

Chez ces hôtes, le parasite évolue sous 2 formes (tachyzoïtes et bradyzoïtes) dont l’une forme des kystes dans les muscles (forme bradyzoïte).

Le fait de manger ces kystes est également contaminant.

C’est ainsi que le chat se contamine avec les proies qu’il attrape et que l’homme en fait de même en mangeant de la viande contaminée crue ou insuffisamment cuite ou des légumes souillés.

toxoplasmose grossesse chat

La toxoplasmose : rôle du chat

Chat et toxoplasmose : l’hôte définitif important

Le chat a un rôle majeur dans le cycle car c’est l’hôte définitif du cycle du parasite.
En effet, c’est dans son intestin que toxoplasma gondii se reproduit et forme ses œufs (oocystes) contaminants.

Cela étant le chat ne représenta pas le risque le plus important pour la femme enceinte.
Il n’est donc pas nécessaire de se séparer de son chat pendant la grossesse en pensant éviter la toxoplasmose.

Nous verrons ci-après comment se prémunir de la maladie quand on est à risque tout en profitant de son chat.


Chats et toxoplasmose : facteurs de risque

Beaucoup de chats ont été en contact avec la Toxoplasmose mais cela ne veut pas dire qu’ils sont tous à risque.

En effet, selon les études ayant recherché la présence d’anticorps anti-toxo, 15 à 64% des chats ont contracté la toxoplasmose. Ces variations sont liées au type de population de chats concernés. En effet, chaque population féline possède un milieu et un mode de vie différents.

Un chat d’intérieur a moins de risques de se contaminer par rapport à un chat d’extérieur qui chasse et peu ingérer des toxoplasmes cachés dans les proies.

De même, si votre chat d’intérieur est nourri avec des abats crus, il aura plus de chance de contracter la toxoplasmose que le chat d’intérieur qui mange uniquement des croquettes.

Aussi, il est important de savoir qu’un chat lorsqu’il se contamine (ou se recontamine) ne va pas rejeter des œufs de toxoplasmes en permanence.
Lorsque le cycle atteint cette phase chez le chat, les œufs ne vont être émis que pendant 1 à 3 semaines si son immunité agit normalement.

Il est rare que le chat produise de nouveaux oeufs lors de contaminations ultérieures en raison de l'efficacité de son système immunitaire. Cependant, des études ont montré qu'après une longue période sans contact avec le parasite, certains chats perdent cette immunité et peuvent reproduire des oeufs sur une nouvelle contamination. Il vaut donc mieux toujours appliquer les règles d'hygiène recommandées.

Enfin, lorsque les œufs (oocystes) se retrouvent au sol, il est nécessaire qu’ils mûrissent. Selon les conditions de l’environnement et si celles-ci sont favorables, cette étape peut durer de 1 à 5 jours.
Ce n’est qu’à ce moment que les œufs sont contaminants pour la femme enceinte (et tout autre hôte).

Vous comprendrez donc pourquoi on conseille de changer la litière toutes les 24 heures maximum  dans les conseils de prévention ci-dessous !!

A RETENIR

En changeant la litière complète toutes les 24 heures MAXIMUM, on limite quasiment à Zéro le risque de contamination par les crottes du chat !

La toxoplasmose : facteurs de risque chez la femme

En temps normal, l’homme et la femme ne courent pas ou peu de risques avec la toxoplasmose si :

En l’absence de grossesse, la personne atteinte n’est pas immunodéprimée . Cela signifie que son système immunitaire fonctionne correctement. Ce n’est, par exemple, pas le cas chez une personne ayant le SIDA pour qui la Toxoplasmose peut se révéler dramatique.

La femme enceinte est immunisée avant procréation. Ceci signifie qu’elle a contracté la toxoplasmose avant sa grossesse et possède des anticorps pour se défendre.

Si les règles d’hygiène et les règles alimentaires sont respectées, même si la femme n’est pas immunisée avant sa grossesse.

Toxoplasmose : risques chez la femme enceinte ?

Comme nous venons de l’évoquer, pour la femme enceinte elle-même (on ne parle pas ici du bébé), les risques liés à la toxoplasmose sont quasi nuls et ce, d’autant plus, qu’elle a déjà été en contact avec le parasite.

