Insuffisance rénale chronique chez le chat : Tout ce qu’il faut savoir

insuffisance rénale chat
Accès direct à vos questions via le sommaire

L’insuffisance rénale chronique est la maladie métabolique la plus fréquemment diagnostiquée chez les chats seniors. Les reins malades fonctionnent alors de moins en moins ce qui empêche l’organisme de fonctionner normalement. Une fois installée, l’insuffisance rénale chronique est irréversible et les traitements mis en place servent seulement à réduire la vitesse d’évolution de la maladie et à améliorer le confort de vie de votre animal. Prévention et dépistage précoce sont donc capital pour améliorer l’espérance et le confort de vie de nos chats vieillissants. 

L’insuffisance rénale chronique du chat : Définition

On parle d’insuffisance rénale lorsque les reins de votre chat ne sont plus capables d’éliminer correctement les déchets toxiques de l’organisme (comme l’urée) dans les urines. Les causes de dysfonctionnement sont multiples chez le chat.  

On distingue cependant deux cas de figure : 

  • L’insuffisance rénale aiguë aussi appelée IRA. Dans ce cas-là, la fonction rénale est altérée brutalement mais les lésions sont potentiellement réversibles si on agit rapidement. Ce syndrome peut atteindre les chats quel que soit leur âge et n’est pas l’apanage des animaux seniors.  
  • L’insuffisance rénale chronique, aussi appelée maladie rénale chronique ou IRC / MRC. La mise en place de la maladie est cette fois-là insidieuse. Il faut plusieurs mois à plusieurs années pour que les reins soient complètement détruits. 

Cause de l’insuffisance rénale chronique dans l’espèce féline

Ce sont principalement les vieux chats qui sont touchés par l’insuffisance rénale chronique car c’est le vieillissement naturel des reins qui est le premier responsable des lésions mises en évidence. Le diagnostic s’effectue en général autour de 10-12 ans. 

Mais, on peut voir apparaître une maladie rénale chronique chez des chats adultes, dès 4-6 ans, en cas : 

  • De malformation rénale congénitale comme la polykystose rénale (races à risques : Persan, British shorthair, Main Coon, Sacré de birmanie …) ou l’amyloïdose rénale (races à risques : Abyssin, Siamois …) ;  
  • De séquelles suite à une crise d’insuffisance rénale aiguë sévère ou traitée trop tardivement. Par exemple suite à une pyélonéphrite, un globe vésical (SUF = syndrome urologique félin), intoxication à l’antigel (= éthylène glycol) …

Quels symptômes en cas d’insuffisance rénale chez le chat ?

Les symptômes exprimés par votre chat en cas d’insuffisance rénale chronique ne sont pas du tout spécifiques de la maladie. En plus, en début d’évolution, ils passent même inaperçus aux yeux de nombreux propriétaires d’où des diagnostics souvent très tardifs.  

Signes d’appels à surveiller chez le chat

On rappelle que la maladie rénale chronique est une maladie qui va détruire la fonction rénale à petit feu. La maladie évolue sur plusieurs semaines, à plusieurs années en fonction des individus. Ce qui veut dire qu’au tout début les symptômes exprimés par votre chat seront très frustes et vous pourrez passer à côté ! D’où l’importance d’un dépistage régulier chez les chats âgés. Puis plus la maladie va progresser et plus les symptômes seront marqués. 

LE symptôme d’appel est la polyuro-polydipsie aussi appelée PUPD par votre vétérinaire. C’est le fait que votre chat boive beaucoup plus et que par conséquent il fasse beaucoup plus pipi qu’avant. Mais évaluer la prise de boisson de son chat n’est pas toujours évident. Certains chats par exemple aiment boire au robinet, ce qui est difficile à quantifier. Idem pour les urines car beaucoup de chats ont accès à l’extérieur et font une partie de leurs besoins dehors.  

Avec le temps, les chats malades perdent progressivement du poids. 

Et des troubles digestifs apparaissent. L’augmentation de la concentration en toxines dans le sang comme l’urée, entraîne de la nausée d’où une baisse d’appétit (= dysorexie) et des vomissements réguliers.  

Symptômes en cas d’hypertension artérielle associée

Très souvent, les chats qui souffrent de maladie rénale chronique développent de l’hypertension artérielle. Parfois c’est l’inverse : l’hypertension artérielle est présente initialement et c’est elle qui entraîne l’insuffisance rénale.  

