Les Aoûtats chez le chien et le chat

Fréquemment retrouvés sur le chien et le chat, les aoûtats sont des parasites qui sévissent en période estivale. Source de démangeaisons parfois violentes, tant chez l’homme que chez l’animal, il est préférable de les éviter. Lisez cet article pour apprendre à les reconnaître et savoir comment réagir.

Les Aoûtats du chien et du chat : description

Les aoutats (Trombicula autumnalis) sont de minuscules acariens (environ 0.3 mm), invisibles à l’oeil nu, vivant dans l’herbe dense des jardins, prairies ou des champs.
Le terme « aoûtat » désigne plus particulièrement sa larve qui sévit l’été, essentiellement au mois d’août en France.

Ils sont caractérisés par leur couleur rouge qui nous amène à les confondre avec les Trombidions soyeux que l’on voit courir sur les murets ou les terrasses. Ces derniers sont bien plus grand et visibles à l’oeil nu (4 à 5 mm).

trombidion soyeux
trombidion soyeux (c’est lui qui court sur les murets ou les terrasses)
aoutat adulte chien chat
Aoûtat adulte

 

On les appelle également vendangeon, rouget, puron suivant les régions de France. Pour les anglais et les américains, ce sera Harvest Mite ou  Chigger.

Les aoutats suivent un cycle de développement précis qui passe par un stade larvaire. La larve mesure entre 0.1 et 0.2 mm seulement et c’est elle qui pose souci en colonisant la peau du chien, du chat ou de l’homme.

aoutats chiens chats
1-Oeufs 2-Larve 3-Nymphe 4-Adulte. Cycle des aoûtats.

Contrairement aux adultes et aux nymphes qui mangent d’autres acariens dans leur environnement, les larves se nourrissent sur la peau des animaux à sang chaud. On peut donc les retrouver sur des chevaux, rongeurs, autres animaux sauvages ou d’élevage également.

Ces larves aoutats ne sucent pas le sang. Elles injectent dans la peau des enzymes pour pré-digérer les cellules et ensuite les aspirer (un peu comme le fait une araignée avec ses proies). On dit qu’elles sont histiophages (elles mangent des tissus cellulaires).

Ce sont ces enzymes et l’attaque de la surface de la peau qui vont entraîner les symptômes et la gêne chez le chien, le chat et l’homme.

A la fin du repas, elles redescendent au sol et poursuivent leur cycle de développement.

Les Aoûtats du chien et du chat : symptômes

Comme indiqué précédemment, les aoûtats vont se nourrir de peau pré-digérée par leurs enzymes. On constate dans la très grande majorité des cas, qu’ils le font en groupe renforçant l’importance des lésions et des réactions de démangeaisons.

Certains animaux ne présentent aucune réaction particulière mis à part la lésion cutanée de surface.

La réaction enzymatique provoque, donc, 2 effets :

Une lésion de surface de la peau qui est alors abîmée comme si on l’avait grattée fortement.
Une réaction de prurit (démangeaison) assez marquée en raison de la réaction allergique aux enzymes injectées. Ces démangeaisons peuvent durer quelques jours à quelques semaines même lorsque le parasite est redescendu au sol.

Leur piqûre, par contre, est indolore tant chez le chien et le chat que chez l’homme.

Les risques ne sont pas vitaux. L’atteinte n’a pas un caractère de gravité marquée. Cependant, la réaction allergique peut être virulente et l’animal (chat ou chien) peut se blesser d’avantage en se grattant.
Par ailleurs, on notera que les plaies provoquées peuvent s’infecter.

Les Aoûtats du chien et du chat : diagnostic

Le diagnostic est assez facile lorsque tous les éléments sont réunis :

Bonne période de l’année : le pic se situe de la fin juillet à la première quinzaine de septembre en France métropolitaine (d’où le nom d’aoûtat).
Lésions cutanées avec démangeaisons entre les doigts, sur la face et plus particulièrement autour des yeux, à la face interne des membres au niveau des plis, sur l’abdomen, à la base des oreilles et aussi dans les plis auriculaires (oreillon).
Amas caractéristique de larves formant une tâche orangée sur la plaie. Les aoutats prélevés sont alors visibles au microscope.

aoutats chiens chats symptomes
Amas de larves d’aoûtats entre les doigts d’un chien.

La durée de la période est variable d’une région à l’autre en fonction du climat et de la météo. La période peut être plus étendue dans les zones humides et chaudes. On peut, par exemple, en avoir toute l’année dans certaines zones méridionales des Etats-Unis.