Seule une femme enceinte ayant des soucis immunitaires (immunodépression) peut craindre pour sa propre santé avec l’apparition possible de symptômes graves touchant plusieurs organes (foie, cerveau, yeux…

Le réel risque n’est lié qu’à la présence du fœtus et au fait qu’il s’agisse d’une première contamination intervenant pendant la grossesse.

Les modes de consommation alimentaire ayant évolué (l’alimentation est plus aseptisée ou plus souvent traitée par le froid ou la chaleur), il y a de plus en plus de femmes qui n’ont jamais eu la toxoplasmose. On dit qu’elles sont séronégatives.

Elles étaient près de 20% dans les années 60, près de 40% dans les années 80. Désormais, on compte entre 50 et 65% de femmes séronégatives, suivant les régions de France.

toxoplasmose grossesse risque contamination femme enceinte

Toxoplasmose : quels risques pour le fœtus ?

Transmission au fœtus : risque de toxoplasmose congénitale

Comme dans les autres espèces animales, lors d’une première contamination par la toxoplasmose durant la grossesse, la forme libre (tachyzoïtes) peut passer la barrière placentaire qui protège normalement le bébé. On est, alors, face à ce qu’on appelle une toxoplasmose congénitale.

Notez bien : ceci n’apparaît que lors d’une première contamination de la maman durant la grossesse ! Donc, si vous avez déjà eu la toxo avant votre grossesse, vous pouvez être assez tranquille.

Sachez que même dans ce cas particulier, la toxoplasmose ne passe pas de façon systématique au fœtus. On estime que la transmission se fait dans 30% des cas et est d’autant plus fréquente que cette contamination intervient vers la fin de la grossesse.

Bien que ce soit un problème de santé publique à prendre au sérieux, il ne faut néanmoins pas paniquer. Voici quelques chiffres qui vous aideront à relativiser :

  • En 2014, il y a eu approximativement 780 000 naissances (données INSEE)
  • On considère qu’un peu plus de la moitié de ces femmes étaient séronégatives (c’est-à-dire n’ayant jamais été en contact avec la toxo) soit environ 400 000.
  • 1000 à 2000 de ces femmes enceintes auraient contracté la toxoplasmose.
  • 300 à 600 fœtus auraient été atteints.
  • 100 à 200 de ces bébés auraient des séquelles (essentiellement oculaires)
  • Près d’une 50aine de bébés en seraient décédé avant terme.
  • Comme nous le verrons par la suite, il existe, d’ailleurs des règles et recommandations qui permettent de réduire très nettement ce risque.

    Toxoplasmose congénitale : symptômes du bébé

    Comme nous venons de le voir si la mère n’a jamais eu la toxo, le fœtus court un risque en cas de contamination pendant la grossesse.

    Dans ce cas, les parasites s’accumulent au niveau du placenta et n’atteignent le fœtus que 4 à 8 semaines plus tard s’ils y arrivent (25 à 30% des cas environ).

    Plus la grossesse est avancée, plus le risque de passage au foetus augmente.

    1er tiers de grossesse : de 1 à 5 % de risque de passage du parasite.

    2ème tiers de grossesse : environ 40% de risque de passage du parasite.

    3ème tiers de grossesse : environ 70% de risque de passage du parasite.

    A contrario, les symptômes pour le bébé sont plus graves si le passage des parasites au travers du placenta se fait tôt durant la gestation.

    Animation généreusement partagée par le Pr F.Peyron de l'université Lyon 1.

    Lorsque la contamination a lieu dans les semaines précédant la conception ou le 1er tiers de la grossesse, les symptômes peuvent être très graves si le parasite a réussi à passer la barrière placentaire. En effet, le système immunitaire du bébé n’étant pas opérationnel, il ne peut se défendre correctement.

    L’avortement ou la mort in utero (fausse couche) est très probable.
    Des malformations cardiaques et/ou cérébrales peuvent se produire et amener le médecin à discuter avec les parents d’une éventuelle interruption de grossesse (avortement médical).

    On peut encore observer , selon les cas, une organomégalie (gros organes) sur le cœur (cardiomégalie), la rate (splénomégalie), le foie (hépatomégalie). Des troubles du développement neurologique et de la croissance peuvent également être observés avec des conséquences se manifestant dès la naissance.