Mais qu’importe qui est apparu en premier car les deux seront à traiter.  
L’hypertension artérielle peut entraîner d’autres symptômes chez les chats insuffisants rénaux comme : 

  • Des saignements rétiniens accompagnés parfois d’une cécité brutale 
  • Des troubles de l’équilibre 
  • Des anomalies du comportement avec notamment une désorientation, des miaulements intempestifs … 
  • Des troubles cardiaques ou respiratoires 

Symptômes en cas d’insuffisance rénale avancée

Dans les stades avancés d’IRC, les quantités d’urée dans le sang sont tellement élevées qu’elles entraînent des ulcères dans la gueule des chats, ils ont forcément mauvaise haleine et des troubles neurologiques peuvent apparaître. Les muqueuses des chats malades sont très pâles car les reins, en plus de leur fonction de filtre, sont aussi responsables de la synthèse d’EPO nécessaire à la fabrication des globules rouges.  

On se retrouve donc face à des chats très maigres, avec un poil terne et sec, qui ne mangent plus et qui sont en très mauvais état. 

Symptômes en cas de crise d’urée chez le chat

Vous avez sûrement déjà entendu ce terme chez votre vétérinaire. La crise d’urée c’est lorsque votre chat insuffisant rénal chronique, qui allait plutôt bien jusque-là, va subitement très mal : anorexie, vomissements, prostration … En fait, c’est une phase de décompensation pendant laquelle l’animal malade développe une crise d’insuffisance rénale aiguë tellement il y a de déchet toxique dans son sang. Une hospitalisation est nécessaire pour remettre sur pied l’animal et lui permettre de “revivre correctement” avec son insuffisance rénale.

Est-ce que mon chat insuffisant rénal chronique souffre ?

L’insuffisance rénale chronique n’est pas une maladie douloureuse en soi ! Votre chat n’a pas mal. Par contre, quand la maladie est bien avancée et que votre chat est constamment nauséeux on ne peut pas dire que cela soit très agréable pour lui. Le but du traitement instauré par votre vétérinaire va être de ralentir au maximum l’évolution de la maladie et de limiter son impact sur l’organisme de votre chat afin qu’il soit le plus confortable possible.  

Un chat qui fait une crise d’urée par contre est en souffrance. Il doit être vu par un vétérinaire le plus rapidement possible. 

Le suivi de la maladie est nécessaire en cas d’insuffisance rénale chronique afin de pouvoir faire le point régulièrement sur l’état de votre chat et de ses reins. Ce sera à vous de décider en concertation avec votre vétérinaire, quand votre chat ne semble plus avoir une vie confortable et semble en souffrance. Le moment sera alors venu de discuter d’euthanasie avec votre vétérinaire, pour soulager au bon moment votre animal de compagnie. 

Diagnostic de l’insuffisance rénale chronique chez le chat

Pour savoir si votre chat est insuffisant rénal, votre vétérinaire n’aura pas le choix que de réaliser des examens complémentaires.  

Bilan sanguin nécessaire pour un diagnostic de certitude

Le diagnostic de certitude passe par la réalisation d’une prise de sang pour mesurer deux paramètres sanguin appelées urée et créatinine. Quand les reins ne fonctionnent plus, ils n‘éliminent plus correctement ces déchets qui vont se retrouver en quantité anormalement élevée dans le sang.   

Le problème de cette méthode diagnostic est qu’elle est très tardive. En effet, quand la mesure de l’urémie et de la créatininémie cela veut dire que déjà plus de 75% des reins sont détruits !  

Depuis maintenant plusieurs années, un nouveau marqueur sanguin existe et peut-être mesuré par votre vétérinaire : la SDMA. Ce marqueur est beaucoup plus précoce. C’est à dire qu’une élévation de la SDMA à la prise de sang, sans augmentation de l’urée et de la créatinine, indique déjà une insuffisance rénale chez le chat. Mais le diagnostic est fait beaucoup plus précocement. 

Grâce aux analyses sanguines on peut classer la maladie rénale chronique en 4 stades. Ce qui aide votre vétérinaire à vous donner un pronostic au moment du diagnostic. C’est l’IRIS (International Renal Interest Society) qui l’a mis en place. 

Autres examens complémentaires possibles

On pourrait croire que le diagnostic s’arrête ici en cas d’insuffisance rénale. Or votre vétérinaire vous proposera probablement de réaliser plusieurs autres examens complémentaires. Mais pourquoi ?  