On constate aussi, assez souvent, des plaies et démangeaisons sans larves qui ont déjà quitté les lieux. C’est, alors, l’expertise du vétérinaire qui pourra aider à réaliser le bon diagnostic.

Les Aoûtats du chien et du chat : traitement

Même si vous pensez être sûr(e) de votre diagnostic, la consultation vétérinaire est fortement recommandée. En effet, suivant les lésions et la force de la réaction allergique, le traitement pourra être adapté de façon efficace et sans complications.

Ce traitement vise :

D’une part, à éliminer les larves d’aoûtats en utilisant des insecticides locaux préférentiellement. Si vous décidez de faire les choses vous même passez demander conseil aux assistantes vétérinaires sur le choix du produit. Certains produits vendus en grandes surfaces, animalières ou non, ne sont pas du tout efficaces. La seule disparition des aoutats étant alors liée à leur départ, ils auront eu le temps d’injecter encore plus d’enzymes et d’augmenter les symptômes.

D’autre part, à traiter les complications. La réaction inflammatoire forte doit être traitée comme l’est une allergie. Sans cela le chien ou le chat pourra se blesser davantage en se grattant. Les risques d’infections bactériennes doivent être jugulés. Un traitement oral, une lotion ou une pommade en application locale pourront alors être prescrits.

On retrouvera donc communément en traitement : des insecticides possiblement associés à des antibiotiques, des anti-histaminiques et/ou corticoïdes (locaux ou généraux).

Bien traité et sans complication marquée, ce problème rentre dans l’ordre en 1 petite semaine en général. Pour les cas d’allergie importante ça peut durer plus longtemps et dépendera de la réponse de votre chien ou de votre chat.

Les Aoûtats du chien et du chat : prévention

Prévenir les « attaques » d’aoûtats, ou tout du moins limiter celles-ci, c’est possible ! Voici quelques solutions :

Protéger son chien ou son chat, lorsque celui-ci sort, avec des insecticides (anti-puces et tiques) fonctionne généralement bien même si la protection n’est pas garantie. L’efficacité va dépendre de la bonne répartition de la molécule ainsi que de la qualité et de la fréquence d’application du produit par le propriétaire.

– Pour les animaux vivant en jardin, tondre régulièrement le gazon et évacuer les herbes humides dans lesquelles aiment se reproduire les aoutats.

– Lors des journées chaudes et sèches de la fin du printemps et de l’été, éviter les promenades en herbes hautes. Les larves attendent gentiment votre animal perchées dessus.

Les Aoûtats chez l’homme : piqûre et symptômes

L’homme est également la cible des larves d’aoutats et les lésions peuvent être assez impressionnantes.

Chez lui la contamination ne se fait pas par le chien ou le chat. Comme l’animal, l’homme peut être contaminé en passant dans une zone infestée. Rassurez vous donc, si votre compagnon a des aoûtats, ils ne passeront pas sur vous !

Les zones privilégiées par ces parasites, chez l’humain, sont les chevilles, les mollets, plis des genoux mais aussi la zone de la ceinture et éventuellement les bras (poignets, plis du coude). On trouve alors des séries de piqûres bien marquées comme sur la photo ci dessous.f

aoutats homme piqûre symptomes
Piqûres d’aoutats chez un homme.

Les piqûres sont indolores mais donnent des démangeaisons modérées à très fortes. Celles-ci, comme chez l’animal, peuvent durer bien après la piqûre et le départ des larves d’aoutats. Dans certains cas, des complications allergiques de type boursouflures et/ou phlébites peuvent se déclencher.

La consultation d’un médecin est recommandée pour calmer le prurit et pallier à toute complication.

 

Bien que peu dangereux et microscopiques, les aoûtats peuvent infliger des démangeaisons et des plaies gênantes chez le chien, le chat et l’humain.

Vous en connaissez, désormais, suffisamment pour reconnaître cette affection et protéger votre animal de ce parasite. N’oubliez pas de demander conseil à votre vétérinaire pour le choix des produits efficaces.

Pensez à partager via vos réseaux sociaux le lien vers cet article auprès de vos amis et vos proches ayant des chats et des chiens ! Cela leur rendra sûrement service et leur permettra de protéger au mieux leurs animaux.

 

Cet article vous a-t-il bien informé(e) ?