    Des calcifications intracrâniennes sont aussi parfois observées mais ne semblent pas entraîner de conséquences notables sur le développement futur de l’enfant.

    Plus tard lors de la gestation, les lésions sont beaucoup plus discrètes quand elles ne sont pas tout simplement inapparentes. Le système immunitaire peut à ce moment défendre le bébé.

    Le plus souvent, les seuls symptômes relevés concernent les yeux ( choriorétinite, strabisme, nystagmus, microphthalmie) et nécessitent un suivi après la naissance car leur apparition peut être tardive et problématique.
    Certaines lésions oculaires peuvent entraîner la cécité (aveuglement) de l’enfant.

    On considère que seuls 25% des bébés contaminés dans le ventre de leur mère conservent des séquelles plus ou moins marquées après la naissance.

    C’est pour toutes ces raisons, que les médecins très compétents en la matière, réalisent des tests sur toutes les femmes enceintes. Un suivi sérieux est également mis en place pour les femmes à risque ainsi que sur les enfants contaminés in utero.

    Toxoplasmose congénitale : comment savoir si le bébé est atteint ?

    Si la mère est contaminée pendant la gestation, le médecin pourra réaliser une amniocentèse (prélèvement de liquide amniotique dans le ventre de la maman) pour rechercher les parasites.
    Cet examen permet de dire si la toxo a pu passer la barrière placentaire.

    Des échographies sont également réalisées pour voir si des malformations sont intervenues ou pas en cas de contamination du fœtus.
    Dans le cas de malformations graves, la question de l’interruption de la grossesse est posée par le médecin lors d’une discussion avec les parents.

    Toxoplasmose et grossesse : immunisée ou pas ?

    Pour savoir si une femme enceinte est immunisée ou pas contre la toxoplasmose au moment de sa grossesse, on réalise un prélèvement sanguin pour effectuer une sérologie.

    Cet examen est obligatoire !
    Pour information, il l’était également dans le cadre du contrat pré-nuptial jusqu’en 2008.

    La sérologie consiste à rechercher des anticorps spécifique de la toxoplasmose et qui sont formés par le corps lors d’un contact avec la maladie.

    Avec les remerciements de Conseils Véto au Pr F.PEYRON de l'université Lyon1 pour son aimable autorisation.

    Femme immunisée contre la toxoplasmose

    La femme enceinte immunisée contre la toxoplasmose possède ces anticorps.
    Elle ne peut donc pas être recontaminée et son bébé ne court aucun risque dans la mesure où elle est en bonne santé et que son système immunitaire est efficace durant toute la grossesse.

    Femme non immunisée contre la toxoplasmose

    La femme enceinte non immunisée contre la toxoplasmose ne possède pas ces anticorps.

    Elle devra être suivie et renouveler sa sérologie tous les mois.

    - Si cette sérologie reste négative toute la grossesse pas de souci.
    - Si la sérologie devient positive, des examens complémentaires devront être réalisés pour déterminer le moment de la contamination et pour savoir si le bébé est contaminé ou pas.

    Des traitements adaptés sont alors mis en place dans ce type de situation pour limiter tout risque pour le fœtus.

    On a vu plus haut que lors de la contamination de la mère pendant la grossesse, les toxoplasmes pouvaient mettre de 4 à 8 semaines avant d’atteindre le bébé.
    C’est avantage qui sert le médecin qui peut alors traiter la mère et tenter d’éradiquer ce risque de passage au bébé.

    IMPORTANT POUR VOUS RASSURER

    Dans cette situation des risques graves existent mais rappelez vous que le risque de passage de la mère au bébé n’est que de 25 à 30 % et dépend beaucoup du stade de la grossesse.

    Le suivi permet d’être réactif et ceci explique que finalement peu de bébés décèdent de toxoplasmose ou gardent des séquelles.

    L’ensemble des règles de prévention que nous allons voir ci-dessous vous permettent encore plus de limiter ce risque.

    Toxoplasmose et grossesse : que faire de mon chat ?

    Voici un ensemble de conseils que pourra vous donner également votre vétérinaire.