  • Mesure de la pression artérielle à l’aide d’un brassard, comme chez nous. Le but savoir si le chat malade souffre aussi d’hypertension artérielle car si elle n’est pas traitée, l’animal n’ira pas mieux et les reins vont continuer à vite s’abîmer.  
  • Analyse d’urine pour mesurer la densité urinaire, rechercher la présence de cristaux urinaire, d’une infection mais surtout de protéines. En effet, les protéines ne sont pas censées passer dans les urines de votre chat, mais si le filtre rénal est abîmé on peut en retrouver. Or, en passant elles détruisent encore plus les reins. Il faudra donc un traitement adéquat pour les bloquer.  
  • Echographie rénale pour rechercher la présence de calculs, d’une infection ou d’une tumeur. Aide à la mise en place du traitement et à donner un pronostic.  
  • Prise de sang pour mesurer la quantité de globules rouges et l’hématocrite du chat malade. Comme nous l’avons déjà évoqué, les reins produisent l’EPO (= érythropoïétine), hormone nécessaire à la production des globules rouges. Sans elle, votre chat peut se retrouver anémié et donc avoir des problèmes pour respirer et être en forme. 

Votre vétérinaire vous proposera ces divers examens en fonction de l’état de votre chat et de ses suspicions cliniques. Bien que couteux, les réponses apportées permettront à votre vétérinaire de traiter au mieux votre chat, d’améliorer son confort et son espérance de vie et de vous donner un meilleur pronostic

Traitement de l’insuffisance rénale chronique chez le chat

En cas de crise d’urée : hospitalisation nécessaire

En cas de crise d’urée, votre chat doit obligatoirement être perfusé pour espérer aller mieux. Pour cela, il devra rester hospitalisé à la clinique pendant une durée plus ou moins longue. L’objectif de la perfusion va être de forcer les reins à éliminer les toxiques présents dans le sang (urée et créatinine). Le temps que la perfusion fasse son effet, des traitements de soutien seront sûrement nécessaire pour soutenir l’organisme de l’animal et l’aider à se réalimenter : anti-vomitifs, diurétiques, hypotenseurs, antibiotiques …  

Chez le chat, l’anorexie prolongée a des conséquences dramatiques. Au besoin, une sonde de réalimentation pourra être posée chez les chats hospitalisés qui ne remangent pas rapidement avec le traitement. 

Maladie rénale chronique : un traitement à vie

Quand le chat est stabilisé, le vétérinaire prescrit des traitements pour protéger la fonction rénale et ralentir au mieux l’évolution de la maladie. En fonction des complications mises en évidence comme l’hypertension artérielle ou la protéinurie, d’autres traitements sont rajoutés.  

L’insuffisance rénale chronique est par définition une maladie chronique dont on ne guérit pas. Les traitements seront donc à maintenir pendant tout le reste de la vie de l’animal malade.  

Quelle alimentation chez le chat insuffisant rénal chronique ?

Alimentation thérapeutique

L’alimentation a un rôle majeur dans la gestion de l’insuffisance rénale chez le chat. On avait coutume d’entendre qu’il fallait réduire l’apport en protéines de la ration ! Or on sait que ce n’est pas vrai. Au contraire, un chat insuffisant rénal doit avoir dans sa gamelle des protéines de grande qualité pour rester appétente, lutter contre la perte de poids et la fonte musculaire.  

On sait que c’est le phosphore qui doit être présent en faible quantité car c’est lui qui est toxique pour le rein abîmé. La recommandation est d’apporter une alimentation qui contient moins de 0.8% de phosphore, voire même qui se rapproche de 0.4-0.5% !  

Un apport supplémentaire en oméga 3 est aussi recommandé du fait de leurs propriétés anti-inflammatoires puissantes, ce qui permet de contenir au mieux la maladie.  

Si votre chat est insuffisant rénal il faut donc le nourrir avec des croquettes vétérinaires rénales pour chat car elles répondent à toutes ces contraintes, ce qui n’est pas le cas des aliments physiologiques. 

Conseils divers

Du fait de l’urémie, c’est à dire de la grande quantité d’urée présente dans le sang, les chats malades ont souvent un appétit fluctuant. Mais pour ne pas perdre de poids et rester en forme ils doivent bien manger. Il ne faut pas hésiter à donner une partie de la ration sous forme de pâtée rénale pour que cela soit plus appétent pour le chat. En plus, riche en eau, l’alimentation humide va aider à lutter contre la déshydratation. 