Les Aoûtats chez le chien et le chat
696 votes, 4.65 avg. rating (93% score)

Afin de vous apporter plus de contenu et donc de libérer du temps à sa rédaction, les commentaires sont désactivés pour une période indéterminée sur cet articleMerci pour votre compréhension. 😉

Crédit photo : svtcolin, wikipedia

Commentaires et Conseils vétérinaires

asilo

Bonjour
J’ai une petit York de 1,6kg, qui possède une tendance marquée à rechercher la proximité humaine.

Durant une semaine j’ai séjourné à un endroit où il y a manifestement des aoutats. Ma nièce et surtout moi avons été la cible de ceux ci. J’ai eu plusieurs dizaines de morsures sur le torse et dans le creux du bras gauche principalement… localisées à proximité des endroits où je tiens le chien.

Ne m’étant pas roulé dans l’herbe, ni ma nièce, et dans la mesure où les autres occupants de la location n’ont pas été mordus alors même qu’ils ne prennent que rarement la chienne sur eux, je soupçonne plus que fortement, que les vilains acariens ont migré de la chienne vers moi et ma nièce lorsque nous la prenions dans nos bras, ce qui contredit un peu votre article, excellent par ailleurs.

Notre petite York ne semble pas, en outre, subir les désagréments que je subis: violentes démangeaisons, boursouflures qui ont transformé mon torse en terrain miné très impressionnant (je crois que la pharmacienne n’avait jamais vu ça, elle est allée chercher sa collègue qui a eu la même réaction effarée). Onctose + antihistaminiques contribuent à soulager les effets mais ceux ci persistent depuis 4 jours déjà…

Une vraie saleté, ces aoutats !

Flore

Bonjour

Je confirme vos propos, j’ai posté également dans ce sens.

Pour les piqûres, je vous conseille Nérisone crème 0,5% c’est la seule qui soit vraiment efficace.
Délivrée sur ordonnance en principe, à moins que votre pharmacien vous aime bien… mais il vous l’avancera sinon.

Pour l’avenir, dès la sensation de démangeaison, ne pas gratter surtout ! Appliquez la crène et résistez, ça se calme rapidement. Quand la piqûre a été grattée, elle s’enflamme, s’étend et dure 3 fois plus longtemps.

Bon courage, je compatis…

Flore

Erratum :

CE N’EST PAS 0,5 MAIS : 0,1% (valérate de diflucortolone).

Dr E. Trénel

Bonjour,

Merci pour ce témoignage utile et intéressant.
J’espère que tout est rentré dans l’ordre pour vous depuis sachant que ces démangeaisons sont terribles effectivement.
Il peut effectivement arriver qu’un passage se fasse occasionnellement du chien à l’humain sans que cela soit un processus normal dans le cycle du parasite et vous venez malheureusement d’en faire la triste expérience.
Bon rétablissement 😉

Flore

Bonjour Docteur

Permettez-moi de n’être point d’accord avec vos conclusions.

Je ne dirais que c’est « occasionnel » que dans la mesure où tous les propriétaires d’animaux familiers ne sont pas forcément en contact direct avec eux dans la période aoûtienne.
Il y a tous les citadins qui ne visitent que des parcs aux pelouses tondues avec des chiens en laisse.
Il y a tous ceux qui ont des chats en appartement, qui ne sortent pas.
Il reste ceux qui habitent la campagne, qui ont des chats habitués aux genoux (les miens) ou des chiens assez petits pour être portés.

Caresser un chien ou un chat porteur d’aoûtats ne suffit pas, il faut qu’il reste au contact assez longtemps, je ne pense pas que ces bestioles courent ou sautent comme les puces de l’animal à l’humain.
Je verrais plutôt la « migration » un peu comme les poux, mais par passage direct, pas par intermédiaire inerte.

Je suppose que les aoûtats ne survivent pas en dehors de leur habitat (l’herbe) ou de leur hôte, ce qui fait penser qu’ils ne peuvent pas « s’attraper » ; mais c’est oublier que les animaux de compagnie sont nombreux et les humains très affectueux avec eux, les considérant souvent comme des bébés qu’on dorlote.

J’affirme donc pour ma part que toute personne restant en contact direct (pendant un laps de temps qui reste à déterminer) avec un animal infesté d’aoûtats sera contaminée.

Cependant, les vêtements peuvent protéger : quand j’en attrapais sur le ventre et aux élastiques du slip, j’étais en short (chat dormant sur mes genoux) et une serviette épaisse a résolu le problème ; asilo devait avoir les bras nus en plein été.