    Toxoplasmose : faut il donner mon chat ?

    Pour ceux et celles qui ont un profond désir de se débarrasser du chat, je suis au regret de vous dire qu’il faudra trouver une autre excuse !

    Il n’est absolument pas nécessaire de donner son chat ou de l’isoler même si celui-ci intervient dans le cycle de la toxoplasmose.

    Votre risque de contamination par la toxo est incomparablement plus important en mangeant des aliments mal préparés (nettoyage et cuisson).

    Si vous lisez ceci et que votre femme, votre sœur, fille ou amie craint pour le chat : rassurez la !
    Madame, si monsieur en a marre de Pompon dites lui d’être patient car le chat fera sa vie à la
    maison !

    Toxoplasmose : comment gérer le chat ?

    C’est assez simple en réalité !

    Vous ne ferez pas faire de tests sur votre chat car un chat n’émet pas d’œufs contaminants de toxoplasme en permanence quand il est porteur donc on risque fort de passer à côté !

    Ces œufs doivent mûrir dans le milieu avant d’être contaminants. Le minimum c’est 24 heures !
    Il suffit donc de vider la litière et les crottes tous les jours. On peut, même, retirer régulièrement les crottes au fil de la journée !

    Pour plus de sécurité, Madame, faites faire cette tâche passionnante à Monsieur qui se réjouira dans la majorité des cas de découvrir les joies des tâches ménagères.

    Si vous êtes seule à gérer le chat, mettez tout simplement des gants pour faire ce nettoyage !

    Evitez de manière générale de donner de la viande crue ou des abats à votre chat.
    Préférez les alimentations de type industriel (croquettes ou boîtes) ou des rations ménagères pour lesquelles la viande est bien cuite.

    Sachez aussi qu’un chat qui sort est plus à risque qu’un chat d’intérieur car le premier chasse et peut attraper des proies contaminées. Il est parfois difficile de garder son chat en intérieur et ça n’a que peu d’effet durant la grossesse. Mieux vaut s’en tenir aux règles d’hygiène énoncées précédemment.

    Vous trouvez ça compliqué ? Attendez de voir la suite qui est tout aussi simple.

    toxoplasmose grossesse chat litière

    Toxoplasmose et chat. Faites nettoyer la litière par une autre personne.

    Toxoplasmose : prévention chez la femme enceinte

    Prévention de la toxoplasmose durant la grossesse : le chat

    • Faire nettoyer la litière par quelqu’un d’autre.
    • Enlever les crottes dès que possible (maximum 1 fois/ 24 heures).
    • En cas d’impossibilité de déléguer, nettoyer la litière avec des gants.
    • Eviter les griffures.
    • Nourrir préférentiellement son chat avec une alimentation industrielle.

    Prévention de la toxoplasmose durant la grossesse : l’alimentation

    • Ne pas manger de viandes crues, peu cuites (saignantes), fumées ou marinées.
    • Ne mangez que des viandes bien cuites
    • Nettoyez les crudités et les fruits avec attention (surtout de votre jardin).
    • Ne mangez pas de crudités et fruits en dehors de chez vous faute de pouvoir contrôler leur nettoyage.
    • Préférez des fruits et légumes cuits.
    • Pour les congelés, préférez les surgelés industriels. Vos propres congélations peuvent ne pas suffire surtout si vous utilisez un freezer.

    Pour plus de détails sur l’alimentation veuillez lire l’article : toxoplasmose et aliments interdits

    Prévention de la toxoplasmose durant la grossesse : en extérieur

    • Ne jardinez pas sans gants et lavez vous bien les mains ensuite.
    • Ne buvez pas d’eau qui n’aurait pas été traitée (eau courante en randonnée par exemple).
    • Lorsque vos mains sont en contact avec la terre lavez les soigneusement.
    • Ne cueillez pas de fruits sauvages proches du sol comme des myrtilles.
    • Ne caressez pas les chats errants et lavez vous les mains si cela arrivait.

    Le constat est assez simple, vous éviterez de toucher tout ce qui peut être souillé par des crottes de chats.

    L’hygiène des mains est primordiale quelque soit votre activité durant la grossesse mais aussi le reste du temps. Pour connaître les bonnes pratiques, je vous invite à parcourir cet article sur l’hygiène des mains.