Enfin, en plus de l’alimentation médicalisée vous pouvez aussi donner à votre chat malade des compléments alimentaires pour renforcer son organisme. Le mieux est de demander conseil à votre vétérinaire mais sachez que sont intéressants : 

  • Les compléments alimentaires riches en oméga 3, à base d’huiles de poissons. Déposée dans la gamelle, l’huile de poisson donne goût et odeur aux croquettes, ce qui peut aider les chats qui ont du mal à manger. C’est le pouvoir anti-inflammatoire des oméga 3 qui est recherché pour protéger les cellules rénales encore fonctionnelles. 
  • Les compléments alimentaires appelés chélateurs de phosphore (si perte de protéines dans les urines du chat malade). 
  • Les compléments alimentaires riches en antioxydants. 

Pronostic

Le diagnostic d’insuffisance rénale chronique chez le chat n’est jamais anodin. Puisque l’on ne peut pas guérir cette maladie on sait forcément qu’elle va finir par mettre en danger la vie de son animal de compagnie. Mais cela ne doit pas être une fatalité qui vous amène à baisser les bras. Un chat qui souffre de maladie rénale chronique peut tout à fait vivre plusieurs années très confortablement si tant est que le diagnostic est réalisé précocement et qu’il est bien traité et nourri. 

Bien évidemment, si la maladie rénale est diagnostiquée en stade terminal ou si elle est due à un cancer rénal, le pronostic à court terme est beaucoup plus mauvais. 

Pour connaître avec plus de précision le pronostic de votre animal, le mieux est de demander à votre vétérinaire ! 

Les visites annuelles ou semestrielles de suivi sont capitales pour le chat insuffisant rénal. Elles vont vous permettre, ainsi qu’à votre vétérinaire de faire le point sur l’évolution de la maladie et d’adapter au mieux le traitement.  

Prévenir l’insuffisance rénale chronique chez le chat : nos conseils !

Alors certes, vous ne pourrez pas empêcher votre chat de vieillir. Il n’existe donc aucune solution miracle pour empêcher votre chat de développer une insuffisance rénale avec l’âge si cela doit arriver. Néanmoins, vous pouvez limiter le risque en suivant plusieurs conseils :  

  • Si vous adoptez un chat de race qui est à risque de développer une malformation rénale congénitale, demandez bien à l’éleveur si les parents ont été testés. 
  • Donnez à votre chat, pendant toute sa vie, une alimentation de qualité pour plusieurs raisons. Notamment afin de limiter les risques de cystites dues à des cristaux et des calculs qui pourraient entraîner un blocage urinaire et donc des lésions rénales irréversibles. Enfin, si vous choisissez une alimentation premium avec des protéines de qualité et peu de phosphores, vous n’agresserez pas excessivement les reins de votre chat vieillissant. 
  • Faites en sorte que votre chat s’hydrate correctement dans la journée : eau fraîche et propre à disposition en permanence, plusieurs points d’eau dans la maison, fontaine à eau, bi-nutrition ….  
  • Importance de réaliser au moins une fois par an une visite de bonne santé chez le vétérinaire, même si vous ne voulez pas le faire vacciner. A cette occasion, votre animal sera examiné de la truffe à la queue et ses reins seront palpés. En cas de doute sur leur forme, votre vétérinaire vous proposera un bilan sanguin. 
  • Enfin, à partir de 8-9 ans, votre chat étant considéré comme un senior, voyez avec votre vétérinaire pour réaliser un bilan biochimique sanguin tous les ans. Ce bilan permettra de dépister, même si votre chat ne présente aucun symptôme, une insuffisance rénale mais aussi un diabète, une hyperthyroïdie, une maladie hépatique …   
Dr Tatiana Pradel
Dr Tatiana Pradel
Vétérinaire
Diplômé de l'École Nationale Vétérinaire de Lyon

Bonne nouvelle !

Nous travaillons sur une recette de croquettes pour les chiens. Pour recevoir un échantillon dès sa finalisation, laissez vos coordonnées ci-dessous :
Nom(Nécessaire)
RGPD(Nécessaire)

Service indisponible

Notre service de mise en relation avec un vétérinaire est disponible du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Merci de réessayer plus tard.

Service à venir !

Nous sommes en train de finaliser le développement de ce service.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer sa mise en ligne

Recevez par email toute notre actualité

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.