Il ne serait pas inutile d’ajouter un paragraphe à votre article par ailleurs très bien conçu, pour avertir le lecteur de ce dommage collatéral et lui en indiquer les parades.

Cordialement.

Dr E. Trénel

Bonjour Flore,

Merci de partager votre avis.
Vous évoquez, très justement, un nombre important de circonstances où le contact n’est pas aussi rapproché et ne permettrait pas la transmission.
C’est justement en tenant compte de cette réalité très généralisée que j’en conclue que c’est occasionnel. En effet, préciser qu’un passage de l’un à l’autre est possible est utile mais la réalité et les études montrent que la plupart du temps la contamination de l’homme est directe et que les situations ne sont pas aussi souvent (comme vous le décrivez très bien) aussi propices à la transmission par le biais de l’animal.

Par ailleurs, le fonctionnement du parasite est tel qu’une fois fixé en grappe avec ses congénères, il ne migre que très peu sur le corps de l’animal et de façon très très locale (au niveau de la plaie créée).

Néanmoins, certains témoignages montrent qu’il peut y avoir passage et cela doit être signalé. Merci pour vos commentaires en ce sens d’ailleurs.

Enfin, il faut penser aux gens très anxieux (il y en a et on peut le voir dans les commentaires de certains articles). Si je grossis ou amplifie les risques, certains auront des réactions affolées ou de rejet vis à vis de leur animal par crainte de contamination. Comme il n’y a pas lieu de dramatiser ce parasitisme, je n’utilise pas des mots trop forts et pas forcément adaptés qui pourraient laisser penser que c’est plus sérieux que ça n’est. Je pense que vous comprendrez aisément ce point important lorsqu’on diffuse de l’information médicale.

Au plaisir de lire vos futurs témoignages.
Très cordialement.

Flore

Bonjour

Une personne que je connais et qui attrape des aoûtats, qui n’a pas d’aminal familier mais un jardin jamais entretenu m’a affirmé qu’une préparation personnelle l’avait immédiatement soulagée (je n’ai pas expérimenté).

– huile d’amandes douce
– 3 gouttes d’ H.E. de lavandin
– 3 gouttes d’ H.E. de géranium

Pour l’huile je n’ai pas la quantité, mais 3 c à soupe me semble équilibré.

Méfiez-vous, pour votre chien, car le « passage » peut durer jusqu’en décembre si le temps est doux (moi je suis en Midi-Pyrénées). Tant qu’il en a il peut vous contaminer (pour les bras, vous mettrez une doudoune ! lol)

Roxanne Turgeon

Bonjour,
L’année dernière, mon chien a eu des aoûtats sur les deux épaules symétriquement… Mon chien n’avait aucune démangeaison et j’ai enlevé les parasites facilement. Mais cette année, je viens d’en apercevoir exactement aux mêmes endroits, sur ses deux épaules! Est-ce un hasard?? Est-ce vraiment des aoûtats? Pourtant les parasites correspondent parfaitement à la description ci-dessus…
Merci!

Dr E. Trénel

Bonjour,

Vous pouvez obtenir confirmation en demandant conseil aux assistant(e)s vétérinaires de votre clinique qui vous répondront volontiers.
Pour la localisation, le hasard est possible ou alors une spécificité de votre chien fait qu’ils les attire à cet endroit sans que cela ne soit lié à aucun problème.

Cordialement

Tracy

Bonjour Docteur. Se serait pour un renseignement, voilà, nous avons repris un chien qu’un homme voulait apporter à la spa. C’est une américain staff de presque 3 ans. Cependant, nous pensons que cet homme ne l’a pas fait vacciner. Est-il trop tard? Nous venons de remarquer aujourd’hui, qu’elle s’est arracher les poils au niveau du postérieur, à sang. Est-ce qu’il y’a quelques choses de particulier à faire? Merci d’avance!

Dr E. Trénel

Bonjour,

Non il n’est jamais trop tard pour faire le nécessaire côté vaccination donc vous pouvez contacter votre vétérinaire pour la faire pratiquer.
Pour la plaie, un peu de bétadine diluée peu être utile en première intention mais vous montrerez cela au véto qui pourra ajuster au mieux les soins en voyant votre chien. Renseignez vous par la même occasion sur les règles légales de détention d’un Amstaff car il y a des obligations.