    Toxoplasmose pendant la grossesse : quel traitement ?

    Votre médecin et/ou gynécologue sont les meilleurs interlocuteurs en cas de nécessité de traitement.
    Faites leur pleinement confiance car ils sont habitués à gérer ce type de situation.

    Lorsqu’une femme enceinte non immunisée contracte la toxoplasmose, cela va être décelé grâce aux tests sérologiques de suivi.

    Dès que le test se positive alors qu’il était négatif jusqu’alors, un traitement sera mis en place pour limiter tout risque de contamination du bébé.
    Les médecins utilisent souvent un antibiotique appelé Spiramycine qui limite ce passage au bébé. On considère que cela réduit le risque de contamination de 50 %.

    En cas d’atteinte avérée du bébé, d’autres molécules sont utilisées en renforcement pour l’aider à se protéger. D’autres antibiotiques de la famille des sulfamides couplés à des inhibiteurs de la synthèse de l’acide folique sont utilisés. Une association courante utilise la Pyriméthamine avec des sulfamides.

    Tout traitement se réalise sous un contrôle médical strict afin d’optimiser les résultats et de limiter les effets secondaires.

    Lorsqu’il est contaminé in utero, l’enfant est suivi durant un an après sa naissance. Des traitements peuvent alors être conduits.
    Des examens ophtalmologiques permettent de juger de l’impact du parasite sur le développement de l’œil et plus particulièrement de la rétine.

    Toxoplasmose : existe-t-il un vaccin avant la grossesse ?

    Bien que des recherches soient conduites, aucun vaccin ne permet aujourd’hui de protéger une femme enceinte non immunisée de la toxoplasmose.

    Les règles d’hygiène et de prévention sont essentielles à cette prévention.

    Il vous reste des questions après lecture de tous les articles de ce dossier ? Posez les dans les commentaires ci-dessous.  😉

    Crédits Photos : Eric Trénel, ADAM inc, Pr F.PEYRON Université Lyon 1

  • Bonjour,
    Nous avons adopté un chaton en juin il a maintenant 7 mois et vit 50% de son temps dehors et je suis maintenant enceinte. Y a-t-il un risque de contamination sur son pelage? Par exemple s’il s’allonge dans de la terre qui a été souillée par des crottes de chats, peut-il ensuite me contaminer ou répandre la maladie par contact? Aussi, combien de temps les œufs/parasites vivent ils sur une surface autre que la litière? Par exemple si le chat contamine le canapé? (Il n’est pas tres fort pour se nettoyer le derrière et c’est bien connu qu’un anus de chat touche à peu près toutes les surfaces sur lesquelles le chat s’assoit!). Merci pour votre réponse.

    • Bonjour,

      Les types de contaminations par la toxoplasmose que vous décrivez ici sont quasi nul pour ne pas dire inexistants.
      La contamination implique une ingestion des oeufs donc si vous appliquez des règles d’hygiène simples comme se laver correctement les mains avant de manger, le risque par ce biais devient nul. Le portage d’oeufs sur le pelage n’est pas particulièrement décrit et si cela vous inquiète, là encore vous pouvez caresser votre chat sans souci et ne pas mettre vos mains à la bouche avant un lavage correct de celles-ci.

      Juste pour vous rassurer et comprendre toutes les limites de cette contamination : votre chat est chez vous depuis plusieurs mois et visiblement vous êtes séronégative.
      Vous n’avez donc pas été contaminée par votre chat alors que vous ne faisiez pas spécialement attention à cette problématique.
      Donc avec des règles hygiéniques simples, ça devient encore moins probable.
      La contamination se fait plus souvent par l’alimentation donc la cuisson et l’éviction d’aliments est plus importante à prendre en compte.
      Je vous recommande notre article sur le sujet : Précautions alimentaire contre la toxoplasmose

      Profitez bien de cet heureux évènement.
      Bien cordialement

    • Merci beaucoup Pour ces précisions! Je précise que je n’ai pas encore fait de test pour la toxo (je vis aux États Unis et c’est pas aussi automatique qu’en France) donc je ne sais pas encore si j’ai été exposée ou non. Bonne journée et merci

  • >