Cordialement

coudereau

bonjour docteur mon petit yorck a attrape des aoutats que dois je faire merci

Dr E. Trénel

Bonjour,

Il faut le traiter. S’il n’y a que les parasites sans lésions vous pouvez demander conseils à l’accueil de la clinique vétérinaire sinon une visite vétérinaire est conseillée pour traiter les plaies avant qu’elles ne s’infectent.

Cordialement

Flore Passy

BBonjour

J’habite le Gers et j’ai plusieurs chats.
Chaque année ils attrapent des aoûtats mais tous n’y sont pas sensibles au point d’avoir des lésions.

Cependant, sur un point je ne suis pas d’accord, les aoûtats de mes chats passent sur moi si j’ai le malheur de les garder sur mes genoux sans protection. J’ai alors des piqûres à l’aine et au nombril principalement.

Depuis que je m’en suis rendue compte je prévois une serviette éponge épaisse ou une petite couverture pliée et c’est efficace.

Cette année je vais avoir un souci avec un nouveau chat, que j’ai élevé au biberon et qui se glisse dans mon lit pour téter mon tee-shirt, ce que n’ont jamais fait tous les chats que j’ai pu avoir au fil des ans.

J’ai vu qu’il existe un collier tiques chats de marque Seresto mais j’ai lu à son sujet des avis d’utilisateurs qui disent que ce collier a provoqué des lésions et chute de poils au cou de leur animal.

Avez-vous un avis sur ce produit ? La composition est la suivante : imidaclopride 1,25 g et fluméthrine 0,56 g.

C’est une société allemande et j’ai renoncé à poser la question sur leur site, qu’il faut traduire.

Merci d’avance.

vivi

Bonsoir mon chat se gratte constamenet a la fin de son dos juste avant sa queu il se mord même jusqu’à en tomber part terre si il est en hauteur ou quand il est sur le sol il se gratte sans arrêt en fesant un rouler bouler je me demande bien ce que cela pourrait être?… Merci !!

Dr E. Trénel

Bonjour Vivi,

Il serait intéressant de voir avec votre vétérinaire s’il ne s’agit pas de parasites ou plutôt d’un souci avec les glandes anales.
Ce sont 2 petites glandes (1 de chaque coté de l’anus ) qui peuvent se remplir et mal se vider. Cela peut entraîner la gêne que vous constatez.
Ce ne sont que des hypothèses car je ne vois pas votre chat. Une visite vétérinaire est indiquée car les glandes anales ça peut se compliquer et les parasites se multiplier. 😉

ESCOFFIER

Bonjour Docteur,

J’ai un problème avec mes 2 chats (dont un plus particulièrement) et les aoûtats (enfin de suppose). J’habite dans le sud de la France et malgré des traitements toutes les 3 semaines avec différentes marques de pipettes, mes chats ont toujours des parasites rouges dans les oreilles ou entre les yeux et les oreilles (partie où il y a moins de poils) ainsi que pour l’un des plus sensible des croûtes présentant un aspect de « petites graines ». J’ai essayé 3 marques de pipettes, suis allée voir 2 véto mais pas de solution et nous sommes en janvier (temps doux il est vrai).
Peut-être auriez-vous une solution?
Merci d’avance

Dr E. Trénel

Bonjour,

L’efficacité des anti-parasitaires externes, même appliqués régulièrement, n’est pas totale contre les aoûtats.
Vous avez vu 2 vétos (en consultation?) donc je suppose qu’il a été confirmé que ce sont bien des Aoûtats > si ce n’est pas le cas, il faut commencer par là (car vous dites « je suppose »).
Dans le cas où c’est avéré, il est préférable d’utiliser en « curatif » (différent du préventif des pipettes que vous avez utilisées) un spray anti parasitaire localement sur les amas de parasites.
Pour les croûtes, il est préférable de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une réaction allergique et de la traiter en conséquence selon l’avis du véto car elle peut perdurer bien après leur départ.

Si vos chats évoluent dans votre jardin seulement et qu’il fait doux laissez les sortir, dans la mesure du possible, quand l’herbe a séché de la rosée matinale et si ces herbes sont hautes n’hésitez pas à passer un coup de tondeuse. S’ils vont bien plus loin, c’est plus difficile. Continuez les pipettes + traitement local au spray dès que vous en voyez.

Cordialement

Sophie la Fé

Bonjour Docteur, bonjour à tous,
Merci pour vos billets d’informations du grand public. Il faut dire que c’est rudement nécessaire !
Il me manque des infos que j’ai bien du mal à trouver concernant les aoûtats (les larves en fait si j’ai bien compris) à savoir :
Combien de temps (moyenne) restent ils accrochés sur l’animal?
Quel est la consistance de ces larves accrochées? molles, dures? Encore vivantes donc susceptibles de bouger?
Comment s’accrochent ils? comment les enlever sans risques? Est il judicieux de les « décrocher »
Lorsqu’ils tombent par terre, c’est qu’ils vont passer au stade nymphes ou peuvent ils se raccrocher à un animal?
Quand on les a enlevés, dans quel état est la peau (lésions, « trous », sang etc…).
Si on ne les voit pas et une fois tombées, comment sera la peau? Dans ce cas comment savoir qu’il y a eu des aoûtats ( croûtes lésions etc..)

Si vous pouvez m’éclairer sur ces différents points j’en serais vraiment ravie.
Merci beaucoup
Bonne continuation.
SoLaFe

Dr E. Trénel

Bonjour,

Avec mes excuses pour retard voici les réponses à vos questions.

– Les larves restent 2 à 3 jours avant de quitter l’animal pour l’environnement et la poursuite du cycle.
– La consistance sera plutôt molle mais impossible de la ressentir car les larves sont très petites.
– Généralement ça ne bouge pas trop (pas l’oeil nu en tout cas). Les larves sont serrées les unes contre les autres pour manger.
– Elles sont vivantes sur le chien ou le chat bien entendu mais elles ne courent pas comme des puces.
– Ca ne se fixe pas en profondeur comme une tique donc un nettoyage local avec en frottant un peu peu suffire à les retirer. Cependant ce n’est pas le plus recommandé car la zone est lésée et démange donc vous risquez d’augmenter cette démangeaison et la gêne pour votre animal.
– Une fois redescendue au sol on passe au stade suivant jusqu’à l’adulte qui refait des petits qui monteront sur un autre animal ou le même.
– L’état de la peau forme une sorte de zone rouge avec une peau irritée (comme une petite abrasion) ou alors légèrement squameuse (pelliculée).
– Cet état de la peau est celui lié à la présence des aoutats que vous les voyez ou pas. C’est cet état de la peau dans des zones précises, à une période précise de l’année et avec démangeaison qui oriente le vétérinaire.

En espérant avoir répondu au mieux à vos interrogations.

Cordialement 😉

Vanessa

Bonjour Dr, bonjour à vos lecteurs,
J’ai un bichon maltais âgé de 3ans et demi, qui présente des problèmes de dermatites atopyque. Chaque année, il souffre de démangeaison et à l’approche de l’hiver cela s’apaise un peu mais, cette année nous ne parvenons pas à nous en défaire (des mois des batailles pourtant). Nous venons de faire un test allergique, il est réactif aux acariens, piqûres de puces…et depuis peu, comme si ces problèmes n’étaient pas suffisant, je lui ai découvert (car je surveille de près la présence éventuelle de parasite), depuis peu donc, il est attaqué par ces fameux aouta!!!! Que puis-je faire???? le spray magique type frontline du véto n’a pas donné de résultat. On conseille un bain chaud chez l’homme : pourquoi? cette bestiole serait suceptible de se noyer? immerger mon chien (sauf la tête bien évidemment) pourrait donner des résultats? j’ai lu, également une autre piste, celle des huiles essentiels, comment s’orienter à ce sujet? Est-ce une idée efficace?
D’avance merci pr les précieux conseils que vous voudrez bien me faire partager, je ne sais plus quoi faire…

Dr E. Trénel

Bonjour,

Les aoûtats ne se noient pas car leur poids les fait remonter rapidement à la surface de l’eau. Comme ça vit dans l’herbe imaginez à chaque goutte de pluie ce qui se passerait. L’espèce n’existerait plus.

Pour le bain chaud je n’ai jamais entendu parler de cela d’un point de vue médical. J’ai donc regardé et constaté que cette information était relayée à l’identique sur plusieurs sites. On indique surtout de prendre un bain chaud et de « bien se savonner ». C’est plus l’action mécanique du savonnement qui agit ici car les aoutats ne s’accrochent pas comme une tique par exemple.

Pour les huiles essentielles vous pouvez demander à votre vétérinaire, il peut avoir dans sa pharmacie des produits à base d’huiles essentielles destinées aux parasites.

2 questions tout de même :
– Est ce que le diagnostic d’aoûtats a été posé par votre vétérinaire ?
– Appliquez vous le spray que vous citez 1 fois par semaine ?

Il faut savoir que les aoutats ne sont pas destinés à vivre des semaines sur votre chien donc ils redescendront d’eux même si vous n’avez pas réussi à les tuer. Dans le cas d’un chien atopique, les démangeaisons, quant à elles, peuvent persister bien après. L’usage de pommade ou spray contre ces inflammations et démangeaisons est alors recommandé.

Bonne journée 😉

Catherine Briaut

Bonjour et merci pour vos conseils, un chien peut-il prendre un anti histaminique comme le Xyzal ? Si oui un comprimé comme pour l’homme ?
Merci

Dr E. Trénel

Bonjour,

Des anti-histaminiques peuvent être utilisés pour gérer le prurit. Concernant le produit évoqué et la molécule le composant (la lévocétirizine), je n’ai aucune expérience personnelle, ni retour d’expérience, chez le chien. Il est indiqué qu’elle est très spécifique des récepteurs humains mais aucun élément l’assure pour un chien.

Ne connaissant pas, par ailleurs votre chien et son état de santé, je vous recommande vivement d’en discuter avec votre vétérinaire. Les effets secondaires des anti-histaminiques peuvent être très gênants sur de l’insuffisance rénale ou hépatique. Je doute fort que vous puissiez donner la dose correspondant au poids d’un humain.

Il existe des anti-histaminiques spécifique pour chiens et chats. Parlez en à votre vétérinaire, il pourra vous indiquer le meilleur traitement sans risque. Notez enfin qu’il est parfois nécessaire de passer par la cortisone si la réaction allergique est forte.

Bonne journée

Paulette de la Rivière

Personnellement, je « connais » les Aoûtats de puis ma plus tendre enfance (j’ai 72 ans). Lors de la cueillette des haricots verts en particulier chez mes parents maraîchers, c’était un véritable supplice. À l’époque, le replis des oreilles des chats devenaient oranges car couverts de ces « cirons ».
Éloignée des cultures pendant qq années, je les avais quelque peu oubliés mais ils m’ont rattrapés depuis que je vis à nouveau à la campagne.
Je peux vous affirmer que jamais ni mon mari ni moi n’avons vu leur piqûres aux endroits que vous montrez sur la photo mais toujours là où il y a un serrage: élastiques de slip, ceinture, soutien-gorge, sous les aisselles, à l’aine, jusque dans les bouts de seins……
Mon véto m’a toujours dit qu’il n’existait aucun produit susceptible d’empêcher leur infestation……….
Personnellement, après une activité ayant pu entraîner une contamination, je prends un bain en rentrant et si je ressens malgré tout les 1es manifestations de leur présence (une démangeaison très spécifique), j’applique des huiles essentielles (utilisées pas plus tard qu’hier): c’est très efficace. Mais chiens, très sensibles aux Tiques, ne semblent pas touchés par les Aoûtats. En passant, j’ai remarqué que d’années en années, ils sévissent plus tôt: de début Août il y a encore une dizaine d’années, ils ont « attaqué » cette année dès le début Juillet……..
J’espère que ces qq expériences personnelles vous apporteront un petit plus !
Merci pour vos infos !

Dr E. Trénel

Bonjour Paulette et merci pour votre témoignage enrichissant 😉

Il est vrai que chez l’humain les zones couvertes et serrées sont propices aux piqûres comme vous l’indiquez. Pour le bout des seins ça devait être coton !! 🙂

Pour la photo, j’ai l’expérience de mon propre père qui a eu une attaque en règle il y a quelques années de cela et ses jambes étaient bien pires que celles montrées ici. C’est assez fréquent surtout pour une petite bête qui vient de l’herbe et donc du sol.

Votre expérience dans les champs de haricots est aussi caractéristique car les Aoûtats aiment se balader dans les champs de haricots. On les y retrouve facilement.

Les insecticides préventifs fonctionnent mais de façon systématique. C’est d’ailleurs pour ça que l’indication « Aoûtats » n’apparaît pas sur les conditionnements. Par contre en pulvérisation directe ça fait son petit effet et plutôt rapidement. Faut il encore se faire conseiller un bon produit. Le véto et ses assistantes sont de bons interlocuteurs pour ça.

Merci encore et à bientôt